lun. Nov 18th, 2019
Boeing 737 Ethiopian

Boeing 737 Ethiopian Airlines

737 Max, magouilles et politiques ?

Le dossier du Boeing 737 Max vire au règlement de compte politique. Fin novembre, après le crash de Lion Air des pilotes avaient déjà demandé une modification de l’avion mais, sans succès. Comment la FAA n’a-t-elle pas pris la décision de « grounder » l’avion ? C’est ce qui est actuellement au centre des débats outre atlantique.

Partages

Le dossier du Boeing 737 Max vire au règlement de compte politique. Fin novembre, après le crash de Lion Air des pilotes avaient déjà demandé une modification de l’avion mais, sans succès. Comment la FAA n’a-t-elle pas pris la décision de « grounder » l’avion ? C’est ce qui est actuellement au centre des débats outre atlantique.

Mercredi, lors d’une audition du chef intérimaire de la FAA (administration américaine équivalente a la DGAC) Daniel Elwell, le constructeur américain a été plus que soutenu par ce dernier. Lors de cette audition il a été pointé du doigt les procédures de certification. Les démocrates présents ont tous tiré à boulets rouges en mettant en évidence des incohérences.

Comment pouvons-nous certifier un avion avec une telle défaillance ? Comment cela a-t-il été certifié, nous ne devrions pas voir cela de nos jours !

Il a été également porté à l’attention du public le fait que dans le cursus de formation de qualification des pilotes sur le Boeing 737 Max il n’est pas fait mention du nouveau système anti décrochage, le MCAS qui, rappelons-le, est impliqué dans les deux crashs.

Républicains versus Démocrates

Les républicains ont eux été a 100% du coté de Daniel Elwell, Paul Mitchell en tête :

Quand vous certifierez (le 737 MAX modifié), je serai un des premiers à acheter le billet d’avion pour y monter parce que j’ai confiance en notre aviation, j’ai confiance en vous et j’ai confiance en Boeing.

La carrière de pilote, mais surtout de lobbyiste de Daniel Etwell n’est pas pour rien dans ce virage « OK Corral » politique.

Le Démocrate Rick Larsen a un seul but, sauver Boeing et ses emplois. Elu démocrate de l’Etat de Washington son discours est simple. Il faut redonner confiance dans les 737 Max pour que les compagnies aériennes en achètent et que les emplois soient préservés. L’usine qui fabrique le 737 Max est, dans l’état de Washington…

Boeing fait face à une enquête criminelle, les politiques commencent à s’en mêler et le ton monte, la suite risque d’être assez compliqué pour le transporteur américain qui pourrait bien voir passer la sécurité de son avion derrière les enjeux politiques…

Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !



Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 36 971 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.


Partages