lun. Nov 18th, 2019

Air France A340 Toronto 2005 © Paul Cardin

Air France: « 1 crash tous les 3 ans »

Ce soir sur Canal+ dans Spécial Investigation, une émission sur la sécurité chez Air France.

Partages
Air France A340 Toronto 2005 © Paul Cardin

Ce soir, sur Canal+, à 22.30 l’émission Spécial Investigation enquête sur la sécurité chez Air France. L’émission passe en revue les derniers crash de la compagnie et ses filiales qui ont fait des centaines de morts, passagers mais aussi hôtesses de l’air, steward et pilotes… Le Rio – Paris, le Concorde, le crash de Brest avec la mort du commandant de bord, le crash de Toronto et celui de Pau qui a entraîné la mort d’un chauffeur poids lourd. Un crash tous les 3 ans, tel est le fil conducteur de ce documentaire. Selon un site américain cité, Air France représenterait 22 crash et 1250 morts depuis 1950 quand British Airways, compagnie comparable, en compte 3 et 140 morts.

Les auteurs du reportage se sont procuré des documents qui montreraient que certains pilotes seraient considérés comme incompétents par leur hiérarchie, et ce depuis plusieurs années. Le co-pilote du « Toronto » en prend pour son grade. Selon le rapport canadien cité dans l’émission il n’aurait pas respecté le plan de descente et freiné bien trop tard. Ceux aux commandes de l’Airbus du Rio Paris sont logés à la même enseigne.

La filière de formation des pilotes, le management des pilotes, la productivité, un retour d’expérience inexistant ou tout du moins bien trop lent… L’émission pointe point par point des « défauts » du system assurant la sécurité chez Air France.

Il y a fort à parier que cette émission ne fera pas l’unanimité au sein des personnels de la compagnie aérienne privée Air France. Ce reportage sera-t-il objectif ou juste sensationnel ? On en reparle demain dans les commentaires !

Partages

5 thoughts on “Air France: « 1 crash tous les 3 ans »

  1. Ça faisait longtemps !

    Sans renier les terribles événements, l’amalgame est rapide selon certains journalistes qui ont vu ce reportage et la mise en cause de la compagnie semble être systématique alors qu’elle n’est pas toujours engagée.

    Le point (9/11/2012) estime que
     » Pour étayer ce brûlot à charge contre la compagnie nationale, les auteurs amalgament des accidents où la responsabilité d’Air France est engagée et d’autres qui sont beaucoup moins clairs.

    Ainsi, une lamelle métallique perdue par un autre avion sur la piste de Roissy provoqua le crash de Concorde en 2000 sur lequel la justice s’est prononcée sans mettre en cause Air France.

    Deux autres accidents – BritAir à Brest en juin 2003 et Régional à Pau en janvier 2007 – sont le fait de compagnies filiales aux opérations aériennes indépendantes et qui appliquent leurs propres politiques de sécurité des vols.

    De même, l’explication de la collision au sol d’avril 2011 à New York-Kennedy, très médiatisée car mettant en cause un Airbus A380, est biaisée.
    La vidéo diffusée accélère la vitesse de l’avion, qui était, en réalité, inférieure à 15 km/h, comme l’explique le rapport du NTSB, le bureau d’enquêtes américain.

    Même le crash de Habsheim en 1988 est décortiqué et ses causes sont attribuées à la théorie du grand complot entre Air France, Airbus, la DGAC et le BEA. C’est bien sûr, leurs dirigeants sortent tous de la même école, Polytechnique. Des amitiés s’y sont nouées, mais aussi de solides inimitiés. »

    Question de point de vue.

    Toujours est il que la compagnie se reforme en profondeur en ce qui concerne la sécurité des vols.

    1. Nous ne faisons que rapporter ce qui sera diffusé ce soir. Le point de vue du Point, du Nouvel Obs ou du Figaro ne nous concerne pas car, ici ,nous n’en avons aucun…

  2. Vous oubliez le B747 cargo, F-GPAN crashé à l’atterrissage à Madras au printemps 1999 et totalement détruit par le feu (1 blessé léger).
    F-GPAN : G Pas Atterri Normalement…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !



Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 36 971 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.


Partages