lun. Jan 27th, 2020
Corsair a JFK

Airbus A330 Corsair © Aeroworldpictures

Corsair a l’avenir devant elle

Corsair a l’avenir devant elle suite, entre autres, à la disparition d’Aigle Azur mais surtout de XL Airways.

Partages

Corsair a l’avenir devant elle suite, entre autres, à la disparition d’Aigle Azur mais surtout de XL Airways.

Les projections de IATA concernant le développement des compagnies aériennes sont plus que bonnes. Le trafic passager est en constante évolution. Mais ne soyons pas trop optimistes, les récentes faillites de ses deux compagnies aériennes françaises le rappelle. La France a un problème et ce problème c’est les charges !

Quoi qu’il en soit Corsair a de l’avenir depuis maintenant plusieurs mois avec l’arrivée d’un nouvel actionnaire. TUI était un pur player du monde du voyage et de l’hôtellerie mais certainement pas du transport aérien.

Le nouvel actionnaire, Intro Aviation, va donner de l’avenir a Corsair et lui permettre de mettre en place une réelle politique de croissance ainsi que lui donner les moyens d’aller se battre sur des secteurs ou, jusqu’à maintenant, elle n’en avait pas les moyen.

Pascal de Izaguirre, patron de Corsair depuis 10 ans, a répondu aux questions de Capital concernant l’arrivée de Intro Aviation, les conséquences, la stratégie et l’avenir de Corsair.

Corsair a été repris en mars dernier par le groupe allemand Intro Aviation. Quelles sont les conséquences de ce rachat pour la compagnie ?
Pascal de Izaguirre :
Cela change tout ! TUI, jusque-là notre actionnaire unique, était surtout actif dans le voyage, les croisières et l’hôtellerie. L’aérien ne faisait pas partie de son cœur de métier. Corsair ne pouvait pas réellement déployer de stratégie et nous avons souffert d’un certain immobilisme. Intro Aviation, au contraire, est bien décidé à développer la branche aérienne dans laquelle il est déjà très engagé en Allemagne. Il nous apporte ainsi une dynamique nouvelle pour l’extension de notre flotte, de nos réseaux commerciaux ou de notre rayon d’action. Une dynamique d’autant plus efficace que c’est un expert du secteur. Nous parlons le même langage et le processus de décision est plus rapide, plus fluide. Les perspectives sont donc prometteuses, car Intro est également prêt à prendre des risques.

Mais pour quelle stratégie ? L’aérien semble un peu courir derrière le modèle idéal…En 2010, Corsair était une compagnie de «pseudo charters». Elle se disait low cost sans l’être vraiment et était presque entièrement dépendante des besoins de son actionnaire historique, le tour opérateur Nouvelles Frontières, alors sur le déclin. J’avais déjà la conviction que le modèle du charter était condamné à plus ou moins court terme par l’avènement du low cost qui, de fait, a bouleversé le marché. Mais Corsair avait déjà une trentaine d’années, il n’était pas envisageable de la transformer en compagnie low cost. Ma stratégie a donc été d’en faire une compagnie régulière assurant des vols quotidiens et complètement indépendante d’un tour opérateur. Cela nous permettait de viser tous les types de clientèle, y compris la clientèle d’affaires. Cela s’est révélé payant : nous avons ouvert fin 2017 une classe affaires qui va bientôt passer de 12 à 20 sièges dans chaque appareil. Cela nous a obligés à élargir considérablement notre base commerciale et à être présents dans toutes les agences et tous les circuits de distribution. Aujourd’hui, TUI ne représente plus que 2% de notre chiffre d’affaires.

Retrouvez la suite de cette interview ICI

Partages

1 thought on “Corsair a l’avenir devant elle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !



Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 38 499 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.


Partages