dim. Nov 17th, 2019

Alexandre de Juniac © Air France

Alexandre de Juniac, un « petit joueur » !

Air France et la polémique lancé par les pilotes sur la rémunération du PDG du groupe Air France – KLM est partout, mais qu’en est-il exactement ?

Partages
Alexandre de Juniac © Air France
Alexandre de Juniac © Air France

Air France et la polémique lancée par les pilotes sur la rémunération du PDG du groupe Air France – KLM est partout, mais qu’en est-il exactement ?

Le 20 avril dernier un syndicat de pilote indiquait ;

Alors qu’Air France a fait face pendant près de 7 ans à l’une des plus graves crises de son histoire, que près de 15 000 emplois ont été supprimés en quatre ans avec le plan Transform 2015, et que le Plan Perform 2020 exige encore des salariés des sacrifices exceptionnels, cette augmentation au chiffre incroyable relève d’une injustice absolue

Il faut regarder les choses d’un peu plus prêt pour pouvoir être objectif. La rémunération d’Alexandre de Juniac se compose d’un fixe, qui n’a pas évolué depuis plusieurs années, et d’une part variable qui est indexée sur les résultats financier du groupe. En 2015 le groupe Air France a gagné de l’argent et donc, naturellement, son président voit sa part variable augmenter pour passer de 90 000 euros en 2014 à 462 000 euros en 2015. Alexandre de Juniac avait, en 2014, renoncé à la moitié de sa prime pour se joindre à l’effort des salariés.

Cette rémunération est certes importante comparé à celle de la population mais est bien en dessous de celle des patrons des compagnies aériennes européennes.

Ryanair a versé 1 840 091 euros à Michael O’Leary en 2015. 985 910 euros de fixe et 855 00 de variable.

Willie Walsh, le patron qui a sauvé British Airways, a touché en 2015 la somme de 8 871 000 euros quand le boss de la Lufthansa touchait lui 2 674 000 euros.

Chez easyJet Carolyn McCall a touché la bagatelle de 7 973 000 euros pour 2015.

Avec ses 1 062 000 euros de rémunération Alexandre de Juniac est loin des montants de ses confrères, même très loin.

Ce syndicat de pilote souhaite-t-il que l’on compare les salaires des pilotes au sein des compagnies aériennes européennes histoire de faire le point ? Cette polémique ne serait elle pas juste une tentative de diversion au moment ou la direction met sur la table les mesures de gain de productivité que doivent (enfin) faire les pilotes d’Air France ?

De toute façon Alexandre de Juniac quitte Air France pour prendre la tête de IATA ou sont salaire est, et restera, inconnu.

Partages

17 thoughts on “Alexandre de Juniac, un « petit joueur » !

  1. Tout d’abord, comme tous les dirigeants du SBF 120, ce n’est pas AdJ qui a fixé son salaire ni son augmentation. C’est le rôle du comité de rémunération qui doit être approuvé par le Conseil d’Administration. Donc la cohérence voudrait que les syndicats se tournent plutôt vers les membres du conseil d’administration où l’on retrouve un représentant des Pilotes (ancien Président SNPL Alpa…qui a voté le fameux plan B…cela ne s’invente pas !), représentant de l’Etat et Salariés…Donc les représentant des Pilotes au Board, des Salariés et de l’Etat ont approuvé cette augmentation !!!
    Il était bien plus simpliste d’attaquer AdJ une dernière fois…pour des raisons tactiques qui ne trompera personne. Le SPAF et le SNPL Alpa se sont livrés une fois de plus au petit jeu du syndicat « qui lave plus blanc que blanc »… Le Spaf a dégainé le premier dans la presse, puis le lendemain le SNPL Alpa a sorti l’artillerie lourde en envoyant comme d’habitude son Président, Porte Parole et Secrétaire Générale dans tous les médias. Je trouve par ex. savoureux mais consternant d’entendre une pilote se faisant le défenseur des salariés « pressés » et dénonçant la rémunération de Adj … pilote qui habite par ailleurs dans une avenue très chic à deux pas des Invalides à deux pâtés de maison de AdJ…donc assez loin du mode de vie de la majeur partie des salariés(es) du groupe…mais n’hésitant pas avec ses collègue a faire union avec la CGT et FO…
    La rémunération de AdJ est conforme à celle d’un patron d’une entreprise publique française mais pas à celle d’un patron du privé. Donc, si c’est un patron extérieur, il/elle viendra d’un groupe Public…aussi simple que cela.
    Quant à la rémunération des pilotes, on est dans l’hypocrisie totalement française…une quantité de chiffres ont été publiés (ce qui arrange tout le monde au final). Il serait très simple pour les pilotes notamment les 777 de communiquer de manière transparente les rémunérations et avantages…Peu de chance que cela arrive…
    En tout cas, on comprends mieux pourquoi les individus les plus intelligents et ceux/celles qui pourraient apporter le plus ne se syndiquent pas…

  2. Petit détail qui a son importance : O’Leary est un des plus gros actionnaires de sa société. Il me semble avoir indiqué (je n’ai plus la référence) qu’il touchait très peu mais il engrange des dividendes énormes !
    De mémoire, le patron de British avait également accepté de prendre une part non négligeable du capital.
    Je ne sais pas pour les autres SAUF pour les patrons d’Air France qui, régulièrement, ne sont pas actionnaires de l’entreprise ou pour des montants tout proprement ridicules !!!

