ven. Nov 15th, 2019

JM Janaillac © Flickr

Air France, Boost est illégal

Air France va devoir revoir sa copie concernant le projet Boost.

Partages
Jean-Marc Janaillac © Flickr

Air France va devoir revoir sa copie concernant le projet Boost. JMJ (Jean-Marc Janaillac) est de très mauvaise humeur car ses équipes ont clairement manqué de lucidité, pour ne pas dire autre chose…

Créer une société dont les avions seront loués par Air France avec des pilotes Air France sous contrat Air France et pouvant voler sur les deux compagnies pour faire des lignes actuellement opérées par Air France en utilisant des hôtesses de l’air et stewards recruté a l’extérieur avec des conditions bien moins avantageuses que celle d’Air France, c’est illégal !

L’article L8231 du code du travail définit clairement le délit de marchandage. Cet article le définit comme suit :

Le marchandage, défini comme toute opération à but lucratif de fourniture de main-d’œuvre qui a pour effet de causer un préjudice au salarié qu’elle concerne ou d’éluder l’application de dispositions légales ou de stipulations d’une convention ou d’un accord collectif de travail, est interdit.

Air France a demandé à un avocat au Conseil d’Etat et à la Cour de cassation et associé au cabinet Lyon-Caen&Thiriez de donné son avis et, selon un courrier adressé à JMJ dont la Tribune a eu copie, l’avocat indique :

J’estime que les risques que soit identifié un délit de marchandage ne sont pas négligeables.

La direction Air France doit donc revoir entièrement sa copie et il va être assez compliqué de contenter les pilotes avec une nouvelle version du projet qui pourrait ressembler plus à Transavia. Les syndicats d’hôtesses de l’air et stewards vont, quoi qu’il en soit, continuer de se battre contre ce projet. Les négociations avec les pilotes doivent se terminer le 17 avril…

Partages

32 thoughts on “Air France, Boost est illégal

  1. J’ai l’impression que ce projet c’est ni plus ni moins qu’une punition pour mes collègues et moi (surtout mes collègues) à force d’abuser de certaines choses lors des rotations et du planning
    Enfin bon de toute façon mon CDD non renouvelable made in AF se termine bientôt, alors boost ou pas, c’est plus tellement mon souci

    1. Bien vu, tu as tout à fait raison (même si j’étais effectivement AEC en alternance avec eux, mais pour le cycle 2015-2016) et même si aujourd’hui j’ai changé de métier juste pour conserver l’uniforme, c’est dommage qu’on doive en arriver là, jveu dire ça doit faire 3 ans facile que je suis un habitué des sélections à villepinte, et à chaque fois en début d’entretien on te sort la même disquette, bon tu vas me dire chaque candidat a ses choix, mais….bizarrement, à chaque sélection, je ressens la même sensation de surprise et d’incompréhension

  2. En tant que PDG, il a promu ou confirmé il y a quelques mois des professionnels qu’il estimait les plus aptes à remplir la feuille de route. Apparemment les critères de sélection de ce PDG ne sont pas les meilleurs. C’est pourtant une des qualités essentielles pour un PDG de savoir s’entourer. Il ne peut don que s’en prendre prendre a lui meme.
    Entre un snpl qui décide de l’avenir d’AF, un bureau qui ne veut pas de Boost, Un management composé d’individus pas au niveau…que de temps de perdu pour ce projet. Certains Administrateurs souhaitent plutôt le fameux plan B pour les lignes déficitaires. Difficile maintenant pour ce PDG de défendre devant le Board ce projet.
    Les concurrents sont ravis, certains salariés le seront moins…

  3. Chers amis d’AF vous aviez IT qui remplissait parfaitement la mission que vous essayez de refaire depuis 1ans sans y parvenir vous avez joué avec des allumettes et vous avez créé un incendie que vous n’arriverez jamais a éteindre. Quelle erreur

