28 octobre 2020

Airbus A380-800 © Air France

Airbus A380 Air France « short petrol »

Un Airbus A380 d’Air France a fini son vol à Hambourg au lieu de Paris car il n’avait pas assez de carburant.

Partages
Airbus A380-800 © Air France
Airbus A380-800

Un Airbus A380 d’Air France a fini son vol à Hambourg au lieu de Paris car il n’avait pas assez de carburant. C’est à cause du lancement d’une fusée Soyouz et la fermeture d’une partie de l’espace aérien du Kazakhstan et du Kirghizistan que le très gros porteur d’Air France a fini son vol à Hambourg au lieu de Paris selon un porte-parole de la compagnie aérienne.

Le vol Air France Shanghai – Paris a donc fait une escale à Hambourg pour compléter les pleins afin de pouvoir relier Paris avec le carburant nécessaire selon la règlementation. Au final c’est environ 3 heures de retard pour l’équipage et les passagers.

L’histoire ne dit pas si d’autres appareils ont eu le même problème mais il est assez étonnant que le surplus de carburant nécessaire n’ait pas été pris au départ (sauf si avion déjà rempli au max). Sauf erreur de notre part, il devait bien y avoir des NOTAM (Notice To Airmen) concernant le tir Soyouz pour prévenir l’équipage afin qu’il fasse le nécessaire dans sa préparation du vol. Ça rappelle étrangement Ryanair et les orages de l’été dernier.

ÉDITION

Voici l’avis d’un pilote long-courrier sur cet événement:

Vu le pays indiqué, il est possible que l’information ait été publié tardivement ou mal publiée. Sur les pleins, je doute que l’équipage soit parti ainsi, sachant qu’il devrait faire une escale technique, sans modifier le plan de vol. Ce serait une faute grave vis-à-vis de la DGAC qui mettra forcément son nez dedans. Idem pour la préparation du vol, surtout que les vols LC sont préparés par un agent de dispatch avant d’être présentés aux pilotes. On serait alors sur une double erreur commune ?! Je penche plus pour une publication ou une annonce tardive qui a nécessité une escale technique car le rerouting était suffisamment important pour diminuer les réserves en-dessous du raisonnable / réglementaire.

Partages

29 thoughts on “Airbus A380 Air France « short petrol »

  1. Cette procédure n’a rien d’anormal ni d’exceptionnel. Si un NOTAM a été émis après le décollage de l’avion (ce qui est possible si Baikonour attend des conditions météo favorables), alors l’avion doit réaliser un long détour et n’est réglementairement plus autorisé d’aller à destination. Cela n’a rien à voir avec Ryanair dont l’aéroport était fermé, ou même Air France qui avait du se poser en Syrie en raison des émeutes sur un aéroport du Liban. La situation était fréquente au dessus de l’Irak ou de l’Afghanistan pendant des opérations militaires.
    L’avion a certainement décollé avec les réserves nécessaires habituelles (entre 2 et 3h de pétrole en plus de ce qui est nécessaire pour le trajet). Cela lui permet bien d’arriver à Paris malgré un détour de 2h, mais plus assez si une remise de gaz ou des stacks sont nécessaires arrivé à CDG, d’où ce posé improvisé

    1. Merci pour ce commentaire Fort intéressant qui a le mérite de donner une hypothèse plausible pour expliquer ce désagrément.

  2. Il savère que des problèmes techniques sur le lanceur ont modifiés l’heure de lancement initiale.Un ami était sur ce vol et en parlait ce matin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 32 893 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Archives

Partages