5 août 2020
Cargo Air France

Escale Air France Cargo © G. Carcassonne

Air France, nouvelle enquête après une erreur

Une nouvelle enquête est en cours à Air France, doublée d’une investigation du BEA. Elle concerne un vol Paris-Mexico datant du 22 mai dernier, au cours duquel l’équipage d’un Boeing aurait entré des données erronées dans le système informatique, provoquant des perturbations au décollage et une petite frayeur pour les pilotes. C’est la deuxième enquête visant un avion de la compagnie ce mois-ci.

Partages
Escale Air France Cargo © G. Carcassonne
Escale Air France Cargo © G. Carcassonne

Nouvelle enquête après un incident à bord d’un Boeing 777 d’Air France

Une nouvelle enquête est en cours à Air France, doublée d’une investigation du BEA. Elle concerne un vol Paris-Mexico datant du 22 mai dernier, au cours duquel l’équipage d’un Boeing aurait entré des données erronées dans le système informatique, provoquant des perturbations au décollage et une petite frayeur pour les pilotes. C’est la deuxième enquête visant un avion de la compagnie ce mois-ci.

Air France a lancé une nouvelle enquête en interne concernant un incident survenu le 22 mai, à bord d’un Boeing cargo reliant l’aéroport Paris Charles de Gaulle à Mexico, au Mexique. Un problème de saisie informatique a obligé l’équipage à prendre les commandes de l’avion en pleine phase de décollage. Le BEA s’est également saisi de l’affaire.

Erreur de saisie informatique

Il y a quelques jours, Air France confirmait l’ouverture d’une enquête en interne concernant le vol d’un de ses Boeing 777, passé tout près d’une collision avec le Mont Cameroun en Afrique en voulant contourner un orage.

Cette fois, c’est une erreur de saisie informatique qui est à l’origine d’une investigation. Le vendredi 22 mai dernier, l’équipage d’un Boeing cargo 777 reliant Paris à Mexico a entré des données erronées dans le système informatique de l’avion, ce qui aurait provoqué des perturbations au décollage, une phase de vol automatisée.

Le poids de l’appareil sous-estimé

Ils auraient sous-estimé le poids de l’appareil d’une centaine de tonnes (soit près du quart de son poids maximum au départ), conduisant le système à ordonner une poussée des moteurs moins forte que nécessaire au décollage. Le danger était réel puisque l’avion, dans ce cas, tente de quitter le sol prématurément, le risque étant que la queue de l’appareil touche la piste.

Les pilotes ont donc été contraints de prendre les commandes de l’avion, avant de poursuivre leur route jusqu’au Mexique. Ils ont été suspendus à leur arrivée à destination, en attendant les conclusions de l’enquête.

Le Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) fait savoir par une porte-parole qu’une enquête a été ouverte également par ses services.

Partages

10 thoughts on “Air France, nouvelle enquête après une erreur

  1. « une petite frayeur pour les pilotes », « Les pilotes ont donc été contraints de prendre les commandes de l’avion » ! Oublions le sensationnel…
    Les pilotes n’ont pas eu de frayeur : ils ont détecté une incohérence avec les vitesses et ont réagi comme prévu. Ils n’ont pas non plus été contraints de prendre les commandes puisque le décollage se fait en pilotage manuel. Ils ont simplement pris une assiette de décollage moins importante.
    Les pilotes sont des professionnels et ont réagi en corrigeant l’erreur avec calme et efficacité.

  2. Un décollage ne peut pas s’effectuer « en automatique », c’est sur tous les avions du monde un décollage « manuel ».
    En revanche l’appareil ne corrige pas les erreurs d’insertion de masse dans le système, une masse plus élevée nécessitant des vitesses plus élevées, les pilotes ont fait accélérer l’avion conformément aux procédures en vigueur dans cette situation qui est évidemment prévue…!

  3. Pour ceux qui ne sont pas pilotes, sachez que n’importe quel avion gobe des vitesses fantaisistes ! On peut par exemple inverser l’ordre de 2 vitesses caractéristiques sans alarme alors qu’il serait très simple de poser des conditions du genre « vitesse 2 >= vitesse 1 ».
    Allez les constructeurs de bus (ou Air-bus) : mettez-vous au boulot !

  4. Cela commence à faire beaucoup. Il y aurait il y un problème sur la formation à AF? Crash paris Rio, sortie de piste à Toronto, crash évité de justesse au Cameroun un il y a 10 jours…. A chaque fois des erreurs de pilotages.

  5. @Jeff

    Allons donc ! Encore cette satanée compagnie avec ses mauvais pilotes surpayés ???

