1 mars 2024

Airbus A380-800 © Air France

La Marine au secours d’Air France

Après l’annonce hier d’un nouveau plan de départs volontaires pour les personnels Air France, Marine Le Pen sonne la charge contre l’État et son immobilisme pour sauver la « souveraineté de la France en matière de transports ».

Partages
Airbus A380-800 © Air France
Airbus A380-800 © Air France

Après l’annonce hier d’un nouveau plan de départs volontaires pour les personnels Air France, Marine Le Pen sonne la charge contre l’État et son immobilisme pour sauver la « souveraineté de la France en matière de transports ». Pour Marine la solution est très simple ; il suffit que l’État achète des actions pour atteindre 51% du capital. La présidente du FN estime que cela devrait coûter environ 700 millions d’euros. Sans doute oublie-t-elle que si l’État partait dans cette direction le cours de l’action monterait en flèche et le coût total serait sans doute supérieur. De plus, une fois propriétaire de ce fleuron de l’aéronautique mondial que pourrait bien faire l’État a part injecter des milliards d’euros ? Air France a déjà coûté des milliards de francs aux français, pas certain qu’ils soient partant pour remettre la main à la poche.

Marine veut sauver les emplois « L’État possède encore plus de 15% du capital d’Air France, à ce titre, il doit pouvoir dire son désaccord devant un tel plan social, conséquence de décisions de gestion hasardeuses prises ces dernières années. De toute évidence, la privatisation de la compagnie en 2003 n’a pas été couronnée de succès (6ème année consécutive de pertes d’exploitation) et il est temps que l’État réintervienne. C’est d’autant plus nécessaire qu’il s’agit là d’une activité stratégique pour la France. Si Air France continue de s’enfoncer, nous perdrons un acteur essentiel de la souveraineté de la France en matière de transports”

Publicités

« Si l’État, dans les conditions actuelles, n’a pas les moyens d’intervenir et de contrer ce plan social, il faut alors qu’il réfléchisse à augmenter sa participation dans l’entreprise. Cela ne représente pas une fortune. Pour arriver à 51% de participation au capital de la compagnie (la capitalisation représente au total 2 milliards d’euros), il lui faudrait débourser 700 millions d’euros. Cette dépense pourrait être compensée par la cession de quelques participations non stratégiques d’Air France-KLM dans d’autres sociétés«

Partages

19 thoughts on “La Marine au secours d’Air France

  1. Ben si Jack,si les compagnies du Golf nous taillent des croupières c est que justement les Princes qui gouvernent sont dérrière leurs compagnies…
    Ils achètent des 380 ,comme on achète des kilos de cerises ,et au fur et à mesure qu on leur livre
    leurs joujous ,et bien ils viennent en Europe pour piquer la clientèle Affaires en cassant les prix
    Facile quand on ne paye pas les avions et le kérosène pur les faire voler,je ne parle pas des PNC…
    On ne pas se battre contre cela,car ils font ce qu on appelait autrefois du dumping,On prend des parts de marché en cassant les prix, puisqu on a du cash à gogo
    les compagnies qui jouent le jeu se cassant la gueule,et apres soit on s allie avec elles ,soit on restre sur le marché.ON A GAGNE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !
Déjà titulaire du CCA ?
PNC en compagnie ?
En recherche de compagnie ?
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 26 438 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Archives

Partages