  3. @Icare : le comité de rémunération dont vous parlez n’est qu’une chambre d’enregistrement dans laquelle les salariés n’ont pas leur mot à dire. La preuve, quant l’administrateur pilote et l’administrateur sol s’opposent à une résolution, elle est quand même adoptée car l’état pèse lourd…

    Par contre, il est vrai que cette rémunération n’est pas indécente, comparée à ce qui se pratique ailleurs. Je vais même plus loin en affirmant que si le poste était mieux payé (au moins dans la moyenne du secteur), il y aurait certainement des candidats plus sérieux et compétents !

  4. O’Leary a 3.70% du capital de Ryanair, ce n’est pas un « des plus gros actionnaires » même si c’est déjà pas mal 😉

  5. Désolè pour ma seconde etdernière intervention, et je ne souhaite pas jouer le « petit » professeur :
    – Les comités :
    dont celui des nominations dont on parle tant sont tout sauf des « chambres d’enregistrement ». Voici un lien vers un excellent article résumant bien leur rôle, avec une intervention de Bertrand Richard de Spencer qui mène la chasse pour le successeur d’AdJ.
    http://www.lesechos.fr/30/10/2013/LesEchos/21554-134-ECH_conseils-d-administration—a-quoi-servent-les-comites-specialises–.htm
    – Le conseil d’administration : on peut en revanche legitimement s’interroger sur la qualité de ses membres. Et surtout comment sont evalués les admnistrateurs et comment est mesuré la contribution de chacun aux résultats de l’entreprise.
    Comme tout dirigeant d’un groupe privé de cette taille, AdJ est un salarié dont le patron est le Conseil d’Administration. Le Conseil vote son augmentation, il accepte et c’est son droit.
    Vous connaissez un salarié qui refuserait une augmentation de son patron pour raison « morale »?
    Il est plus « vendeur » pour les syndicats de « se faire » une dernière fois AdJ…mais inutile sur le fond puisqu’il part et que les membres du Conseil restent…il ne faut pas se tromper de cible mais la bétise et l’aveuglement rapportent malheureusement plus de voix.
    Quant à la rémuneration : a ce niveau c’est un parametre parmi d’autres. Même si le package était plus elevé, aucun leader du secteur ne viendrait. Tout simplement parcequ’il n’aurait pas toutes les manettes…pour mener la même stratégie que AdJ…avec un style de management différent.., quid de la participation de l’Etat après 2017 et surtout ces individus sont dans des cultures d’ entreprise incompatibles avec AF. Maintenant je comprends qu’on fantasme sur une Ferrari quand on roule en Clio…Quant au fameux « capitaine d’industrie » demandé, c’est risible…dans un groupe privé il aurait mené une restructuration d’une autre ampleur qui ferait passer AdJ pour un gentil…

  6. Oui ce sont vos, enfin nos, impôts qui ont formes les pilotes de l’ENAC.Ecole ouverte à tous, c’est ainsi que de nombreux pilotes sont issus de familles modestes, comme moi.
    Nos impôts ont aussi formé les pilotes militaires, de l’aviation civile..incroyable ?
    Nos impôts forment aussi tous les écoliers, les instituteurs, les médecins, les avocats, les juges, les ingénieurs…..et que sais je encore ! Une honte ?
    Attention aux comparaisons de salaire, il semble que chez AF les PNC sont bien mieux payés que leurs homologues d’autres compagnies…mais chut … !

    1. Amusante votre réaction alors que nous avons juste indiqué ce fait pour expliquer que non, les pilotes ne paient pas une fortune la formation…

  7. Rien d’amusant en cela. Il y a des pilotes qui ont payé leur formation et d’autre non. Pour être précis et ne pas dire n’importe quoi: environ 50% viennent de l’Enac ou de formation interne,les autres de l’armée ou de partout. On trouve d’anciens mecano, médecins, chimistes maçons,, agriculteurs et même……d’anciens PNC ! Je trouve que cette diversité est plutôt une richesse.

    Dire qu’ils payent la formation ou ne la paye pas est faux…ça dépend. Et d’ailleurs ça ne change rien au problème…les pilotes ne sont pas l’objet de tous les maux , si vous voulez défendre les revenus de nos patrons…c’est comme vous voulez….
    Bien a vous

    1. On ne défend ni le patron ni les pilotes, ont donne des chiffres et oui, AdJ est sous payé et c’est peut être pour cela qu’Air France a autant de mal ! Quand on paie pour un âne on a pas un pur sang…

  8. Bien d’accord avec vous, mais pas envie de payer très cher…..un âne !
    Bien payer un chef d’entreprise…je suis d’accord avec vous !
    Bonne continuation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !



Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 36 959 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.


Partages