dim. Oct 13th, 2019
Boeing 787 Air France

Boeing 787-9 Air France © Mathieu Douhaire

SNPL, un pilote Air France parle !

Partages
Airbus A380 Air France © Hugo Possamaï

Coup de gueule d’un pilote AF, syndiqué au SNPL depuis mon entrée dans la compagnie, gréviste ces derniers temps, mais dégoûté par la tournure prise par mon syndicat. Pourquoi ?

  • La communication du SNPL devient déplorable. Tant les moyens que la façon sont de moins en moins crédibles. Aller régler ses comptes anonymement sur Twitter, ou dénoncer un chef de division sur Telegram (me dites pas qu’ils ne s’y attendaient pas…) sont des méthodes indignes. Il ne reste plus que les groupes privés sur Facebook avec des listes de « jaunes ». Alors moi aussi, je vais balancer anonymement, j’adopte les mêmes règles du jeu.
  • Il n’y a plus de stratégie pour le long terme. Si je trouvais légitime de demander plus que la proposition indécente de la direction, on voit maintenant qu’Evain décline la même stratégie que pour Joon : on continue de mettre la pression pour avoir mieux. On sait comment ça va se terminer : il se félicitera de signer l’accord qu’il refuse aujourd’hui…
  • Evain justifiait sa fermeté par l’absence de propositions côté direction. Maintenant que la direction a fait un pas, Evain refuse d’en faire autant. C’est pas honnête ! Pire encore, il refuse de recueillir l’avis des pilotes qu’il est censé représenter… Je vois déjà comment ça va se terminer : si c’est pas lui qui organise le référendum, ce sera la direction. (ndlr: ca y est, c’est fait !) Comme ça ils auront beau hurler au scandale du contournement des représentants du personnel, ils auront définitivement tout perdu…
  • Ce syndicat devient autant démocratique que les AG des étudiants, le chien en moins… Comme pour les étudiants, les grévistes sont en minorité et même au sein du SNPL, des voix discordantes s’élèvent. Mais les « purs et durs » les ignorent et se retranchent derrière une pseudo légitimité qui remonte aux dernières élections et qu’il n’est pas question de remettre en cause (référendum). Les démissions de ces derniers mois ? On s’en fout ! Beaucoup se demandent comment Evain a pu arriver à la tête du syndicat. Peut-être que Coluche a la réponse : « Il a dû arriver premier dans un concours de circonstances »…
  • Et la goutte de trop : le protocole instructeur 787 ! On a des gars qui sont pilotes, mandatés pour défendre les pilotes, et qui ont décidé de faire les têtes de mule en refusant de prolonger un accord qui ne coûte pas grand-chose vu le nombre de volontaires. En conséquence, ils vont priver une centaine de pilotes de leur qualification (ne vous inquiétez pas, ils ne seront pas concernés, eux), et obliger la compagnie à clouer au sol l’avion le plus économe de la flotte. On reparle de stratégie ou pas ?
  • Des bruits courent qui laisseraient entendre que les jours de grève seraient choisis en fonction des jours de délégation de certains dirigeants. Pourquoi colporter des bruits ? Parce qu’il y a déjà eu quelques malhonnêtetés sur la période de Noël il n’y a pas si longtemps… Si c’est faux, il faut être transparent en rendant les plannings publics. Si c’est vrai, il ne reste plus qu’une seule porte : la démission.

Ma décision est prise : je volerai sur les prochains jours de grève. Même si c’est pas ma rotation initiale. Et j’arrête de payer ma cotisation. Je la reprendrai avant les élections pour virer ces incapables.

Partages

9 thoughts on “SNPL, un pilote Air France parle !

  1. Le Evain bashing de la part de certains pilotes SNPL est très amusant :
    – il a été élu ainsi que son équipe de manière démocratique il me semble. Son programme était clair. Son passé syndical aussi. Je trouve étonnant que plus de 3 ans après l’élection de ce bureau, des pilotes de ce syndicat découvrent que « c’est un idéologue plus qu’un pragmatique » (ce qui est à demi-vrai).
    – Il y a 30% de pilotes qui suivent l’intersyndicale ce qui n’est pas rien. La fracture est bien plus profonde est ancienne que cet épisode.
    – je ne parle même pas de la communication qui a toujours été déplorable du moins sur la forme. Rien de nouveau en 2018comme il y a 20 ans …
    – En revanche, ce qui ennuie le plus les pilotes qui critiquent ce bureau, c’est la stratégie d’alliance avec FO, la CGT, le PS et les PNC.
    Les négos bilatérales Direction-SNPL, c’est quand même plus noble. Seul le pilote est à la hauteur pour négocier avec la direction l’avenir de la compagnie.
    Mais Evain et son équipe sont malins , ils ont su surfer sur cette vague Mélanchoniste tout en négociant pour les pilotes au mieux. Ils ont trouvé des syndicats Sols et PNC structurellement « morts » qui sucent la roue pour avoir des miettes…
    Le Président qui lance un referendum (logique) avec sa démission dans la balance est le seul qui sort pas le haut. L’Etat va donc intervenir car il n’y a aucune solution de rechange en cas de démission et personne ne prendra le job.
    J’attends de voir ce que KLM va faire….

