Le low-cost ça ne marchera pas ! – PNC Contact
Nous sommes le mercredi 19 décembre 2018

Le low-cost ça ne marchera pas !

Low cost © DR

Il y a une 20aine d’année maintenant, quand les premières compagnies aériennes low-cost sont arrivées, le credo était « le low-cost ne fonctionnera pas, c’est juste une mode ». 20 ans plus tard Ryanair est la première compagnie aérienne européenne, easyJet la talonne et ces deux entreprises sont ultra bénéficiaire. Force est donc de constater que le low-cost court moyen-courrier ça marche, et ça marche même très bien !

Il y a quelques années c’est le low-cost long-courrier qui est arrivé et personne n’y croyait. Beaucoup sont d’ailleurs toujours sceptique. Comment faire des prix bas sur des vols ou le service est obligatoire et demandé par le client ?

Une fois de plus il semblerait que le low-cost soit le modèle qui fonctionne. Il suffit de regarder ce qui se passe vers les USA et plus spécifiquement vers New-York. Par exemple, Norwegian est devenue la première compagnie aérienne européenne vers New-York au départ du vieux continent. Au départ de New-York elle a même détrôné British Airways avec 1.67 millions de passagers à fin juillet 2018 ! Elle est donc en 1ere place vers et depuis New-York…

Des tarifs du simple au double !

Une recherche au hasard pour un vol entre Paris et New-York donne le résultat suivant :

Paris – New York Air France © PNC Contact
Paris – New York Norwegian © PNC Contact

Entre Air France et Norwegian, compagnie aérienne low-cost, c’est presque 2 fois plus onéreux ! Peut-on vraiment croire que des passagers vont payer une telle différence de prix pour un service de « meilleure qualité » chez Air France ou British Airways par rapport à Norwegian ? (N’hésitez pas à donner votre avis dans les commentaires)

Après s’être fait clairement laminer sur le court et moyen-courrier les majors (Air France, British Airways, Lufthansa…) sont en train de se faire attaquer sur le seul secteur où elles gagnent encore un peu d’argent. Air France envisagerait même de créer une « Transavia LC » pour tenter de reprendre des parts de marché, encore trop tard peut être ?

Partages

22 commentaires sur “Le low-cost ça ne marchera pas !

  1. Bizarrement vous ne comparez pas la même chose.

    Comparez sur 1 vol est tellement simple avec des horaires tellement différent

    L’un propose un bagage en soute et pas l’autre.
    L’un propose un repas et pas l’autre.

    Enfin le premier vol est effectué par Air France le second est effectué par Euroatlantic Airways pour le compte de Norwegian!!!

    Bel article à charge. Ou est le travail journalistique !

  2. Pensez vous vraiment que le passager est OK pour payer 500 euros le bagage et le repas ? Que le vol soit effectué par Air France, Euroatlantic ou Tataouine Airlines le passager ne sera jamais prêt a mettre deux fois le prix… Ce que veut le passager c’est aller du point A au point B et, si possible, pour pas trop cher…

    Si ce concept fonctionne c’est qu’il répond a une demande et, sauf erreur, répondre a la demande est le principe fondamental pour réussir dans une activité commerciale…

    C’est les mêmes arguments que l’on entendait il y a 20 ans sur le lowcost et la Navette Air France. « Sur la Navette nous avons des collations de qualité », « Sur la Navette nous servons de vrais repas pour les passagers en premium », « bla bla bla ». Résultat, le CC/MC a été totalement détruit par les low-costs…

  3. Et oui.
    Et 20 ans que AF a peur et verrouille ses filiales qui auraient pu formé une compagnie bas coûts avec une vraie stratégie de groupe.
    Mais non.
    Maintenant les low-cost sont là et bien la.
    Et profitent du boulevard laissé par AF en province.

  4. Seulement certains vols sont opérés par EuroAtlantic. Et que ce soit Norwegian ou une wet-lease ça ne change pas le tarif.

  5. “L’autre jour J’ai voulu acheter une voiture. Du coup je suis passé chez Dacia et BMW pour comparer les prix. Eh bien c’est dingue la différence de prix ! Pourtant c’était exactement le même produit : une voiture ! BMW va couler, laminé par Dacia !!”
    Un peu de sérieux…

  6. A l’équipe de rédaction. :

    Vous auriez pu également parler de la faillite de PRIMERA AIR qui proposait des vols pour les USA au même prix que Norvegian (qui cherche a fourguer des avions ..)

