mar. Oct 22nd, 2019

Logo Ryanair © Ryanair

Ryanair, O’Leary menace

Partages
Michael O’Leary – Ryanair © DR

Ryanair a prévenu ses employés que les grèves n’étaient pas envisageables sur le long terme. Michael O’Leary a été très clair lors d’une conférence de presse au sujet du conflit social actuellement en cours au sein de la low-cost irlandaise. Si les grèves continuent il délocalisera ses activités vers des pays ou la grève n’est pas un risque pour la compagnie aérienne Ryanair. Il a par ailleurs indiqué :

Nous avons aujourd’hui – à Ryanair – vingt marchés qui ont besoin de plus d’avions, nous manquons d’avions dans presque tous les marchés où nous opérons en raison de la demande pour nos prix, nos services.

Michael O’Leary a même été plus précis en indiquant que la croissance sur les pays de l’est lui permettait d’envisager une délocalisation massive de ses activités vers cette zone au détriment des personnels grévistes plutôt situés en Europe de L’ouest. Il a clairement indiqué que, par exemple pour la base de Dublin, il allait délocaliser 6 avions sur les 30 présents avec des conséquences pour l’emploi. Ce n’est pas moins de 100 pilotes et 200 hôtesses de l’air et stewards qui seront à terre. Il a également continué sur sa lancée en indiquant :

Le marché polonais connaît une énorme croissance, nous avons besoin de plus d’avions sur ce marché. Si les syndicats et les pilotes font preuve de bon sens, nous parviendrons à des accords, mais si on a affaire à des gens qui font grève juste pour faire grève, alors ils verront que les emplois et les avions peuvent très bien aller ailleurs…

Ryanair n’aime pas les grèves, n’aime pas le dialogue social et a clairement les moyens de mettre la pression sur ses effectifs si le climat ne s’améliore pas rapidement.

Partages

11 thoughts on “Ryanair, O’Leary menace

  1. « Ryanair a prévenu ses employés que les grèves n’étaient pas envisageables sur le long terme ».

    J’ai LA solution : engager des négociations !

  2. La delocalisation façon O Leary a ses limites…

    2010 : Ryanair quitte Marseille
    Après avoir « délocalisé » sa base Marseille à grand renfort de jurons et de propos obscènes sur la France, Air France etc…

    2011 : Ryanair revient à Marseille : il est revenu la queue entre les jambes et en toute discrétion, en ne basant pas d’avions à Marseille sauf que cela n’a pas échappé au fisc qui lui a infligé des millions d’euros d’amende car les équipages étaient bien basés à MRS (camping o pas…)

    Ce n’est pas parcequ’on à une grande gueule que l’on a toujours raison…
    Ce en quoi il était suivi par Jean Claude GAUDIN, autre grande de la politique ! 🙂

  3. Ce sont les Régions et les Chambres de commerce et d’industrie qui, effectivement, perdent de l’argent et même beaucoup !

    La cour des comptes commence a farfouiller dans le fief principal de Ryanair : Beauvais.

  4. Selon Bruno Tredevic les grèves actuelles chez Ryanair menacent le modèle low cost.
    « Les mouvements sociaux à répétition de pilotes et de personnels de cabine pourraient contraindre la compagnie irlandaise à renoncer à certains éléments de son modèle à bas coûts. »

    Totalité de l’article sur les échos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !



Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 49 752 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.


Partages