5 août 2020

Air France Boeing 747

SNPNC Air France pas content

Air France va avoir du mal à faire avancer son projet « Boost » et lancer sa compagnie aérienne nouvelle version comme prévu.

Partages
Logo SNPNC © SNPNC
Logo SNPNC © SNPNC

Air France va avoir du mal à faire avancer son projet « Boost » et lancer sa compagnie aérienne nouvelle version comme prévu. Le syndicat de pilotes Air France SPAF a déjà indiqué ne pas y être favorable et le SNPNC, syndicat d’hôtesse de l’air et steward, en a remis une couche hier dans un tract au doux titre de « Projet Boost : PNC Oust »…

Selon le syndicat l’effort pour augmenter la compétitivité du groupe et aller se battre avec les compagnies aériennes du Golfe ;

serait supporté par les seuls PNC de la nouvelle entité… Qui peut croire que l’Entreprise va s’arrêter à 800 PNC sous-traités et bradés pour reconquérir le monde ?

Le SNPNC estime que le projet Boost n’est qu »une façon de détruire le PNC en France. Ce projet est, selon le syndicat ;

n’est né que pour contourner les PNC d’Air France et leurs organisations syndicales représentatives, qui depuis des années, luttent pour maintenir un Accord PNC et un Comité d’établissement PN. Avec cette entité créée ex nihilo, il n’y aura plus aucune barrière : les lignes sont transférées sans négociation, sans les Représentants du personnel AF et par conséquent sans les conditions de travail et de rémunération AF. Boost ne sera rien d’autre qu’une low cost sociale (entendez bas salaires pour les PNC) et un laboratoire d’expérimentations des compo PEQ, des services et de la densité des plannings, avant d’imposer tout ceci aux PNC de la maison mère AF

Il en appelle même aux adhérents et semble être sur le point de sonner le rassemblement général ;

Nous aurions tort de souffler en pensant que le boulet est passé à côté. Tout d’abord un certain nombre d’escales vont être dévolues à Boost. Bangkok serait par exemple sur la liste des lignes transférées. Ensuite, parce que bien que M. JANAILLAC ait tenu à préciser, dans un bel élan de rhétorique, que « la montée en puissance de cette Compagnie se fera sans atteinte à l’emploi des hôtesses et stewards d’Air France », cette décision sonne le glas du PNC d’AF. Les embauches de PNC à AF, c’est fini

Le SNPNC en ajoute une couche en parlant de Dumping social interne en allant jusqu’à évoquer la « Double peine pour le PNC ». Il précise ;

les PNC ont déjà accepté et accompli un colossal effort de 20% de productivité et subissent depuis 5 ans un gel des salaires.

Bosst risque surtout de faire un grand Boum que le climat social va exploser et cela pourrait bien arriver plus vite que certains ne le pensent…

Partages

6 thoughts on “SNPNC Air France pas content

  1. Petits arrangements – Petite gouvernance :
    – « Mon cher Jean-Marc, nous comptons vivement sur vous pour nous élaborer un projet qui rétablisse un relatif calme d’ici les élections. N’oubliez pas que vous êtes notre candidat, nous vous avons choisi et nous savons que nous pouvons compter sur vous mon cher Jean-Marc » ;
    – « Merci pour votre confiance, Mr Le Président, cher François »;
    – « Mon cher Jean-Marc, il conviendrait de caresser le SNPL dans le sens du poil, vous savez on ne peut rien faire sans eux. Mr Spinetta faisait cela très bien, vous devriez vous en inspirer mon cher Jean-Marc »;
    – « Vous avez raison Mr le Président, je me suis déjà mis au travail. Nous avons eu avec le bureau du SNPL Alpa des réunions très constructives et profitables »
    – « Cher Jean-Marc, vous m’en voyez ravi. De notre côté, afin de vous faciliter la tache, je vais prévenir le Premier Ministre que nous stoppons cette taxe. Cela devrait calmer les pilotes et vous permettre de vous affirmer en bon défenseur des intérêts de la compagnie ».
     » Merci pour votre confiance Mr le Président »

  2. Et pour une fois je suis d’accord avec le PNC AF, ils ont fait des efforts, alors que d’autres, vous savez de qui je parle, ils n’ont pas trop contribué à l’effort. Mr Janaillac veut remettre la confiance, en affichant le plus grand mépris vis à vis du PNC, en contournant les accords par la création de cette nouvelle compagnie. On ne demande surtout rien aux pilotes, normale que ca se termine mal.

  3. Sans prendre parti, je crois qu’il faut aujourd’hui tenir compte de la réalité du marché. La démocratisation rapide du transport aérien passager a induit une réduction des coûts de personnel, entre autres. Cela est surtout vrai sur les long courriers qui vont devoir maintenant faire face à de nouveaux concurrents musclés et agiles. Seule une augmentation franche de la productivité (avec tous les sacrifices que cela implique) assurera la survie des plus anciennes entreprises comme Air France.

  4. bonjour,ayant été manut fin 90 debut 2000,je rajouterai une ligne au commentaire d’icare : mon cher francois on va aussi faire des economies en sous traitant la piste et le passage !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 36 252 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.
Partages