    Vous savez très bien que si l’on cherche ontrouera également des prix soit disant low cost plus chers que des compagnies major ..

  7. Intéressant et saisissant de voir Spinetta dans une émission il y a quelques mois être toujours 20 ans après dans le déni d’avoir raté lui et le Comex de l’époque (Gourgeon, Matheu and co) le coche du low cost. Intéressant de voir que certains d’entre eux étaient il y a quelques mois encore dans le process de recrutement pour le poste de PDG et même soutenus par des pilotes (le fameux projet Matheu par exemple).
    Easyjet, Ryanair, Volotea and co peuvent bénir le Snpl Alpa pour son aide déterminante ces 10 dernières années dans l’atteinte des objectifs sur le marché français. Avec un peu chance l’aventure Evain & co pourrait se poursuivre en décembre pour 4 ans…

  8. Tout dépend de quel point de vue on se place.
    Pour ceux et celles qui peuvent s’offrir les classes supérieures (Business et Première), la notion de low-cost est indigeste, mais pour tous ceux dont le budget les cantonne normalement à la classe économique (et qui considèrent la premium comme un petit luxe), alors la low-cost est une aubaine.
    Les premiers pourront savourer le voyage aérien, tous les autres sont là uniquement pour se déplacer. En eco, on paie le trajet, en business le confort, en Première le luxe disponible en fonction de la compagnie.
    Or, si l’on veut aller du point A au point B en « classe économique », que ce soit en court, moyen ou long-courrier, le niveau de produit et service dans les compagnies classiques n’est pas à la hauteur d’une telle différence de tarif. En court courrier, c’est même carrément le même service payant, le risque de grève en plus! Les compagnies américaines font déjà payer depuis longtemps les bagages en vols domestique, a l’instar des low-cost. La différence est vraiment nulle. Quant à Norwegian, avec leur wifi gratuit en long courrier, ils fournissent même un service inconnu de la majorité des compagnies classiques dont on parle.
    Donc, à chacun de savoir ce qu’il veut.

  9. Ça ne vous embête pas le low cost, pour le bien-être de celles et ceux qui travaillent dans ces entreprises ? Il n’y a certainement pas deux personnes ici qui accepteraient de travailler aux conditions où on travaille. Hrz Ryanair. Le low cost, c’est l’aboutissement du libéralisme qui gangrène toute la vie économique. Remarquez, si vous voulez, prenez une compagnie congolaise, c’est sans doute encore moins chère…ceci dit, l’avion n’est pas garanti jusqu’à la fin du voyage…

  10. Nous ne disons pas que le lowcost est bien ou mal au niveau humain, ce n’est pas le débat mais votre élargissement de ce dernier est tout a fait honorable… Remarquez quand même que les PNC easyJet ne sont pas a plaindre…
    Le lowcost est par contre clairement en train de tuer le modèle traditionnel.

  11. Mais vous ne pouvez donc pas comparer si vous estimez que les clients ne veulent pas les options.
    Comme le disait un autre commentaire plus haut : comparez une BMW et une Dacia…

    Les options n’en sot pas pour les majors, elles sont de facto incluses. Il n’y a pas de réduction si le client ne les veut pas.

    En revanche sur une low Cost ces options sont bel et bien payantes !

  12. Jusqu’en 2017, j’utilisais air France. Pendant deux décennies j’ai, beaucoup dépenser chez air France. Autant je n’ai, jamais eu de problème avec les enfants PNC. Autant le service commercial d’air France KLM Delta Airlines m’a beaucoup déçu. J’ai donc décidé de passer chez Norwegian Air shuttle. Je voyage régulièrement sur SFO CDG SFO en premium eco. Chez AF le prix du billet AR dépasse 2300$ avec des restrictions. Chez Norvegian c’est 1600$ sans restriction et un accès prioritaire et aux salons. La qualité des des sièges de la low-cost sont bien supérieures à celle d’AF. AF reste supérieur au niveau des repas servis et à bord. Mais je ne regrette pas pour l’instant d’avoir quitté AF.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !



Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 56 363 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.


Partages