mer. Jan 22nd, 2020
Air Austral B777

Boeing 777 Air Austral © Phillip Capper

Air Austral rien ne va plus !

Le SNPL d’Air Austral a déposé un préavis de grève pour une période allant du 29 janvier au 1er février prochain.

Partages
Air Austral B777
Boeing 777 Air Austral © Phillip Capper

Le SNPL d’Air Austral a déposé un préavis de grève pour une période allant du 29 janvier au 1er février prochain. Le SNPL dénonce des conditions de travail dégradées et des conditions de détachement des pilotes vers la filiale mahoraise EWA Air.

De son côté la direction indique que, selon elle, cette grève n’est faite que pour « sauver » un collègue pilote qui a reçu un avertissement pour « faute grave » suite à des menaces écrites par ce dernier a l’encontre d’un cadre de l’entreprise.

« L’appel à la grève, lancé depuis Paris par le SNPL Alpa National aux pilotes d’Air Austral, découle de la décision prise par la Direction Générale de la compagnie, d’adresser un avertissement à un membre de son personnel, délégué syndical du SNPL, alors que ce dernier a proféré des menaces écrites à l’encontre d’un dirigeant de l’entreprise dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier 2016… Le syndicat s’appuie aujourd’hui à travers son communiqué adressé à la presse, sur des sujets annexes afin de pouvoir justifier auprès de ses adhérents, des salariés de l’entreprise et du grand public, une grève dont le sujet central ne saurait être compris, à savoir l’avertissement. »

La situation semble donc de plus en plus tendue entre la direction d’Air Austral et le syndicat de pilotes SNPL. Le SNPL a fait paraitre un communiqué afin de clarifier sa position, pas certain que celui-ci apaise la situation.

COMMUNIQUE SNPL AIR AUSTRAL

Alors que la direction d’Air Austral qualifie de « sujets annexes » les motifs du préavis de grève, nous tenons à rappeler que la présence de risques psychosociaux élevés a été constatée à deux reprises au sein de la compagnie en 2012 et 2014 par les enquêtes SECAFI et « Great Place To Work ». Un audit APEX, réalisé dans le cadre de l’arrivée du Boeing 787 dans la flotte, est venu à nouveau le souligner en 2015.

Alors que le PDG d’Air Austral se prévaut de « mettre toute son énergie à créer un climat social, mature et équilibré, soucieux d’améliorer la qualité de vie au travail de chacun », nous notons qu’en un peu plus d’un an « la qualité de ces relations sociales » a fait l’objet du dépôt de trois préavis de grève – deux préavis ont été déposés à l’initiative du SNPL en décembre 2014 et janvier 2016, le troisième en juillet 2014 étant à l’appel de l’UNSA – sans oublier le dépôt par la CFDT d’une plainte devant le TGI de St Denis pour avoir été écartés des négociations alors qu’ils devaient légalement y être présents. Nous rappelons également la récente dénonciation de l’accord sur la prévention des conflits par la CFDT et l’UNSA, signataires du document, après l’enlisement du dialogue social. Nous constatons enfin que « l’ouverture d’esprit » défendue par la direction de l’entreprise est largement compromise par le grand nombre d’affaires juridiques actuellement en cours d’instruction opposant notre management à d’anciens employés comme à des salariés toujours en poste.

Comment opérer un vol sereinement lorsque l’on est menacé par sa hiérarchie de représailles sur sa carrière en cas de refus d’un détachement dans une filiale sans connaître les conditions de ce détachement ? Comment poursuivre son activité normalement lorsque l’on reçoit sans préavis ni entretien préalable une sanction à peine une heure avant de prendre les commandes de son appareil avec 400 passagers à bord ? Comment réagir lorsque votre hiérarchie, pour « faire une exemple », requiert la levée d’anonymat sur des documents rédigés à des fins d’amélioration de la sécurité des vols, en dehors de tout cadre réglementaire et en infraction avec les législations française et internationale ?

Le dépôt d’un préavis de grève n’est jamais une décision facile à prendre. Elle est ici motivée par une succession d’évènements touchant individuellement des salariés dans l’exercice de leur activité professionnelle et dont la portée est de nature à compromettre la qualité de service offerte aux passagers et la sécurité des vols.

Si, comme l’indique la direction d’Air Austral, le différend qui oppose la direction d’Air Austral au délégué syndical du SNPL est le motif principal de l’appel à la grève, comment alors expliquer que le dépôt du préavis ait reçu le soutien quasi unanime des autres organisations professionnelles présentes dans l’entreprise ?

Le SNPL a toujours placé la sécurité des vols et la qualité de vie au travail au centre de ses priorités. Les pilotes sont les garants de la sécurité à bord ; un environnement serein est la condition du bon fonctionnement d’un cockpit, loin des pressions hiérarchiques. Le double discours tenu par les dirigeants d’Air Austral a conduit les relations sociales au sein de l’entreprise dans une impasse. Les « challenges de 2016 à relever par la compagnie » ne sauraient l’être sans un changement radical des méthodes de management existantes.

C’est pourquoi le SNPL maintient son préavis de grève du 29 janvier au 1er février 2016.

Partages

5 thoughts on “Air Austral rien ne va plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !



Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 38 355 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.


Partages