dim. Déc 15th, 2019

Logo CGT © CGT

CCE Air France au bord du gouffre

Le Comité Central d’Entreprise d’Air France est de nouveau dans le rouge et va sans doute terminer l’année avec un déficit compris entre 600 000 et 700 000 euros.

Partages
Air France Industrie © Air France
Air France Industrie © Air France

Le Comité Central d’Entreprise d’Air France est de nouveau dans le rouge et va sans doute terminer l’année avec un déficit compris entre 600 000 et 700 000 euros. Le CCE Air France gère les activités sociales et culturelles des 45 000 employés qui travaillent au sol au sein d’Air France. Les personnels navigants d’Air France ont leur propre CE.

Le CCE Air France n’était plus dans le rouge depuis décembre 2013 et une sortie de redressement judiciaire accompagné d’une très forte réduction des dépenses. Le bureau du CCE, à 100% constitué de membre de la CGT, prévoit une perte pour 2016 de 655.356 euros. Ce dérapage risque fort de remettre en cause le plan de redressement que le tribunal de Bobigny avait acté en décembre 2013.

Le déficit serait le résultat de la baisse des effectifs dans l’entreprise et donc la baisse de recette. Selon un tract de la CGT il faudrait trouver 1.5 millions d’euros pour retourner à l’équilibre. L’entreprise n’a pas l’intention de versé un centime et le CE des navigants, totalement indépendant du CCE, n’a pas indiqué souhaiter verser quoi que ce soit pour sauver le CCE.

 

Partages

3 thoughts on “CCE Air France au bord du gouffre

  1. qui pourrait donner tort à la direction? le puits sans fond du CCE constamment renfloué par la direction a usé et abusé de cette possibilité, heureusement que maintenant c’est terminé

  2. La gestion selon la CGT…
    Ensuite, ils vont critiquer le CE Lignes (géré de façon exemplaire par les navigants, certification à l’appui) en disant qu’il y a un CE de « riches » et un « pôvre CCE sans argent »…
    La vérité, c’est que le CE Lignes reverse au CCE un montant qui permet à chaque CE d’avoir le même budget par employé (la justice ne l’impose pas).
    La vérité, c’est que le CE Ligne a octroyé un prêt au CCE pour l’aider à se redresser (prêt qui ne sera peut-être jamais remboursé…).
    La vérité, c’est que le CE Ligne a des frais de fonctionnement de 2% du budget, les 98% restants allant aux employés. Au CCE, c’était exactement l’inverse il y a quelques années…
    La vérité, c’est que le CCE a dépensé une fortune (le montant m’échappe) pour un portail informatique qui ne fonctionne pas ou mal et offre des fonctionnalités très limitées. Le portail du CE Ligne a coûté bien moins cher et offre des prestations très complètes.

    Quand à la direction, elle a une obligation : verser un montant défini par employé. Comment cet argent est employé ne la concerne pas, même si ça doit impacter le « contrat social » des employés.

    Je plains mes collègues non navigants car ce sont eux qui se font voler dans l’histoire.

  3. Quand on est gestionnaire aussi médiocre, on risque de perdre sa crédibilité quand on défend la masse laborieuse contre la mauvaise gestion de l’entreprise…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !



Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 37 416 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.


Partages