  4. AF a un problème de compétitivité sur certaines lignes : c’est un fait avéré !
    A partir de là, il n’y a que 2 solutions, mis à part l’attrition, qui selon moi n’a aucun intérêt, ni pour la compagnie, ni pour les salariés.
    1ere solution : (si les syndicats s’entêtent à refuser toutes évolutions pourtant économiquement indispensables), le groupe AF-KLM rachète une compagnie européenne qui a déjà une grille de rémunération semblable à celle voulue pour Boost : AF renonce à ses lignes déficitaires, sur lesquelles se positionnerait immédiatement la compagnie rachetée. Le problème juridique est ainsi contourné.
    2eme solution : (qui a ma préférence, car je pense que c’est du gagnant-gagnant) Une nouvelle grille de rémunération revue à la baisse pour être compatible à la fois avec le projet Boost, et avec les rémunérations Transavia. Pour qu’il n’y ait AUCUNE baisse de revenus pour quiconque, une prime mensuelle serait attribuée à chaque salarié en place, pour compenser le changement de grille et donc maintenir le revenu. Par contre, la grille nouvelle s’appliquerait à toute nouvelle recrue, ainsi qu’à tout promu… sans prime, bien sûr. Résultat pour les salariés déjà en place : la nouvelle grille ne s’appliquerait à eux qu’en cas de promotion ! En compensation de leur accord, les syndicats pourraient exiger un recrutement de l’ordre de 10 à 15 % d’emplois « navigants », sur la base de la nouvelle grille, pour créer des possibilités d’évolution de carrière, une fusion de l’ensemble des salariés du groupe en France (Hop, Transavia et AF) avec GP pour les personnels Transavia et Hop valables sur l’ensemble du groupe, pour permettre une fluidité entre compagnies et donc des évolutions de carrière plus rapides !
    Pour la direction, ce serait coup double : fusion des équipes = suppression de doublons administratifs, pour dégraisser le mammouth ! et nouvelles grilles de salaires = baisse du coût des recrues, donc 10% de recrues = 10% des lignes à coût « Boost » !
    De plus, la direction aura tout intérêt à accélérer les promotions et évolutions de carrière pour faire basculer les promus sur la nouvelle grille ‘sans prime’ (mais pour le salarié sans perte de revenu…)
    Qu’en pensent les salariés en CDD et en alternance qui trouveraient là une porte d’entrée dans le groupe AF-KLM (certes, moins rémunérés que les anciens d’AF, mais avec un emploi CDI à la clef !) ??
    Qu’en pensent les personnels Hop et Transavia qui, actuellement, sont considérés comme des salariés de seconde zone et qui seraient ainsi intégrés au groupe, avec l’accès à l’ensemble des évolutions de carrière sans être discriminés comme ils le sont actuellement ?
    Qu’en pensent les salariés de l’ensemble des compagnies du groupe, qui actuellement, voient leur évolution de carrière bloquée par l’absence de perspectives de développement de l’entreprise et donc de créations de postes attractifs ??
    Qu’en pense la direction qui trouverait là une sortie honorable de la crise, et surtout une solution pérènne pour le développement du groupe AF-KLM dans son ensemble tout en ayant une perspective de baisse des coûts actée ??
    Enfin, qu’en pensent les syndicats, qui pourraient sortir par le haut du conflit, et devenir forces de proposition dans l’intérêt des salariés comme de l’entreprise ??? Parce que si on se plaint d’une direction qui ne consulte pas assez ses syndicats, encore faudrait-il que les syndicats soient réalistes, et qu’ils ne s’arqueboutent pas sur des positions in fine intenables, et qui pénalisent en réalité ceux que ces mêmes syndicats sont censés défendre …

