27 septembre 2021
Norwegian, en difficulté financière

Boeing 787 Norwegian © DR

Norwegian, fin des long-courriers

La compagnie aérienne low-cost Norwegian a annoncé jeudi qu’elle abandonnerait ses activités long-courriers

Partages

La compagnie aérienne low-cost Norwegian a annoncé jeudi qu’elle abandonnerait ses activités long-courriers alors qu’elle luttait pour survivre au milieu des effets persistants de la pandémie COVID-19. Ces dernières années, la compagnie aérienne basée à Oslo a ouvert des liaisons long-courriers au départ de Londres Gatwick, Paris, Rome et Barcelone vers des destinations à travers les États-Unis, ainsi que la Thaïlande et l’Argentine.

Des milliers d’emplois sont désormais en jeu après que le directeur général, Jacob Schram, a révélé des plans radicaux visant à abandonner tous les vols long-courriers et à se concentrer sur ses activités court-courriers européennes et nordiques. Plus de 1000 membres d’équipage de cabine et pilotes basés à Londres Gatwick risquent d’être licenciés, ainsi qu’un nombre similaire dans les bases de Norwegian en Europe et aux États-Unis.

Notre objectif est de reconstruire un Norvégien fort et rentable afin que nous puissions préserver autant d’emplois que possible. Nous ne nous attendons pas à ce que la demande des clients dans le secteur long-courrier se redresse dans un proche avenir, et nous nous concentrerons sur le développement de notre réseau court-courrier alors que nous sortons du processus de réorganisation.

Jacob Schram

Il a ajouté :

C’est avec le cœur lourd que nous devons accepter que cela aura un impact sur les collègues dévoués de toute l’entreprise. Je tiens à remercier chacun de nos collègues concernés pour leur dévouement et leur contribution inlassables à Norwegian au fil des ans.

Jacob Schram

En décembre dernier, Norwegian a annoncé son intention de vendre certains de ses avions afin de consolider ses finances et d’éviter la faillite. On sait maintenant que la compagnie aérienne cherchera à décharger toute sa flotte de Boeing 787 Dreamliners.

Sa flotte de 32 Dreamliners est immobilisée depuis mars 2020 après que la pandémie a décimé la demande de voyages aériens long-courriers et ils ne voleront plus jamais pour Norwegian.

Schram a également annoncé son intention de vendre environ 36 Boeing 737 et de ne faire fonctionner que 50 avions en 2021. D’ici 2022, Norwegian espère porter ce nombre à 70 avions.

Norwegian semblait être au bord de l’effondrement en novembre lorsque le gouvernement d’Oslo a refusé d’aider pour la deuxième fois la compagnie aérienne endettée. Norwegian a réduit ses effectifs de 94% dans le but de rester à flot et a de nouveau sollicité l’aide d’investisseurs.

La compagnie aérienne a poursuivi sa protection contre les faillites en Irlande et en Norvège tout en travaillant sur son nouveau plan d’affaires. De nombreux employés ont été soutenus par des programmes gouvernementaux conçus pour protéger les emplois pendant la pandémie, mais les agences qui employaient ces travailleurs seront désormais fermées.

Partages

12 thoughts on “Norwegian, fin des long-courriers

    1. J’ai de nombreux amis qui y travaillent et se retrouvent sans emploi comment pouvez-vous être aussi cruel même si les conditions que proposait cette compagnie n’était pas des plus loyale pensée aux personnes qui se retrouvent sans emplois

    1. Marion Lorelei À force de vouloir doubler tout le monde sans aucun respect des règles du marché et de leurs employés,le retour de bâton est normal. Même genre de compagnie que Ryanair, pour qui l’ Europe ferme les yeux depuis des années.

    2. Mill House si c’est si facile que ça quand on est viré, je vous propose un deal: vous donnez votre boulot à Marion Lorelei et vous ,vous allez pointer au chômage pour toucher ces confortable indemnités…😉
      En tout cas, je trouve que vous manquez de respect envers les employés de Norwegian..ce sont des vies qui sont bouleversées aujourd’hui..ne l’a oubliez pas…

    3. Ludivine Rdaouni-combes Norwegian a eu des méthodes de recrutement très limite, PN  »salarié » de pays exotiques, flexibilité proche de l esclavage ! rien d’anormal a ce que les gens soient heureux de voir un prédateur quitter le marché LC ! et reduire ses prétentions en MC. La nature ayant horreur du vide un autre exploiteur de la misère humaine prendra sa place.

    4. Mill House est-ce que vous êtes un ancien employé de la boîte pour en parler? Car si c’est le cas, ce n’est pas nécessaire d’avancer masqué, personne n’ira vous évincer de l’aérien 🤔 Dénoncer, c’est bien, c’est d’ailleurs ce que je m’apprête à faire, en revanche le faire sans anonymat, c’est à dire en assumant pleinement ce que l’on pense, c’est beaucoup mieux : plus courageux, audacieux.

      Quand bien même les conditions de travail des employés de NAS restent discutables, ce n’est pas à eux d’en payer le prix fort. Certains étaient très heureux comme ça et pour les autres il faut parfois du temps pour trouver un emploi derrière, surtout en période de Covid.

      Je ne pense pas qu’aller travailler dans un magasin apporte de meilleures conditions par exemple et malheureusement, ce nest pas avec 900€ par mois (oui, c’est que je touche après NAS, en parlant d’indemnités très confortables…) qu’ils se paieront une formation suffisante pour se réinsérer, sachant que presqu’aucune boîte n’est en mesure de recruter en ce moment.

      J’aimerais bien savoir où vous travailler d’ailleurs? Ce serait sympa de pouvoir débattre en public de votre propre statut d’esclave! 😉

  1. Vous réjouir de la disparition d’une compagnie aussi controversée soit elle n’est pas acceptable, car ce sont des humains des hommes et des femmes pour certains responsables de familles qui vont se retrouver sans emploi.
    Je trouve votre réaction des plus déplacée, et reflète probablement une méconnaissance de l’entreprise. De plus elle permettait à bon nombre de réaliser leur rêve d’être PNC, qui plus est en faisant du long courrier. De grâce arrêter de cracher sur les autres et ayez un peu de compassion et de solidarité..

  2. solidarité et compassion??? pour une cie qui voulait écraser toutes les autres avec des tarifs transatlantiques ridiculement bas au départ de Paris. Barcelone…

    1. Donc si je suis votre raisonnement, quand votre boîte fera faillite, on pourra se réjouir de votre licenciement parce que votre patron aura voulu écarter à concurrence. N’est ce pas le propre du monde du business? Ce n’est pas un monde de bisounours, mais celui des requins
      De plus les salariés ne sont en aucun cas responsables de la stratégie et de la politique menée par une entreprise mais la subissent.
      La solidarité et la compassion non pas envers les patrons mais les salariés, avez vous lu tout ce que j’ai écrit ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Jooble
ABONNEZ-VOUS !
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 28 917 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Archives

Partages