dim. Déc 8th, 2019
Manifestation

© Régis Hector http://www.hector-bd.com/

Air France, la grève arrive en juin !

Air France sera bien paralysée en juin par une grève des pilotes de la compagnie aérienne tricolore. Apres le petit jeu que ce sont livré les syndicats pour tenir la tête de l’affiche c’est le SPAF qui a pris la 1ere place hier en annonçant qu’il allait déposer un préavis aujourd’hui.

Partages
galons pilote
Vestes pilotes © DR

Air France sera bien paralysée en juin par une grève des pilotes de la compagnie aérienne tricolore. Après le petit jeu que se sont livré les syndicats pour tenir la tête de l’affiche c’est le SPAF qui a pris la 1ere place hier en annonçant qu’il allait déposer un préavis aujourd’hui.

Et bien c’est fait, le préavis est posé. Pour ne pas être à la traine le SNPL a emboité le pas tout comme le 3eme syndicat, Alter. Le préavis est donc posé pour une grève de 4 jours du 11 eu 14 juin, juste pendant le début de l’Euro de football.

Les syndicats dénoncent la baisse de salaire qu’une partie des pilotes, en l’occurrence les plus anciens sur long-courrier, qu’ils vont devoir subir avec les mesures que la direction de la compagnie aérienne souhaitent mettre en place. Pour les plus impactés cela pourrait représenter une baisse de 6% sur un salaire mensuel de plus de 15 000 euros.

Ils dénoncent également  le transfert d’activité qui pourrait être mis en place vers d’autres filiales du groupe comme KLM ou Transavia.

Avec les trois syndicats de pilotes de la compagnie en grève au mois de juin pendant sans doute plusieurs jours il va être très compliqué de voyager en toute quiétude avec Air France même si certains pilotes ont déjà l’intention de « faire le jaune » pour assurer les vols des grévistes (#fierdemespotes).

Une fois de plus les pilotes vont se mettre l’ensemble de la population à dos pour le plus grand bonheur de la direction. Si seulement les pilotes avaient un service de communication digne de ce nom les medias pourraient relayer l’ensemble des points de Transform 2015 que la direction n’a pas honoré. Les médias pourraient relayer que le pourcentage d’activité entre Air France et KLM est passée de 60/40 a 53/47, le rendement moyen journalier (nombre d’heure de vol par jour de travail) devait passer de 4.8 en 2012 à 5 à la fin de Transform 2015. La direction n’a jamais réussi à faire des plannings permettant de passer à plus de 4.69 en 2015 !

On ne peut que vous conseiller d’éviter Air France en juin si vous voulez voyager serein…

Partages

6 thoughts on “Air France, la grève arrive en juin !

  1. Eh ben voilà. À tous ceux qui disaient, « il n’y a pas de préavis de déposer, bla bla bla  » eh ben le voilà le préavis , il fallait juste patienter. Alors est çe que vous prenez ces recommandations en considération maintenant?
    Cette grève fera le choux gras de la concurrence, ou des compagnies d’affrètement.
    Après ce sont les mêmes qui viennent se plaindre de la concurrence, alors que dans ce cas ils leur donnent du boulot….

  2. Bon, on commence par le début : je me suis planté ! J’avais parié sur l’absence de grève en juin…

    Ensuite : « paralysée ». Faut pas exagérer non plus ! Le préavis porte sur 3 périodes horaires sur chacun des 4 jours : 5H30-8H30, 12H00-15H00 et 21H30-00H00. Ca va faire des retards, mais normalement peu d’annulations car le but est clairement annoncé dans le préavis : essayer de limiter l’impact client.

    Ce qui est dénoncé est un peu plus vaste : l’arbitrage, l’absence de dialogue social et, conséquence directe, l’absence de résolution des points de conflit dont la répartition des heures entre AF et KLM qui a évolué de façon défavorable pour AF. Pourtant, ADJ disait à Royaumont que les bataves étaient aussi chers que nous… Avait-il usé de produits troublant la réflexion ?

    MERCI, MERCI de préciser que tout ceci ne vient pas de rien… Car effectivement, à la base, les pilotes essayent d’obtenir que les promesses de la direction soient tenues et les accords respectés. C’est du basique, mais c’est pourtant ce qui fait tout simplement défaut pour qu’il y ait un vrai « dialogue social ». Il ne suffit pas de jurer avec la main sur le cœur, hein, ADJ ! 😉

  3. « pour le plus grand bonheur de la direction » : non des concurrents avant tout et qui rendra encore plus légitime au yeux de l’opinion une sortie définitive de l’état au capital.
    Amusant de voir que ces syndicats sont les meilleurs promoteurs d’une reprise ou alliance avec une compagnie étrangère…qui pourra facilement « retourner » certains et certaines d’entre eux le moment voulu avec un chèque ou gratification.
    Quand le vieux chien ne peut plus mordre pour protéger une niche de plus en plus petite il aboie. Quand il constate que ses aboiements ne font plus peur à ses maîtres et aux passants , il appelle ses 2 autres voisins qui sont dans la même situation.
    Les 3 chiens édentés qui d’habitude ne peuvent pas se saquer vont multiplier leurs aboiements mais malgré tout ils ne pourront plus jamais mordre. Quand ils seront épuisés, ils retourneront dans un long et profond sommeil…

  4. « Ce qui est dénoncé est un peu plus vaste » : « vaste » est un euphémisme.
    Je dirai plutôt confus, inaudible et plus grave maladroit .
    On ne devrez jamais communiquer dans la précipitation et encore moins pour rattraper le Spaf qui vous a grillé la politesse un jour plus tôt.
    « Objectif flou, connerie précise » : on va voir si cette maxime va s’appliquer.
    En revanche, la direction peut maintenant se frotter les mains.
    Elle peut laisser tranquillement ces 2 syndicats se tirer la bourre, s’embourber dans leurs rivalité, leurs égos…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !



Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 37 457 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.


Partages