  5. (suite) pour mieux imager la première hypothèse que j’évoque, voici un exemple de possibilité :
    le groupe AF-KLM, à partir de la mise en liquidation (probable) d’ Alitalia, reprend la compagnie en terme de marque, de slots et d’appareils : elle laisse de côté les salariés.
    A partir de là, la « nouvelle Alitalia » procède à un recrutement, avec priorité aux ex-Alitalia, à des conditions similaires aux conditions voulues pour Boost. Le groupe AK-KLM se retrouverait avec une 3e compagnie long courrier.
    Il ne resterait plus alors à AF qu’à louer des slots à Alitalia, de mettre en codeshare les vols destinés à devenir ‘Boost’ avec Alitalia : les vols seraient assurés sur des Appareils Alitalia (peu importe la livrée), avec du personnel Alitalia !
    et Hop : le tour est joué ! plus de ‘délit de marchandage’ !!! … et dans cette hypothèse, peut-on dire que le personnel AirFrance sera gagnant ? Peut-on dire que les syndicats auront réussi à protéger le personnel d’Af ???
    Non, bien sûr ! C’est pourquoi j’insiste : la 2e solution que j’ai présenté ci-avant me parait une solution gagnant-gagnant !!
    …et là, une option de reprise d’Alitalia serait alors une création d’opportunité, et non de concurrence interne !
    Qu’en pensez-vous ?

  6. @l’équipe de rédaction : quelles possibilités laisse le SNPL à la direction AF ???
    l’excuse des charges franco-françaises ne tient plus dès lors que Frenchblue arrive là où AF échoue !!!
    C’est pourquoi je suis persuader qu’il faut :
    1/ faire en sorte que l’entreprise baisse ses coûts (cf Ryanair sur le court et moyen courriers, frenchblue et Norwegian sur le long courrier…)
    2/ faire en sorte que le personnel actuel ne subisse pas une baisse de revenu…
    Seule solution compatible avec ces deux objectifs : que la grille de salaire soit revue à la baisse, mais avec une prime compensatrice pour le personnel en place : la nouvelle grille ne s’appliquera QUE pour les nouveaux entrants (tiens, demandez l’avis des stagiaires…) et les promus (dans ce cas, le salaire augmente de toutes façons…) !
    Et si ça amène des opportunités de promotions, tant mieux pour les salariés… et l’entreprise aura intérêt à offrir des possibilités de promotion synonymes de baisse de coût pour l’entreprise !!
    Dernier point : vous me parlez de la réaction (supposée) des pilotes, mais il me semblait m’exprimer sur un site PNC : serais-ce une manie de renvoyer sur les autres les prises de positions et de responsabilités ?? moi, c’est la position de PNC que je demande… après tout, si les syndicats sont différenciés, c’est peut-être que les intérêts sont divergents, et les positions différentes ??…

    1. Ce que vous proposez a déjà été fait et c’est plus ou moins le « B-Scale ». Air France a plusieurs procès au Prud’homme sur le dos suite a cela…

  7. Tout d’abord, merci du dialogue ouvert même avec quelqu’un qui n’est pas de votre avis…
    Si un accord est validé par les syndicats, un grille de salaire revue à la baisse n’est pas illégale.!?
    Si une prime équivalente au maintien de salaire est négociée, ce n’est pas illégal .!?
    Si une telle prime n’est pas accordée aux nouveaux entrants, ce n’est pas illégal .!?
    Si cette prime est revue à la baisse pour tout promu dont la promotion permet une augmentation de salaire, ce n’est pas illégal .!?
    Il est vrai que cela nécessite l’accord des syndicats, c’est à dire que, au regard de ce qui se passe chez les concurrents, les syndicats acceptent l’idée que des concurrents qui paient 40% de moins leur personnel ne peuvent à terme, que couler l’entreprise qui paie 40% de plus son personnel : et la conséquence inévitable, Alitalia est là pour la rappeler !
    Une telle révision des grilles de salaires pourrait par contre être conditionnée à des engagements de recrutement, (AF envisageait 10 à 15 % pour Boost), à une unité de RH (pas de séparation Boost vs AF, …)
    Par ailleurs, vous me répondez par une grève des pilotes : pensez-vous sérieusement que les pilotes feront grève pour qu’il n’y ait pas de PNC recrutés spécifiquement pour Boost ??? Non bien sur, du moment que les pilotes ne sont pas concernés, ils ne lèveront pas le petit doigt pour vous : il n’y a qu’à voir comment le SNPL AF traite le SNPL Transavia pour comprendre….

