Le point sur les recherches du MH370 – PNC Contact
jeudi 20 juin 2019
Malaysia Airlines B777

Boeing 777 Malaysia Airlines © Domaine Public

Le point sur les recherches du MH370

Boeing 777 Malaysia Airlines © Domaine Public
Boeing 777 Malaysia Airlines © Domaine Public

Les recherches de l’épave

Après une première phase infructueuse, elles ont repris le 6 octobre, sous l’impulsion des gouvernements Australien et Chinois, (ces derniers avaient 153 ressortissants sur les 239 victimes du vol), qui ont envoyé plusieurs navires dans le Sud de l’Océan Indien.
Le Go Phoenix, qui dispose de 12 jours d’autonomie, et le Fugro Discovery vont immerger à 5.000 ou 6.000 mètres de puissants sonars programmés pour détecter les parties volumineuses de l’épave de l’avion comme les moteurs, le train d’atterrissage et le fuselage.
Auparavant, un navire d’étude chinois, le Zhu Kezhen et un navire australien, le Fugro Equator, ont scanné les fonds sur près de 110.000 kilomètres carrés.

Les recherches sont prévues pour durer un an.

Dans un article du 25 mars 2014, 17 jours après la disparition du vol MH 370, je déclarais que « si les enregistreurs ne sont pas retrouvés pendant qu’ils émettent, il y a une forte probabilité pour cette énigme reste non résolue. »
Aujourd’hui, mon opinion à ce sujet n’a pas changée quand on voit ces navires qui continuent à chercher une aiguille dans une meule de foin, alors que le Ministre Australien des Transports a déclaré avec réalisme et humour « qu’avant de chercher une aiguille, il faudrait trouver la meule », ce qui situe parfaitement le problème !

Les enquêteurs ont retenu l’hypothèse d’une hypoxie des pilotes et des passagers

Le 26 juin 2014, l’ATSB (Australian Transport Safety Board) a publié un rapport de 60 pages qui fait le point sur la disparition de vol MH 370.
Selon les enquêteurs australiens : « Une hypoxie de l’équipage apparait comme la meilleure hypothèse pendant que le MH 370 volait vers une direction vers le Sud. » NDLR, rappelons que l’hypoxie signifie la perte de conscience du fait de manque d’oxygène.

Cette hypothèse des enquêteurs australiens confirme celle qu’avait émis Boeing dans un article du magazine Aviation Week & Space Technology du 24 mars 2014 : « Boeing retient parmi les causes potentielles celle d’une hypoxie ou asphyxie de l’équipage. La source vraisemblable de cette éventualité serait un feu progressif, émanant de la soute électronique ou d’autres endroits dans l’espace inférieur ».

Pourquoi cette hypoxie ?

S’il y a eu hypoxie, c’est que la pressurisation de l’avion a disparu et il faut une raison. Cela a pu être :

a) Un défaut de fonctionnement de cette fonction, mais dans le cas du MH 370, cette hypothèse est peu probable, car elle n’expliquerait pas la coupure du Transpondeur et celle des communications automatiques ACARS, qui ne sont évidemment pas affectés par une perte de pressurisation.

b) D’une perte de pressurisation brutale résultant d’une explosion et/ou d’incendie

Les effets destructeurs d’une explosion du fret de batteries lithium

Des essais ont montré que ce type d’explosion amenait pendant 3 minutes une température de 1200° Celsius !

Dans le cas du MH 370, l’hypothèse la plus probable est celle de l’explosion des batteries au Lithium-ion, qui ouvre une large brèche dans la carlingue et provoque la mise hors service de certains équipements de transmission, soit du fait de l’explosion, soit du fait d’un incendie, ou des deux causes simultanément.

En quelques secondes, la pressurisation disparait et la cabine entière est plongée à la température extérieure de -56° Celsius qui règne à 11.500m. Les masques oxygène des passagers tombent, mais ils ne fourniront de l’O² que pour une quinzaine de minutes et après, c’est la perte de conscience vers une mort rapide et frigorifiée.

Théoriquement, les pilotes auraient eu le temps de mettre leurs masques, qu’ils ont à portée de la main et qui sont à pose rapide d’une seule main en moins de 3 secondes et ils ont probablement eu quelques secondes disponibles. Ce court laps de temps permet à l’un d’eux de couper le pilote automatique, qui entraine l’avion vers Pékin, pour effectuer un virage pour revenir vers Kuala Lumpur. Il passe sur le mode « Heading » (maintien d’un cap constant), affiche un cap de retour approximatif vers Kuala Lumpur, ainsi que la fonction « Altitude Hold », qui maintient le niveau de croisière de 35.000 pieds.

Théoriquement, les pilotes auraient dû garder leur alimentation d’oxygène, si le système avait fonctionné correctement. Ils auraient alors conservé la maitrise du vol et seraient revenus se poser à Kuala Lumpur.
Mais, pour des raisons inconnues et qui selon moi ont toutes les chances de le rester, cela ne s’est pas passé comme cela et l’avion s’est retrouvé avec des pilotes d’abord évanouis, puis morts et cet avion s’est maintenu en vol à son cap et altitude, jusqu’à ce le pétrole soit épuisé et que les réacteurs s’arrêtent, l’un après l’autre, l’avion partant en perte de contrôle jusqu’à percuter la mer au large de l’Australie.

