mar. Nov 12th, 2019

Airbus A319 Air France © Kuba Bożanowski

Comment va Air France ?

Aujourd’hui va avoir lieu chez Air France un Comité d’Entreprise et nous allons encore assister au même scenario. La direction jouera sa partition en indiquant que la compagnie est au bord du dépôt de bilan et qu’il faut encore faire des efforts pendant que les syndicats crieront haut et fort qu’ils ont déjà fait pleins d’efforts et que la compagnie gagne de l’argent. Alors qu’en est-il exactement, comment va Air France exactement ? Comment cette entreprise qui va bientôt fêter ses 80 ans se porte t elle, est-elle proche du crématorium ou a-t-elle encore de beaux jours devant elle ?

Partages
Airbus A319 Air France © Kuba Bożanowski
Airbus A319 Air France © Kuba Bożanowski

Aujourd’hui va avoir lieu chez Air France un Comité d’Entreprise et nous allons encore assister au même scenario. La direction jouera sa partition en indiquant que la compagnie est au bord du dépôt de bilan et qu’il faut encore faire des efforts pendant que les syndicats crieront haut et fort qu’ils ont déjà fait pleins d’efforts et que la compagnie gagne de l’argent. Alors qu’en est-il exactement, comment va Air France exactement ? Comment cette entreprise qui va bientôt fêter ses 80 ans se porte t elle, est-elle proche du crématorium ou a-t-elle encore de beaux jours devant elle ?

En Europe Air France a 2 compagnies qui évoluent sur le même périmètre et sont relativement proche en terme d’activité et de cible, il s’agit de la Lufthansa et du groupe IAG qui est le résultat de la fusion de British Airways et Iberia.

Commençons donc par regarder le chiffre d’affaire et son évolution. En 2009 Air France enregistrait un CA de 23 970 millions d’euros pour enregistrer 25 633 millions d’euros fin 2012 soit une hausse de 6.93%. Pour la Lufthansa nous passons de 22 283 millions d’euros à 23 779 en 2011 soit une hausse de 6.71%. Pour IAG c’est une hausse de plus de 50% mais ce chiffre n’a pas de sens à cause des différentes fusions et acquisitions réalisées par le groupe sur la période. Nous voyons donc quand terme de chiffre d’affaire Air France et la Lufthansa sont proches et suivent la même pente légèrement ascendante.

Regardons maintenant le résultat opérationnel. Ce dernier représente le résultat de l’activité de l’entreprise dans son activité habituelle, le transport. En résumé est ce que les passagers sont assez nombreux et paient ils assez pour couvrir les charges correspondant à faire voler les avions. Pour Air France il est passé de – 193 millions en 2009 à -880 millions en 2012. Les pertes opérationnelles ont été multipliées par plus de 4 sur la période. Signalons tout de même qu’en 2011, donc sur l’exercice 03/2010 – 03/2011, le résultat opérationnel a été positif de 886 millions. Pour la Lufthansa on a 271 millions d’euros en 2009 et 773 millions d’euros en 2011 soit un résultat opérationnel en hausse. Pour IAG le résultat opérationnel fait le yo-yo passant de – 910 millions d’euros en 2009 à – 613 millions d’euros en 2012 après être monté à 225 millions d’euros en 2010 et 444 millions d’euros en 2011. Nous remarquons qu’Air France perd de plus en plus d’argent au niveau de ses opérations aériennes quand IAG réduits ses pertes et la Lufthansa diminue ses gains. Peut-on en déduire qu’Air France à un (gros) problème structurel et des coûts d’exploitations bien trop élevés ?

Le résultat net a moins d’intérêt car il englobe des activités non lié au transport mais pour être exhaustif voici les chiffres. En 2009 Air France annonçait une perte de 807 millions d’euros et en 2012 une perte de 1 187 millions d’euros après un passage dans le vert en 2011 à 612 millions d’euros. La Lufthansa passe de -100 millions en 2009 à 4 millions en 2011. IAG passe de -777 millions d’euros a – 923 millions d’euros pour la même période.

Un autre point intéressant pour juger de la santé d’une société c’est sa rentabilité financière. Cette dernière permet de savoir si l’argent investit engendre des profits ou est perdu. Pour être plus simple c’est ce qui se passerait si vous donniez 100 euros à Air France, auriez-vous 110 euros en retour après que la compagnie ait injecté cette somme dans son système économique ou auriez-vous 90 euros en retour. Dans le cas d’Air France cette rentabilité est de -14.22% en 2009 et -23.84% en 2012. Pour la Lufthansa nous avons -1.61% en 2009 et 0.05% en 2011. IAG c’est -20.06% en 2009 et -18.26% en 2012. On remarque de suite qu’Air France voit sa rentabilité financière chuté depuis plusieurs années alors que celle d’IAG augmente et que celle de la Lufthansa chute mais reste positive.

Nous finirons par le ratio d’endettement. Il représente, de façon simplifié, le total des dettes par rapport au total de vos actifs. Plus ce ratio est haut plus la société est endetté et donc dépendante des organismes préteurs. En 2009 le ratio d’endettement d’Air France était de 98.11% pour passer en 2012 à plus de 157%. Pour la Lufthansa nous avons 59.56% en 2009 et 30.16% en 2012. IAG passe de 3.23% en 2009 à 37.37% en 2012.

Que nous disent ces chiffres concernant Air France ? Air France est une société qui génère un CA tout à fait cohérent avec sa place sur le marché européen. Il est en hausse et, si on prend le ratio CA/effectif, Air France est devant la Lufthansa. Pour Air France un employé « génère » 254 400 euros contre 198 000 pour la Lufthansa. Après c’est une autre histoire. Air France est surendettée et incapable de générer le moindre bénéfice opérationnel ce qui, en terme plus clair, signifie que quand un avion décolle il perd de l’argent même avec des taux de remplissage qui sont globalement bons. Pour répondre à la question ; « Air France va-t-elle bien ? » ou à la question ; « que faire ? » nous vous laissons déduire les conclusions que vous voulez.

Les chiffres sont issus des sites boursorama banque, les échos, Air France Corporate…
Partages

14 thoughts on “Comment va Air France ?

  1. Ahhh ouais, c’est pas très glorieux tout ça !
    Peut on imaginer que la Lufthansa mange Air France un de ces jours ?
    Bons vols et apprenez vite l’allemand…

  2. Voilà un excellent résumé de la situation d’AF ! La Direction Générale de la compagnie partage cette vision d’une compagnie dont le résultat est plombé par la dette et des coûts d’exploitation trop élevés. Il est pour moi évident que les escales vont devoir faire d’énormes efforts car les coûts d’exploitation sont directement liés au coût de la touchée, premier poste de dépense loin devant les coûts de navigants quoi qu’en disent certains 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !



Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 36 761 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.


Partages