    1. A travail egal, salaire egal… C’est sur ce point qu’Air France est en train de perdre des proces B-Scale…
      Pour ce qui est des pilotes ils feront greve a partir du moment ou une entité externe viendra marcher sur les plates bandes d’Air France avec des contrats PNT moins bien que ceux de la maison mere, regardez Transavia France et surtout le reve de de Juniac, Transavia Europe…

  8. A employeur différent, salaire différent ! (même si les 2 employeurs appartiennent à la même holding ! Les salariés Frenchblue sont-ils alignés sur ceux d’Air Caraïbes ??? Ceux de Transavia sont-ils alignés sur AirFrance ???) Il est donc facile pour AirFrance-KLM de créer ou de reprendre une structure indépendante de AirFrance. Le risque que prendrait la direction serait de vouloir ménager la chèvre et le chou, et à le pas aller jusqu’au bout de la séparation des structures, et du coup se retrouver en défaut. Mais créer des échelons propres aux salariés actuels, qui malgré un accord GENERAL de baisse des salaires de référence, permettrait le maintien du revenu de chacun serait possible; ne pas permettre de rejoindre ces échelons à des nouvelles recrues ne me parait pas impossible non plus.
    Si direction et syndicats PNC se mettent d’accord sur l’analyse du problème de compétitivité et sur la solution à apporter, il devient beaucoup plus facile de trouver le chemin légal pour y arriver…
    Quand à la 2e partie de votre réponse, je relève que les pilotes ne bougeront QUE si ça concerne les PNT … pas pour les PNC !

    Enfin, je tiens à renouveler mes remerciements pour la liberté de parole que vous accordez sur ce forum : enfin des échanges sans invectives ! Merci…

    1. Les pilotes Transavia sont alignés sur ceux d’Air France, c’était une des conditions pour que Transavia puisse ouvrir…
      Les pilotes Air France n’accepteront pas l’arrivée d’une autre compagnie quiv iendrait canibaliser les lignes Air France et les syndicats PNC n’ont plus ne l’accepteront pas. N’oubliez pas les accords de périmètre pour les pilotes, la direction ne peut pas faire grand chose sans l’accord des pilotes, que ce soit au sein d’Air France ou de ses filiales…

  9. … alors AF est foutu !!!
    Alitalia est à un coût de 6.5 ctimes, quand Easyjet est à 6 ctimes… et Ryannair 3.5 !!!
    Et AirFrance ??? et LEVEL ? et Norwegian ? et FrenchBlue ???
    il est vrai que, quand je lis que l’intersyndicale PNC déclare  » De plus et surtout, le projet qui est présenté ne paraît pas suffisamment élaboré à ce stade, puisque les négociations avec les pilotes sont toujours en cours (…) » , je me demande comment aller de l’avant surtout si le SNPL se mettait à exiger que les négociations avec les PNC ne soient plus en cours !!!
    En attendant, bien que leur projet ait été lancé bien plus tard, LEVEL a annoncé que ses vols étaient déjà mis à la vente !!!
    Que proposent les syndicats pour aller de l’avant ? pour ramener le coût d’AirFrance proche de ses concurrents ? …on continue d’attendre que l’effort vienne d’ailleurs : des pilotes ? des contribuables ? de l’Etat ? d’un racheteur moyen-oriental ou chinois ? … il risque de venir de Pôle Emploi !

  10. « Les pilotes Transavia sont alignés sur ceux d’AirFrance » dites vous : oui, mais vous omettez un détail qui change tout, en terme de compétitivité ! Pour combien d’heures de vol en plus ??
    Donc, si la direction d’AirFrance vous propose d’aligner le temps de vol des PNC sur Transavia, vous approuvez ? … on avance… Parce que je parle de grille de rémunération, il est évident que ce n’est qu’un détail (certes important!) dans le coût du personnel, puisqu’il y a toutes les autres dépenses. Si on vous propose de conserver la grille des salaires, mais d’aligner TOUTES les autres conditions de travail sur Easyjet par exemple, c’est OK ? et en long courrier sur FrenchBlue ?

