26 juillet 2020
Air France logo

Air France logo © Air France

Air France, chaud sous l’équateur…

Partages
Air France logo
Air France logo © Air France

Les agents d’Air France Bamako se révoltent contre les injustices dont ils sont victimes en dénonçant, par la même occasion, les termes de l’accord d’établissement signé en 2004 source de tous leurs maux. En effet, selon le syndicat, les travailleurs maliens de la compagnie aérienne française sont traités comme du personnel au rabais, comparativement à leurs collègues du Sénégal. En plus, compte tenu de  son effectif réduit, ledit personnel souffre de conditions de travail difficiles, face à des exigences, de plus en plus   grandes, des passagers. Raison suffisante pour déposer un préavis de grève illimitée, à compter du 10 août 2010 à minuit, jusqu’à l’aboutissement de leurs revendications.

Si rien n’est fait du côté d’Air France, ses passagers risquent de pâtir de la situation car les travailleurs, réunis autour de leur syndicat, ne semblent décidés à en découdre parce qu’excédés par  » la supercherie et le leurre  » dont ils ont été victimes. En effet, cinq ans après la signature de l’accord d’établissement, ils sentent floués par leur direction des ressources humaines qui  » avait soutenu que l’accord de Bamako était identique à celui de Dakar « .

Ils ont, en effet, découvert le contraire et selon leur communiqué, dont copie nous est parvenue, «  le personnel malien ne bénéficie nullement de conditions similaires à celles accordées aux collègues du Sénégal, aussi bien sur le déroulement de la carrière, sur le régime indemnitaire, sur les primes que sur les avantages sociaux « . Situation jugée inacceptable, surtout que, selon le syndicat, «  pour des obligations de résultats identiques à celles de nos collègues du Sénégal et pour une fréquence de 7 vols sur 7 comme au Sénégal, l’effectif du personnel malien est de 29 personnes contre 144 au Sénégal. Les prestations de services existantes ne sauraient, en aucun cas, justifier ce type de traitement à l’égard du personnel malien qui n’a d’autre nom que du mépris et de la discrimination « .

Pour étayer son propos, le personnel d’Air France Mali a esquissé un tableau comparatif qui fait ressortir, dans le traitement appliqué par la compagnie, les écarts entre Dakar et Bamako. Par exemple, au niveau des carrières, «  pendant que deux ans suffisent à un agent d’Air France à Dakar pour passer à la catégorie A à la catégorie B, il en faut 4 voire 6 à un agent malien de même catégorie pour la même compétence « . Au niveau des avantages sociaux,  » lorsque l’enfant ou le conjoint de l’agent est hospitalisé, l’agent de Dakar a droit à 1 jour de congé spécial et celui de Bamako doit puiser dans ses congés annuels « . Pour les primes et le régime indemnitaire,  » les agents de Dakar bénéficient d’un 14ème mois, pendant que les agents de Bamako n’ont rien du tout « . Par ailleurs, une prime de panier de 4000 FCFA est appliquée à Dakar, contre 1500 FCFA à Bamako. En plus, les agents de Dakar reçoivent une prime annuelle de 400 000 FCFA contre 90 000 FCFA pour Bamako.

Le plus écœurant est à venir : une indemnité de départ à la retraite est payée aux agents de Dakar alors que ceux du Mali ne reçoivent rien du tout à ce titre. Ces exemples sont assez éloquents pour traduire les états d’âme du personnel d’Air France au Mali qui a raison de se demander :  » De qui se moque-t-on ? Et comment qualifier cette inégalité de traitement injustifiée ?  »

De toute façon, l’Assemblée générale extraordinaire du personnel local d’Air France, tenue le 28 juillet dernier, a décidé  » d’une grève illimitée jusqu’à l’aboutissement de ses revendications « . Raison pour laquelle, le préavis de grève, notifié par le Secrétaire général du syndicat au délégué local d’Air France, a été déposé et prend effet pour compter de demain à minuit.

Source: maliweb.net

Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 36 269 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.
Partages