Sur les raisons qui n’ont pas permis aux pilotes de conserver la disponibilité des pilotes, on restera ad vitam eternam dans les conjectures et même si on retrouvait les enregistreurs, il est probable qu’ils ne donneraient pas de réponses certaines sur les raisons pour lesquelles ils ont sombré dans le néant. Étant donné qu’ils ont eu un court instant de disponibilité pour modifier la conduite de l’avion et sa trajectoire, quelque chose s’est produit un instant après qui les a mis hors course. Selon moi, ce pourrait être, peut-être, une accumulation de fumée très toxique qui leur aurait fait perdre conscience. Ajoutons quelque chose qui n’a jamais été évoqué, c’est que l’un des pilotes n’était peut-être pas dans le cockpit, parti par exemple aux toilettes et que celui au poste n’a pu mettre ou utiliser correctement son masque à oxygène.

L’hypothèse d’un détournement est invraisemblable

Personne ne remet en cause de façon démonstrative le fait que l’avion a volé pendant 7 heures en ligne droite pour aller se crasher dans une région désertique de l’Océan Indien.

Cela tire un trait définitif sur l’affabulation d’une tentative d’attaque de la base US de Diego Garcia, car la trajectoire de 7 heures de l’avion n’allait pas par là.

Avec ce vol de 7 heures, on a du mal à concevoir que dans l’hypothèse d’un détournement terroriste, ceux-ci aient choisi d’aller disparaitre ainsi, je dirais bêtement, sans communication ni objectif médiatique affiché.

Peu cohérente non plus l’hypothèse d’une dépressurisation volontaire par les pilotes, qui ferait occire les passagers et le PNC, mais pourquoi cela, si c’était pour aller se planter stupidement ensuite après un vol sans but.

Reste l’hypothèse d’une dépressurisation volontaire par des terroristes qui auraient pris le contrôle de l’avion, mais on retombe sur la question : pourquoi cela, si c’est pour aller se planter pas loin des Ile Kerguelen, sans aucune annonce ni objectif médiatique.

Pour bien longtemps, le vol MH 370 risque fort de rester une énigme obsédante et préoccupante.

Avec l’aimable autorisation de Roger Christian
Partages

4 thoughts on “Le point sur les recherches du MH370

  1. Toute votre démonstration qui repose sur l’hypothèse que l’avion aurait fait route vers le sud et donc qu’il pourrait être là où on le cherche, écarte donc de facto toute autre hypothèse. Cet article est un donc un choix de la part du rédacteur et non une étude exhaustive de tous les scenarii possibles.
    Tant que l’on n’aura pas trouvé la moindre trace de cet avion, toutes les pistes resteront possibles. Même si pour l’industrie du transport aérien dans son ensemble tout vaut mieux que l’hypothèse d’un détournement surtout un détournement commis par l’équipage technique.
    Donc espérons que vous ayez raison… Mais cette démonstration ne me convainc pas !

  2. J’ai écrit qu’aucune démonstration ne remet en cause les éléments techniques de données satellites qui ont permis de tracer cette route de 7 heures vers le sud
    Partant de là, j’ai expliqué aussi que ces données rendaient invraisemblables les théories sur un détournement
    Il serait peu vraisemblable aussi que si ces données satellites étaient erronées, il n’y ait personne dans le monde qui sache le démontrer
    Cordialement
    Christian ROGER

  3. Merci Christian Roger d’avoir pris la peine de d’expliquer votre position. Je vais tenter d’en faire autant.
    D’après ce que j’ai pu lire sur l’analyse des « Bips », par exemple dans Le Monde du 25.03.2014 (http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2014/03/25/comment-les-satellites-ont-piste-la-trace-du-vol-mh370_4389068_3216.html), dont je cite ici quelques extraits significatifs :
    « La société de télécommunications Inmarsat et le Bureau d’enquête sur les accidents aériens britannique (Air Accidents Investigation Branch, AAIB) « ont conclu que le MH370 a volé dans le couloir sud et que sa dernière position se trouvait au milieu de l’océan Indien », a annoncé lundi 24 mars la compagnie Malaysia Airlines. « En utilisant un type d’analyse jamais utilisé auparavant dans une enquête de ce type, ils ont pu affiner la trajectoire du vol MH370  » a déclaré Najib Razak, le premier ministre de la Malaisie »….
    « Nous avons observé l’effet Doppler, qui est le changement de fréquence dû au mouvement du satellite sur son orbite, a-t-il expliqué. Cela nous a donné une trajectoire possible pour le couloir nord et une autre pour le couloir sud. » ….
    « Nous avons réuni les données des Boeing 777 de Malaysia Airlines, nous les avons modélisées et les avons comparées avec les données du couloir sud et du couloir nord et nous avons découvert que le couloir sud est sans aucun doute possible celui qui a été emprunté », a-t-il expliqué sur la BBC. »

    Je ne trouve pas que ces explications soient de nature à conclure sans erreur possible que la piste privilégiée par les enquêteurs soit la seule bonne, à l’exception de toutes les autres, en particulier en ce qui concerne le fait de privilégier le sud de l’arc plutôt que le nord.
    Jean-Dominique Cartier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !



Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 50 975 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.


Partages