  2. Rectification : il y a deux successeurs potentiels en interne
    Le DG AF qui n’ a pas mis sa démission dans la balance, étonnant non ?
    Le Directeur financier
    Sur un malentendu tout est possible….

  3. De quoi parle t’on ?
    Si la situation est si bonne pour les pilotes d’Airfrance c’est grâce au SNPL et ils le savent (rémunération, règles d’utilisation…..)quel manque de reconnaissance de ce type de pilote, le SNPL a toujours privilégiié le « tout pour ma gueule des PNT » et aujourd’hui certains font la fine bouche c’est lamentable….le syndicat les mettrait en danger….tu parles ils n’ont eu besoin de personne pour voter Joon a plus de 83 % , ce monsieur n’a pas eu d’etat d’ame pour ce vote qui détruit le métier de PNC mais qui lui permettra de voler indifféremment sur trois compagnies (Air France, Joon et Transavia) au même salaire qu’a Air France !!!! Et tout ça grâce au SNPL ( alors ces états d’ame sont risibles)
    Enfin concernant la démission du PDG vous inquiétez pas il touchera une très grosse prime et aura un autre job très facilement (c’est facile dans ce cas de démissionner ).

    1. Ce référendum est purement symbolique, le President ne prends aucun risque. D’ailleurs sur le fond cela ne changera pas grand chose.
      Le véritable totem pour le Snpl c’est la cogestion. Peu importe le leader il faut protèger coûte que coûte ce statut. Cette aberration en matière de gouvernance qui fait que depuis 20 ans toute décision stratégique doit avoir l’accord de ce syndicat n’a jamais été remis en cause.
      L’ensemble des salariés ont leur part de responsabilité.
      À quand un référendum qui denoncerait cette décision majeure prise par un ancien dirigeant bien connu par compromis ou compromission ?
      le Snpl va continuer à cogerer, il vient de récupérer le poste d’administrateur pilote au conseil d’administration ….par conséquent il a les leviers stratégiques pour agir …

  4. Le rédacteur de cette missive assume publiquement vouloir faire le jaune et casser la grève de ses collègues. Je trouve ça minable. S’il lui reste un peu de dignité, qu’il verse sa prime de vol jaune et l’éventuelle augmentation gagnée par la grève au SSNAM.

  5. Augmenter tout le monde de 6%, ce n’est pas raisonnable, surtout dans une stratégie de croissance.
    Qu’on soit pilote, PNC ou agent sol, on s’en rend compte. La proposition sur la table était une sortie par le haut et même dangereuse. Les syndicats sols sont désespérant en échangeant 2000€ d’interessement non imposable + 400€ de salaire contre au maximum 1500€ imposable (5%) de salaire + 0 interessement. Ca prouve le niveau.

    Evain, ne rêve que du grand soir et je pense que personne au SNPL modéré ne l’avait vu venir. Négocier le plafond de Transvaia France en échange d’augmentation, c’est un super deal. Maisill bloque tout : les bases province transavia, le protocole 787, il était prêt à bloquer les toilettes privatives de l’A350, pour ne pas dégrader la fonction de pilote (alors qu’aucune airline) n’a de toilettes purement privatives. Il bloque la croissance de tout le monde. Mistrali est parti, Damon est partie. Il ne reste que ses fidèles: Floch et Farges…
    Il a fait annuler la procédure d’exclusion des syndicalistes ripoux de Hop! provoquant la démission de Derivry.
    Le laisser gagner, c’est couler la boite ad vitam aeternam. Car contraitrement à Swiss ou SN, l’environnement est trop ouvert pour redémarrer de 0 et espérer percer.

    Ce mec est fou, comme on dit en Anglais, « don’t let the inmates run the asylum »

  6. En qualité de citoyen, de contribuable, d’ancien responsable d’entreprises,
    Je m’indigne contre la position d’absolus privilégiés du SNPL qui me rappelle furieusement l’absolutisme de la CGT dont le monopole d’embauche a tué tous les ports de France au bénéfice notamment de nos voisins néerlandais.
    Nos chers pilotes auraient ils oublié que leurs privilèges sont susceptibles d’abolition?
    Quand on gagne sans

  7. Quand finira-t-on par abolir ce privilège extrême que s’octroie le SNPL?
    N’oublions pas que certaine CGT en position de monopole sur l’embauche des dockers a tué tous les ports de France au grand profit de nos voisins de la mer du Nord.
    Alors quand allons nous finalement mettre un terme à la malfaisance du SNPL imbu de sa position dominante. Nous venons tout juste de passer le 5 août date il y a deux siècles d’une certaine abolition des privilèges.
    Quand pourrons nous enfin nous libérer des corporatismes destructeurs d’entreprises, d’emplois et finalement ennemis de la France?
    N’oublions pas que les pilotes qui ont un statut protecteur pas si éloigné des fonctionnaires gagnent plus avec beaucoup moins de contraintes que l’énorme majorité des entrepreneurs de notre pays qui eux prennent des risques autrement conséquents.

    Alain Fauvet
    citoyen, ancien dirigeant d’entreprise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !



Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 49 849 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.


Partages