mar. Nov 19th, 2019
Boeing 737-800 de Ryanair

Boeing 737-800 Ryanair © Raboe001

Air France – Ryanair, pourquoi ?

La low-cost irlandaise vaut beaucoup plus que la major française et transporte plus de passagers…

Partages
Boeing 737-800 Ryanair © Raboe001

Avec 503 millions d’euros de bénéfices en 2011, la « low cost » irlandaise affiche une réussite insolente face à la compagnie franco-néerlandaise, qui a accumulé 809 millions de pertes sur la même période. Mais là n’est pas la seule raison.

© Challenges

Le 24 mai, Alexandre de Juniac a présenté le volet industriel de son plan de relance « Transform 2015 ». Le PDG d’Air France s’attaque frontalement au principal foyer de pertes de la compagnie, le court et le moyen-courrier. Pour réduire l’écart de coût avec Ryanair (9,6% du chiffre d’affaires en frais de personnel, trois fois moins qu’à Air France !), les avions voleront une heure de plus et le personnel travaillera davantage, sans compensation salariale. La flotte diminuera de 34 avions (sur 250), sans baisser le nombre de dessertes. La filiale Transavia, dont les coûts au siège sont 35% moins élevés qu’à Air France, passera de 8 à 22 avions. Mi-juin, une estimation des sureffectifs sera annoncée et un accord avec les syndicats devra être trouvé dans la foulée. Le 23 mai, Ryanair annonçait les meilleurs résultats de son histoire, avec un bénéfice en hausse de 25%.

Leçon n° 1: Croissance
Avec 75,8 millions de passagers transportés en 2011, Ryanair a depuis longtemps dépassé Air France-KLM, qui a frôlé les 60 millions l’an dernier. Mais à Ryanair, même en hausse de 16% sur un an, le panier moyen culmine à 45 euros, bagages inclus. Sans surprise, les low cost détiennent désormais presque 50% de parts de marché en Europe.

Leçon n° 2: Divergence
Avec 503 millions d’euros de bénéfices en 2011, Ryanair affiche une réussite insolente face à Air France-KLM, qui a accumulé 809 millions de pertes sur la même période. Elle a surtout été plombée par la perte d’exploitation, de l’ordre de 700 millions d’euros, de son activité court et moyen-courrier, durement attaquée par… les low cost.

Leçon n° 3: Intransigeance
Ryanair, qui fait payer leur uniforme à ses hôtesses (360 euros), a abandonné en 2011 son unique base française, celle de Marseille, pour ne pas avoir à payer ses charges sociales dans l’Hexagone, 20% plus élevées qu’en Irlande. En 2010, Air France estimait son handicap par rapport à Ryanair à 700 millions d’euros annuels.

Par Anna Rousseau

Source: Challenges.fr

Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !



Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 36 988 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.


Partages