  11. nouveauté annoncée ce samedi 6 mai 2017, sur Airinfo :
    « LEVEL vise Paris ou Rome comme prochaines bases » !!!!
    Je reviens donc vers vous pour vous demander votre point de vue :
    1 / AirFrance, sans Boost sur certaines lignes, sera-t-elle en mesure de résister ?
    2 / pour que AF puisse résister, éventuellement, quelles solutions qui ne reportent pas la responsabilité sur les autres (clients, PNT, Etat, ou autres…) seriez-vous prêt à envisager, puisqu’apparemment, mes propositions n’ont pas vos faveurs ???
    Cordialement

  12. Ben… moi, en tant que passager, j’irai vers le plus offrant,
    Ben… moi en tant que contribuable, je refuse que mes impôts financent quoique ce soit qui ne soit pas assorti d’une croissance, mais en aucun cas le financement d’un statu quo !
    Après, à qui le tour ?
    Moi, je rappelle juste que les actionnaires (dont je ne fais pas parti!), à force de remettre au pot et de ne jamais recevoir le moindre dividende, finissent par dire « stop », comme c’est le cas chez Alitalia !
    Alors… à qui le tour ???
    perso, je pense que la SEULE solution est de revoir la grille de rémunération et/ou les conditions de productivité pour qu’elle soit revu pour les entrants (si on veut, on peut!) afin de ne rien déteriorer pour les salariés en place ! Pour les promotions, on pourrait supprimer des échelons et ralentir le passage d’un échelon à l’autre, pour limiter l’augmentation des coûts sans réduire la rémunération pour qui que ce soit !
    mais juste une question : si les 10% de lignes dévolues à Boost étaient finalement reprises par LEVEL, quid de la conditions des PNC concernés ??? … parce que laisser la place à LEVEL qui envisage déjà d’ouvrir une base à Paris alors que Boost, pourtant préparé plus de 6 mois avant, n’a pas encore avancé d’un iota, qu’adviendra-t-il des PNC qui se retrouveront chez Level plutôt que chez Boost : seront-ils gagnants ??
    A ma connaissance, les syndicats sont plutôt CONTRE l’externalisation des services … et sont-ils POUR l’externalisation des lignes Boost …chez LEVEL, Norwegian ou autres ?????

    1. La masse salariale d’un équipage représente très peu du cout global d’exploitation d’un avion et la direction le sait très bien. Le vrai challenge serait de diminuer les couts externe comme les escales, le handling et la multitude des services annexe qui n’ont pas de raison d’etre…

  13. D’une part, l’un n’empêche pas l’autre, c’est pourquoi, entre autre, je suis outré de la décision d’augmenter la rémunération des administrateurs dans cette période difficile… mais ça n’exonère pas les salariés de faire des efforts ! Je n’ai d’ailleurs toujours pas de réponse à mon interrogation concernant le fait que la direction se propose de recruter à des coûts de 40% inférieurs pour Boost par rapport à Air France : si c’est possible, c’est bien que le coût chez AirFrance est déconnecté du marché… non ?
    D’autre part, les coûts « externes » (les salariés AirFrance concernés apprécieront l’adjectif !) sont -ils gérés par la compagnie ? Parce que si vous entendez par là les taxes aéroportuaires par exemple, ce n’est pas une décision interne à AF… Par ailleurs, si ces éléments sont communs à tous les concurrents, une modification des coûts externes ne changeront pas la compétitivité des lignes identiques exploitées par les concurrents. exemple : Paris-Rome proposé par AirFrance, mais aussi Alitalia, Vueling et Easyjet entre autres… Quels sont les différences qui permettent à Easyjet et à Vueling d’être à un coût d’exploitation nettement plus bas ???

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !



Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 36 909 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.


Partages