26 septembre 2020
Air France logo

Air France logo © Air France

Air France, Ryanair et easyJet

Partages
Air France logo
©Air France

En attaquant Ryanair, Air France se trompe-t-elle de cible ?

Jeudi, Le Figaro et Le Monde nous apprenaient en effet qu’Air France avait déposé plainte fin novembre contre Ryanair auprès de la Commission européenne. Chefs d’accusation : illégalité d’aides d’Etat et distorsion de concurrence notamment.; Ce sont de nouveau les  subventions accordées par les aéroports régionaux et les collectivités locales à la low cost irlandaise qui sont visées. Déjà en 2003, Air France s’était plaint à Bruxelles des subventions décrochées par Ryanair à Strasbourg .

On connaît maintenant bien le mécanisme : Ryanair promet à un aéroport isolé de lui amener des milliers de passagers chaque année. En contrepartie, elle demande à cet aéroport de lui verser des « aides au marketing », en fait des subventions déguisées. Elle n’hésite pas, au besoin, à faire monter les enchères entre plusieurs petits aéroports.

La première plainte d’Air France avait déjà conduit la Commission européenne à poser des limites à de tels arrangements. Mais, nous apprend Le Figaro, les équipes d’Air France se sont livrées à une véritable enquête en épluchant tous les rapports des Chambres régionales des comptes sur le sujet pour prouver que les limites ne sont pas respectées. Elle estime ainsi qu’en 2008, Ryanair a perçu 660 millions d’euros d’aides en Europe, dont 35 millions d’euros en France.

Seulement voilà, en attaquant Ryanair, Air France sert directement les intérêts d’easyJet. Comme l’un de ses dirigeants me l’expliquait récemment, Ryanair est considéré comme un concurrent déloyal par easyJet : il doit une partie de ses plantureux bénéfices aux aides des collectivités locales, aides dont ne bénéficie pas easyJet puisqu’il se pose sur de grands aéroports.

Notre problème, m’expliquait ce responsable, est que les analystes financiers utilisent les critères de rentabilité de Ryanair pour nous évaluer en Bourse. Même si nous n’avons pas le même business model. Cela nous défavorise et réduit notre valorisation en Bourse.

En clair, si Air France obtient une limitation des aides versées à Ryanair, elle rendra un fier service à easyJet, qui est pourtant son concurrent le plus direct, comme l’a montré récemment son projet, finalement abandonné , d’ouvrir ses propres lignes low cost au départ de Nice face à la compagnie à bas coûts anglaise.

Chez easyJet, ils disent donc merci à Air France.

Source: titresdetransport

Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 34 014 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Archives

Partages