    Si vous étiez mieux informé, vous sauriez que de nombreux incidents de ce genre arrivent dans toutes les compagnies du monde. Par exemple : passage sous l’altitude de sécurité d’un B737 de Ryanair à Bergerac en janvier dernier (Ce sont les contrôleurs aériens qui les ont averti avant le EGPWS). Ou la sortie de piste d’un A330 d’Air Algérie à Orly.
    A côté de ça, les équipages AF gèrent tous les jours des situations qui auraient pu créer un problème de sécurité sans leur intervention. Par exemple ce 28 avril à BCN ou ce sont les pilotes qui ont récupéré une erreur du contrôle aérien et évité ainsi une incursion sur piste. Ou il y a quelques mois quand un problème de jaugeurs carburant a conduit à l’extinction d’un moteur, évènement passé inaperçu même par les passagers…

    Le problème de la sécurité aérienne, c’est qu’on ne la juge souvent qu’au travers des évènements visibles alors qu’elle devrait l’être sur les évènements invisibles, tous ceux que les équipages ont géré correctement, évitant ainsi qu’ils ne dégénèrent en incident ou accident. Dans ce sens, il faut savoir que Airbus a dit être impressionné de la façon dont AF a géré la transition vers la documentation constructeur (chose que LH repousse encore). Cette migration a été principalement faite par les pilotes, avec un minimum de formation mais en toute transparence et en toute sécurité. La charge de travail est quasiment équivalente à celle d’un nouveau stage de qualification…

  6. A noter que quand un équipage fait une boulette, certains parlent « d’erreur de pilotage » alors que quand le même équipage rattrape une situation périlleuse, personne ne parle de « pilotage excellent »…

  7. Si AF en est à se comparer à la pire des compagnies low cost…. en tout cas ni Ryanair ni même Easyjet (on touche du bois) n’ont jamais eu à déplorer d’accident mortel en 20 ans d’existence. Ni British Airways, ni LH, ni Emirates… Ce n’est pas le cas d’AF hélàs.

  8. @Jeff

    Vous n’êtes pas à une contradiction près…
    Vous reprochez à AF de se comparer à la pire des Low Costs puis vous faites vous même une comparaison des accidents ces vingt dernières années ! Me prendriez-vous pour un niais ???
    Par ailleurs, je ne « suis » pas AF, j’y travaille et j’en ai assez d’entendre dire n’importe quoi sur cette boite. Comme beaucoup d’autres, vous vous croyez capable de juger de la sécurité des vols alors que certaines entreprises ont mis des années à se faire une réputation dans le domaine. C’est le cas de LOSA qui a audité AF il y a quelques années et refait un audit actuellement.
    Le problème, c’est qu’habitant en France, vous ne parlez que d’Air France. Les pannes moteurs sur B777, d’autres en ont. Des alarmes GPWS aussi, et à cause d’une « erreur de pilotage ». Des erreurs d’insertion, il y en a chez les autres, et parfois avec des conséquences funestes (souvenez-vous de Corsair à ORY). Quand au Rio, allez donc lire l’article « AF447 Le rapport de contre-expertise d’un pilote » et vous verrez si c’est de la faute d’AF ou pas. Et Concorde, la faute à qui ? Vous citez LH alors qu’un évènement récent les met quand même bien en cause…

    On ne voit que ce que l’on veut bien voir ! Et tant qu’à toucher du bois, touchez-en aussi pour AF parce que quelque soit la couleur de la dérive, que les pilotes soient nuls et nantis ou pas, ce sont des hommes et des femmes qui meurent dans les accidents. Des hommes et des femmes qui travaillent tous les jours pour faire en sorte que ce vol ne soit pas leur dernier.

  9. EasyJet :
    Descente sous altitude de sécurité : http://avherald.com/h?article=486e5ad6&opt=0
    Déclenchement protection Alpha Floor : http://avherald.com/h?article=4835e8f2&opt=0
    Perte des capots moteurs (risque de perte de contrôle suite aux dommages possibles sur la profondeur) : http://avherald.com/h?article=466d1cf2&opt=0
    Ainsi que de nombreux cas de Low Fuel…

    British :
    Perte des capots moteurs : http://avherald.com/h?article=462beb5e/0008&opt=0

    Lufthansa :
    Suicide du copilote Germanwings
    Perte de séparation en océanique : http://avherald.com/h?article=47a1e4e6&opt=0
    Perte d’altitude (« Bug » Airbus) : http://avherald.com/h?article=47d74074/0000&opt=0
    Atterrissage sur une piste en travaux : http://avherald.com/h?article=476dea26/0001&opt=0

    Et je n’ai pris que quelques évènements relativement récents… Mais les incidents sont beaucoup plus nombreux !
    Contrairement à beaucoup, mon objectif n’est pas de dire qu’ils sont mauvais, mais de montrer que si on ne parle que d’AF, les autres AUSSI ont leur lot de bêtises et problèmes.
    Soyons objectifs !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 36 252 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.
Partages