ven. Nov 15th, 2019
Joon

Soirée Joon © PH

Air France, partenariat qui fâche

Air France et la plateforme de location en ligne Airbnb viennent de s’allier.

Partages
Logo Joon © Joon

Air France et la plateforme de location en ligne Airbnb viennent de s’allier. Joon souhaite s’attirer les faveurs des millénials et il est certains qu’Airbnb est déjà bien connu de cette population. Comme le fait d’ailleurs remarquer Emmanuel Marill, directeur France et Belgique d’Airbnb :

Les premiers à utiliser Airbnb.

Cependant Air France semble oublier qu’Airbnb n’est plus aussi glorieuse en France. Les montages financiers de cette dernière afin d’échapper a l’impôt en France ont fortement terni son image et sa réputation.

L’Etat français détient environ 17.5% du capital d’Air France, il se bat contre l’évasion fiscale et souhaite mettre en place des processus pour que les GAFA paient leurs impôts en France. Dans le même temps il « autorise » Air France a nouer un partenariat avec Airbnb, injonction paradoxale ?

Du coté des hôteliers français c’est l’incompréhension et même une certaine colère. Dans un communiqué signé par le Groupement National des Indépendants de l’Hôtellerie et la Restauration et par l’Association pour un Hébergement et un Tourisme Professionnel ils s’interrogent :

Le GNI et l’Ahtop s’interrogent sur ce partenariat entre une filiale d’Air France, subventionnée à Hauteur de plusieurs milliards d’euros par l’État et les contribuables français, et la plateforme Airbnb et ses nouveaux services payants tels que “Airbnb expérience”. Cette multinationale qui use de toutes les failles du système fiscal français pour ne déclarer que 2 % de son chiffre d’affaires en France et ne créer quasiment aucun emploi.

Ce partenariat entre une entreprise dont l’actionnaire principal est l’Etat et une société californienne experte dans l’évasion fiscal, elle 2% d’impôts en France, semble assez incongru au moment même ou le gouvernement annonce vouloir mettre fin au pouvoir des GAFA et ou la Mairie de Paris souhaite freiner Airbnb qui engendre des tensions sur le marché de l’immobilier locatif dans la capital.

Partages

8 thoughts on “Air France, partenariat qui fâche

  1. C’est une décision bien malheureuse mais les salariés d’AF vont-ils dénoncer ce partenariat ? :
    – Entre évasion fiscale (Airbnb, etc…) et optimisation fiscale (AF, etc…) la frontère est très mince – une est illégale et l’autre est malheureusement légale mais la finalité est la même : échapper à l’impôt dont les états ont plus que besoin…
    « Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère et n’aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil à toi ! »

  2. Et si AF pratiquait aussi l’optimisation fiscale ? D’autres le font ! Aucun avion d’Alitalia n’est immatriculé en Italie par exemple… Et le déménagement du siège aux Pays-Bas permettrait d’économiser 400 millions d’euros de charges sociales… Quand AF ne bouge pas, on dit qu’elle est moribonde. Et quand elle se réveille et fait comme certains de ses concurrents, on hurle au scandale. C’est peut-être un peu exagéré…

    Par ailleurs, entendre le GNI et l’Ahtop dire que « la compagnie est subventionnée à hauteur de plusieurs milliards d’euros par l’état » est juste hallucinant !!! Je ne comprends même pas que de tels propos complètement erronés soient relayés. AF est une entreprise privée depuis longtemps et ne touche pas un centime de l’état. Au contraire, celui-ci considère que le secteur aérien est une vache à traire et ne se prive pas d’en retirer de gros revenus (taxe Chirac et autres, redevance ADP dont l’état est le premier actionnaire…). Juste débile et honteux !

  3. Qu’on ne nous raconte pas que l’État se plaint de la baisse des rentrées fiscales dans l’hôtellerie quand parallèlement il réquisitionne des hôtels Formule 1 qui auraient fait le bonheur des vacanciers à petits budgets pour y loger des clandestins. Airbnb est un formidable vecteur du développement du tourisme à Paris notamment. Pourquoi se priver d’un tel partenariat ?

  4. Merci d’apporter des précisions :

    – « une filiale d’Air France, subventionnée à Hauteur de plusieurs milliards d’euros par l’État et les contribuables français » : quid des éléments factuels permettant cette affirmation

    – « le déménagement du siège aux Pays-Bas permettrait d’économiser 400 millions d’euros de charges sociales » : éléments permettant d’affirmer ce chiffre et raisonnement complet svp, cad le coût total d’un déménagement d’un siège social tant financier qu’humain (je suppose que AF ne rembourserait pas une partie des trajet domicile France – Pays -Bas des salariés…)

    – « parallèlement il réquisitionne des hôtels Formule 1 qui auraient fait le bonheur des vacanciers à petits budgets pour y loger des clandestins » :
    Ce sont environs 20 F1 en Ile de France. Avez-vous le nombre précis de clandestins qui résident ? Merci de préciser svp.
    Malheureusement en raison de l’offre structurelle insuffisante de logements dans les grandes villes font que des travailleurs pauvres (et pas seulement les clandestins que vous pointez), femmes seules avec enfants, etc…en situation régulière y vivent car ne pouvant pas payer de loyer car précaire donc pas solvable pour les propriétaires….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !



Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 36 887 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.


Partages