dim. Déc 15th, 2019
Hôtesse de l'air Air France

Hôtesse de l'air Air France © Air France

Air France, chacun son tour !

Chez Air France c’est au tour des hôtesses de l’air et des stewards de taper du poing sur la table et de tout bloquer en refusant de négocier avec la direction.

Partages
Hôtesse de l'air Air France
Hôtesse de l’air Air France © Air France

Chez Air France c’est au tour des hôtesses de l’air et des stewards de taper du poing sur la table et de tout bloquer en refusant de négocier avec la direction. Les SNPNC et l’UNSA PNC refusent de s’assoir autour de la table pour négocier l’accord collectif définissant leurs règles d’utilisation et de rémunération qui arrive à échéance en octobre 2016.

Le discours syndicaliste est le suivant :

Nous ne voyons pas d’urgence à négocier la révision d’un accord qui court jusqu’à fin octobre 2016 et qui va faire disparaître le métier de PNC. D’autant plus quand il n’y a pas de projet équilibré proposé par la direction et que l’entreprise se redresse », explique David Lanfranchi, président du SNPNC, en rappelant que les PNC avait déjà « apporté 220 millions d’euros d’économies à la compagnie lors du plan précédent.

Alors que la direction a informé les PNC qu’elle souhaitait arriver à un accord dans les mêmes délais qu’avec les pilotes (fin septembre), les syndicats ne voient pas la chose de la même façon ! Ils souhaitent commencer à négocier début 2016, comme cela se fait habituellement…

Les syndicats d’hôtesses de l’air et stewards prennent un très gros risque et pourraient bien payer très cher cette décision :

« Comment ces syndicats peuvent-ils penser pouvoir obtenir plus en bloquant la négociation qu’en négociant ? », explique un proche de la direction. « A ne pas négocier, les PNC prennent le risque de se voir imposer de manière unilatérale par la direction ses conditions de travail et de rémunération à partir du 1er novembre 2016. Ce sera la double-peine, des licenciements secs et des conditions imposées par la direction », ajoute-t-il.

Évidement certains expliquent qu’ils iront négocier quand les pilotes auront terminé leurs négociations. Le SNPL a commencé les négociations. Il a le choix (entres autres points) entre 300 pilotes licenciés ou 300 postes de pilotes qui ne seront pas remplacés. Sa réponse laisse songeur, « La direction a présenté deux plans, l’un avec 300 pilotes en moins d’ici à 2017, à 3.400 pilotes, l’autre, avec… 300 pilotes en moins également. » indique le porte-parole du SNPL Emmanuel Mistrali.

Partages

7 thoughts on “Air France, chacun son tour !

  1. Ce n’est pas de la haine qui ressort de tout cela encore une fois. Mais détrompez-vous les réactions sont les mêmes que pour les pilotes. Ça promet le mois d’octobre.

  2. @Christelle

    Mais enfin, de quelle grève parlez-vous ? Le préavis du 5 octobre a été lancé à l’appel de la CGT. Savez-vous quel a été le pourcentage de votes pour la CGT aux dernières élections PNC et PNT ?
    Quand à votre vomi sur les pilotes, je ne suis pas responsable de vos erreurs d’orientation professionnelle. Le concours est ouvert à tous et si c’était aussi intéressant de faire ce métier, vous n’aviez qu’à y aller.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !



Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 37 412 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.


Partages