mer. Nov 20th, 2019

Hôtesse de l'air Virgin Atlantic

Hôtesse de l’air et harcèlement

Hôtesse de l’air et harcèlement sexuel, une pratique plus que courante ?

Partages
Hôtesse de l’air Virgin Atlantic

Hôtesse de l’air et harcèlement sexuel, une pratique plus que courante ?

Le Huffingtonpost a publié un article concernant le harcèlement sexuel dans le petit monde des hôtesses de l’air et stewards.

Selon ce media qui a mené son enquête auprès d’hôtesses de l’air américaine, en activité ou non, il semblerait qu’il existe un réel sexisme dans ce milieu « qui trouve ses origines dans la sexualisation des femmes ».

Toutes les hôtesses de l’air rencontré ont avoué avoir subi au moins une fois une forme de contact physique non consenti pendant le service à bord. Le plus inquiétant est que, toujours selon le Huffingtonpost, elles considèrent cela comme étant banal.

Si cela touche l’aviation commerciale, c’est aussi une réalité dans le monde de l’aviation d’affaires. Une hôtesse de l’air a indiqué au journal :

J’étais super enthousiaste [avant de devenir hôtesse de l’air]. Je trouvais ce métier tellement sympa. Et puis je me suis aperçu que je n’étais absolument pas soutenue. Les pilotes ne sont pas formés pour gérer les agressions et ils ne veulent pas en entendre parler. Ce n’est pas leur boulot. Si quelqu’un te touche ou te menace, personne ne fera rien. Les horaires sont très contraignants. Ils ne vont pas interrompre le vol. En plus, tout le monde va t’en vouloir: tu n’as pas l’esprit d’équipe, tu fais des histoires.

Le Huffingtonpost indique que, pour les personnes interrogées, ignorer ces comportements est devenu la règle. Il n’y a aucune formation concernant ce type d’agression selon Sara Nelson, présidente mondiale du syndicat CWA.

Pour elle la libération de la parole est importante et pourrait faire prendre conscience au responsable des compagnies aériennes du problème :

Les hommes ne s’intéressent pas à ces questions. Ils n’ont pas vécu ça. Ils ne se rendent pas compte. Et, pour être honnête, même ceux qui ne se livreraient jamais à ce genre de choses assistent à la scène sans lever le petit doigt.

Si il semble clair que ce problème touche les compagnies aériennes américaines mais il y a fort à parier que cela est de même en Europe, les langues sont-elles se délier ou l’omerta qui entoure ce milieu aura-t-il le dernier mot ?

Retrouvé l’article en intégralité: http://www.huffingtonpost.fr

Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !



Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 37 075 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.


Partages