ven. Déc 6th, 2019

PN Air France © Air France

La province interdite aux PN !

Il y a peu nous avons publié un article concernant les nouvelles règles concernant les bases des compagnies aériennes européennes (https://www.pnc-contact.com/2015/11/10/ryanair-freine-par-l-europe-63263).

Partages
PN Air France © Air France
PN Air France © Air France

Il y a peu nous avons publié un article concernant les nouvelles règles concernant les bases des compagnies aériennes européennes (https://www.pnc-contact.com/2015/11/10/ryanair-freine-par-l-europe-63263).

En creusant un peu plus dans la notion de 3home Base » nous avons en effet retrouvé l’article ORO.FTL.200 Home Base qui caractérise et définit ce que doit être une « Home Base » mais, en voulant aller un peu plus loin nous avons trouvé un article qui ne va pas beaucoup plaire aux provinciaux si jamais il devait être réellement appliqué un jour !

Tout d’abord cet article est sous le CS FTL.1.100 Applcability qui stipule que les règles énoncées sont applicables à l’aviation commerciale, régulière ou charter, a l’exception des services d’urgence, de taxi et d’exploitation mono pilote. La règle qui risque de ne pas plaire est la règle CS FTL.1.200 Home Base qui indique que : « Crew members should consider making arrangements for temporary accommodation closer to their home base if the travelling time from their residence to their home base usually exceeds 90 minutes. » En résume, pour ceux qui ont encore du mal en anglais, cette règle indique que les navigants doivent habiter a moins de 90 minutes porte a porte de leur base d’affectation…

Autant dire que si cette règle ne va pas plaire a beaucoup de navigants qui habitent en province ! Les navigants Air France sont très nombreux à habiter la province et, pour la plupart d’entre eux, ils n’ont aucune chance de faire le trajet en moins de 90 minutes !

Affaire à suivre car, entre la base unique et cette règle il y a fort à parier que ça va être tendu prochainement entre planning, « régul » et RH…

Partages

13 thoughts on “La province interdite aux PN !

  1. En appliquant cette réglementation :

    1) moins de journées enfant malade bidon,
    2) économie sur les effectifs en réserve,
    3) plus de débat sur le prix des GP,
    4) des PN accumulant moins de fatigue et d’aléas de transport..

  2. On peut en dire autant de beaucoup de navigants résidant en région parisienne et passant plus de 90 minutes dans les bouchons!…or, la région parisienne est supposée respecter les critères du « home base »!… Moralité, les provinciaux Lillois auront plus de chance de respecter cette injonction avec leur 50 minutes de TGV que les parisiens et habitants de la région parisienne!…idem pour les habitants de la région Champagne-Ardennes avec leur 20-30 minutes de TGV.
    Cette obligation impliquerait de trouver des logements pour 15 000 navigants (juste air France) dans un rayon de moins de 50 minutes de trajet…commencez à construire mes tours!…

  3. Le rapport?!
    L’article est titré:  » La province interdite aux PN « .

    Je précise que de nombreuses « provinces » ont un temps de trajet travail inférieur à Paris et la région parisienne. Le problème n’étant donc pas la province ou les kilomètres séparant le domicile du home base, mais bien le temps de trajet travail. C’est d’ailleurs ce que précise le FTL.1.200
    D’où les exemples cités pour Lille 50′ de TGV, ou Reims 30′ de TGV …alors que pour joindre des régions parisiennes comme l’Essone à CDG vous pouvez passer de 45′ à 2h30 selon le trafic.
    Et pour répondre à un commentaire: Est-ce parce que vous habitez Paris ou la région parisienne qu’il y aura moins de « journées enfants malades bidons » et de « réserves »? Je ne pense pas…
    Vous subirez également cette augmentation honteuse des GP pour partir en vacances ou aller voir votre famille, et vous subirez toujours de la fatigue et les aléas des transports (retards, annulations ou grève des transports en communs, trafic parisien démesuré…etc…)

  4. Attention ! L’Anglais est subtil et « should » n’est pas « must » même si ce terme est une façon appuyée de demander quelque chose (en anglais « aéronautique » en tous cas). Cette interprétation est renforcée par l’usage de « considère » juste derrière. De plus, le texte parle de « temporary accomodation », ce qui laisse la porte ouverte à des solutions qui sont déjà utilisées par pas mal de provinciaux (appartements en partage, hôtel…).
    Ce n’est sans doute pas la fin des provinciaux, ou pas pour cette raison…

    1. C’est en tout cas une jolie brèche qu’une direction pourrait facilement utiliser car, même si « should » n’est pas « must », dans le texte présent la notion d’obligation et assez forte…

  5. Je précise :
    En Anglais aéronautique simplifié, la traduction de  » should consider making arrangements for temporary accommodation closer to their home base serait « devraient essayer de trouver une solution d’hébergement temporaire plus proche de leur base ».
    Rien de très péremptoire… Néanmoins, je me base sur les cours et recommandations délivrés pour préparer les pilotes à l’utilisation des manuels techniques du constructeur. Il me semble raisonnable de penser que ces textes utilisent la même sémantique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !



Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 37 426 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.


Partages