lun. Déc 9th, 2019

Une partie du revêtement de l’arrière du fuselage du 777 de Malaysia Airlines © Dutch Safety Board

MH17, la thèse du missile

Avec d’infinies précautions, Duch Safety Board met en évidence, dans son rapport d’étape sur la destruction du 777 de Malaysia Airlines (vol MH17), la présence de nombreuses perforations à l’extérieur du fuselage. Selon les enquêteurs hollandais, l’éparpillement des débris indique que l’avion s’est désintégré en vol.

Partages
Une partie du revêtement de l’arrière du fuselage du 777 de Malaysia Airlines © Dutch Safety Board
Une partie du revêtement de l’arrière du fuselage du 777 de Malaysia Airlines
© Dutch Safety Board

Avec d’infinies précautions, Duch Safety Board met en évidence, dans son rapport d’étape sur la destruction du 777 de Malaysia Airlines (vol MH17), la présence de nombreuses perforations à l’extérieur du fuselage. Selon les enquêteurs hollandais, l’éparpillement des débris indique que l’avion s’est désintégré en vol.

Publié avec un retard de plusieurs semaines, le rapport d’étape hollandais consacré à la catastrophe du 17 juillet du vol MH 17 de Malaysia Airlines se veut factuel, au point de laisser les experts sur leur faim. Il est vrai que ce n’est pas un accident « ordinaire », le Boeing 777-200 immatriculé 9M-MRD ayant été abattu en plein vol au-dessus de l’Ukraine. Désormais, le doute n’est plus permis mais la lumière n’est pas entièrement faite pour autant.

La dernière position du 777 du vol MH17 donnée par le FDR Localisation des débris groupée par éléments de l’avion. © Dutch Safety Board
La dernière position du 777 du vol MH17 donnée par le FDR
Localisation des débris groupée par éléments de l’avion.
© Dutch Safety Board

L’enquête a été confiée à l’Onderzoeksraad voor Veilingheid, Duch Safety Board en anglais, dont le siège est établi à La Haye. Elle s’avère délicate dans la mesure où l’avion a disparu des écrans radar au-dessus de l’Ukraine, où sévissaient à ce moment de violents combats. De ce fait, toutes considérations techniques mises à part, les mots doivent être choisis avec le plus grand soin pour éviter des répercussions politiques. Le président de la commission d’enquête, Tijbbe Joustra, l’a bien compris et s’est efforcé, avec ses collègues, de trouver un bon compromis entre langue de bois et simple prudence.

Le plafond du cockpit du 777 (vol MH17) montre les trous faits par des projectiles extérieurs © Dutch Safety Board
Le plafond du cockpit du 777 (vol MH17) montre les trous faits par des projectiles extérieurs
© Dutch Safety Board
Le plancher du cockpit perforé en plusieurs endroits © Dutch Safety Board
Le plancher du cockpit perforé en plusieurs endroits
© Dutch Safety Board

Le rapport d’étape, 34 pages, se veut factuel, ce qui est évidemment normal, et dit l’essentiel en une phrase, et une seule : la catastrophe est due à une cause extérieure, le fuselage du long-courrier ayant subi de multiples perforations dues à des objets à grande énergie venant de l’extérieur. Cela sans utiliser le mot missile, ce qui conduirait les enquêteurs au-delà d’une limite que, visiblement, ils ne veulent pas encore franchir. Et on imagine facilement l’embarras de cette équipe très internationale d’experts composée non seulement de Hollandais (193 des passagers, sur 283, étaient originaires des Pays-Bas) mais aussi de spécialistes venus de Malaisie, d’Ukraine, de la Fédération russe, du Royaume-Uni, des Etats-Unis, d’Italie, d’Allemagne et de représentants de l’EASA, l’Agence européenne pour la sécurité aérienne.

Le Dutch Safety Board confirme que le 777 était parfaitement en bon état de vol, note qu’il avait subi un dernier « check » quelques jours plus tôt, que les pilotes n’ont pas exprimé la moindre restriction sur le bon déroulement du vol, ce que confirme le CVR, retrouvé en bon état et parfaitement utilisable, tout comme le DFDR. Les nombreuses perforations et l’éparpillement des débris indiquent clairement que l’avion s’est désintégré en vol. Les quatre pilotes constituant l’équipage renforcé de ce vol très long étaient parfaitement qualifiés et expérimentés.

Cette image met en évidence les impacts sur la partie située vers le pare-brise du 777 de Malaysia Airlines © DR
Cette image met en évidence les impacts sur la partie située vers le pare-brise du 777 de Malaysia Airlines
© DR

Tijbbe Joustra annonce un rapport final dans plusieurs mois. A défaut d’autres commentaires, une extrême prudence étant de mise, on imagine mal ce qu’il pourrait nous apprendre de plus. Pas même, sans doute, le type de missile impliqué qui permettrait de remonter la piste des responsabilités. En revanche, il est précisé que deux autres enquêtes parallèles sont en cours, l’une sur la gestion des couloirs aériens ukrainiens au moment des faits, l’autre sur l’absence de listes complètes des passagers.

Partie avant du fuselage du 777 (MH17) avec une multitudes d’impacts © Dutch Safety Board
Partie avant du fuselage du 777 (MH17) avec une multitudes d’impacts
© Dutch Safety Board

Il a été beaucoup question, depuis le mois de juillet, d’un éventuel manque de précautions en marge du survol de régions en guerre. A ce propos, le rapport hollandais rappelle que l’accès à l’espace aérien, dans la zone concernée, était limité par notam en-dessous du niveau FL 320, une restriction dont il était précisé qu’elle resterait d’application jusqu’au 28 juillet (et certainement susceptible d’être prolongée).

Tout est difficile dans cette enquête. A commencer par l’accès au site de l’accident en raison de la proximité de combats et le second plan politique. Malaysian Airlines subit toujours les dommages collatéraux de ce macabre tourbillon mais gère cette crise sans précédent avec courage et dignité. Y compris dans son comportement avec les familles des victimes. Mais ce n’est évidemment pas la fin de l’histoire.

Pierre Sparaco

Avec l’aimable autorisation d’AeroBuzz.fr

 

Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !



Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 37 476 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.


Partages