mar. Nov 12th, 2019
Boeing 777 de la compagnie aérienne Air France

Air France Boeing 777 © EyOne

Air France, c’est pas gagné !

La nouvelle compagnie aérienne voulu par la direction d’Air France ne fait pas l’unanimité, loin de là même.

Partages
Air France A319 © Philippe Noret - AirTeamimages
Air France A319 © Philippe Noret – AirTeamimages

La nouvelle compagnie aérienne voulu par la direction d’Air France ne fait pas l’unanimité, loin de là même. Cette compagnie aérienne, qui ne sera pas une low-cost, doit permettre à Air France de revenir sur les lignes fermées et d’être plus profitable sur les lignes actuellement déficitaires. Avions gourmands en pétrole, pilotes aux conditions Air France, seuls les hôtesses de l’air et stewards seraient donc sous contrat extérieur a la « maison mère ».

Comme l’écrivais il y a peu une source proche du dossier :

Les coûts PNC sur un vol sont faibles (10-15%) et gagner 30% sur 10-15% des coûts, ça n’augmente la marge que de moins de 5%.

Evidement les syndicats hôtesse de l’air et steward sont déjà prêt à aller à la grève mais les pilotes ne sont pas si loin derrière ! Ci-dessous l’interview réalisée par Le Parisien de Philippe Evain du SNPL Air France.


Que pensez-vous du nouveau plan stratégique annoncé hier ?

PHILIPPE EVAIN. Il va plutôt dans le bon sens. Jean-Marc Janaillac a rompu avec les mauvaises habitudes de l’ancienne direction qui consistaient à couper une branche dès qu’elle n’était pas rentable plutôt que d’aller chercher de la croissance.

Et l’idée de nouvelle compagnie ?

Une bonne idée ne suffit pas. Il faut voir comment elle sera appliquée. Transavia France était une bonne idée mais, cinq ans après, c’est un échec. Elle n’est toujours pas rentable. Le diable est dans le détail.

Que voulez-vous dire ?

Le projet de nouvelle compagnie porte déjà les germes d’un très gros conflit. Nous sommes très attachés au périmètre d’activité d’Air France. Si c’est pour phagocyter les lignes d’Air France, on s’y opposera. Et le projet ne doit pas être le prétexte à une baisse des coûts de personnel.

Les hôtesses et stewards ne seraient pas embauchés aux conditions d’Air France…

Cela me choque. Il faut en discuter pour éviter de cristalliser les mécontentements. Nous préférons une solution interne. Mais les coûts seraient alors plus élevés. D’ailleurs, la direction souhaite poursuivre le plan Perform 2020… C’est maladroit de la part de Jean-Marc Janaillac, c’est un couac. Ce plan est derrière nous, ça ne fait plus débat. Le vrai problème est que les taxes perçues par l’Etat pèsent entre 500 M€ et 700 M€ par an. Voilà ce qui freine la compétitivité d’Air France. Mais je reste optimiste. Jean-Marc Janaillac est à l’écoute.

Partages

4 thoughts on “Air France, c’est pas gagné !

  1. En tant que client, j’ai du mal a comprendre le positionnement de ce projet (mais est-il destiné aux clients ou à l’interne ?) :
    A ce stade c’est trop flou pour moi. Risque de cannibalisation Transavia et/ou AF ?
    Par ex. je vois mal les voyageurs d’affaires sur AF LC migrer car le confort est le critère principal et pas le prix.
    « Tout est fait pour avoir une structure de cout réduite sauf pour les pilotes » : De nombreux gages ont été donnés au Snpl Alpa afin d’éviter d’ici les élections tout remous et surtout « corneriser » l’aile la plus dure de ce syndicat et ce bureau qui a encore 1 an à faire.
    Cette non-réforme (mais peut-il en être autrement dans un groupe où un CEO est en tenail entre l’Etat actionnaire et des syndicats) fait des gagnants :
    – les concurrents : je ne vois rien dans ce plan qui pourrait contrer l’avancée des low-cost et des compagnies du Golfe
    – JMJ qui s’impose comme un bon tacticien, habitué au rythme des entreprises publiques et garant d’une relative paix sociale bien commode pour les politiques et le gouvernement actuel.
    Pas d’erreur de casting.
    – Le Snpl Alpa : qui trouve un interlocuteur relativement conciliant à court terme mais dont bureau actuel se méfie à juste titre…
    De nombreuses questions :
    – Les questions de fonds ne sont pas abordés et demeurent.
    – Comment vont réagir les clients à cette nouvelle compagnie et aux marques dont on comprend mal la segmentation ? (ce qui prouverait que le client n’a pas été au centre des réflexions).
    – Risque de grève des PNC ?
    – Quid de Transavia ?
    – Quid de Hop ?
    – Lionel Guerrin va-t-il rester dans le groupe ? Le seul dirigeant qui a vraiment redressé un P&L dans ce groupe.
    – Quid des taxes et concurrences Golfe : je m’attendais au couplet volontariste de JMJ. Il l’a fait. Il faut dire aux gens ce qu’ils veulent entendre, c’est pas cher, on rase gratis…sauf qu’il n’a aucune maîtrise sur l’ensemble de ces sujets…
    3 juges de paix :
    Que fait le client ?
    Que font les concurrents ?
    Résultats financiers ?
    Nous verrons donc ….

  2. Lui qui voulait remettre la confiance au sein de l’entrepris, c’est mal parti; il calme un peu les pilotes, mais mécontente les PNC, c’est un peu la precarisation du métier qui arrive chez AF,avec des contrats moins disant, c’est pas gagné en effet. Affaire à suivre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !



Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 36 768 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.


Partages