30 juillet 2021
Air France – KLM croissance 2019

Airbus A380 Air France © Hugo Possamaï

Ryanair, fatigue et SNPL !

Christophe Tharot, membre du bureau exécutif du SNPL, s’inquiète du logement des personnels Ryanair qui opèrent les vols depuis Marseille.

Partages
La fatigue chez les pilotes
La fatigue chez les pilotes © PNC Contact

Christophe Tharot, membre du bureau exécutif du SNPL, s’inquiète du logement des personnels Ryanair qui opèrent les vols depuis Marseille. C’est dans un camping équipé de mobil home qu’une partie du personnel de la compagnie aérienne Ryanair se loge durant la saison d’été ou ils travaillent à partir de l’aéroport de Marseille. Selon une employé du camping qui borde l’étang de Berre tout proche de l’aéroport ; « Ils sont vraiment beaucoup et doivent rester jusqu’au mois de novembre ».

Les équipages Ryanair ne sont pas employés par Ryanair mais par des sociétés prestataires de services qui versent des indemnités de logement. « Nos équipages perçoivent tous des indemnités de logement et sont libres de décider comment et où ils dépensent ces indemnités, nous fait savoir Ronan O’Keeffe, le porte-parole de la compagnie. Nous comprenons que leur solution préférée de logement est à l’hôtel et en location d’appartement, mais certains choisissent aussi des chalets de vacances, ce qui relève entièrement de leur choix ».

Pour Christophe Tharot cela n’est pas bon pour la sécurité des vols. « Le camping en vacances, c’est très bien. Mais quand on part tous les jours en vol, on a des impératifs de repos à respecter. Or, je ne suis pas certain que les conditions d’un camping soient optimales pour cela. » Le SNPL ferait sans doute bien de s’occuper du repos des navigants en escales car, si le cas des repos du personnel de Ryanair semble être un point qui lui tient à cœur, il semble oublier que les navigants en escale ne dorment pas toujours comme ils le devraient. Cette fatigue peut contribuer fortement à ne pas être à même de réagir correctement face à un imprévu. On n’a pas beaucoup entendu ce syndicat concernant l’escale « mouvementée » d’un des pilotes du Rio – Paris qui a disparu il y a maintenant 6 ans…

Certaines compagnies aériennes obligent les navigants à être présent chez eux ou à l’hôtel un certain nombre d’heure avant les vols, sans doute une bonne idée pour garantir le repos des personnels avant les vols, le SNPL va-t-il proposer cela prochainement, on en doute…

 

Partages

11 thoughts on “Ryanair, fatigue et SNPL !

    1. Les deux copilotes étaient en effet actifs et éveillés, c’est le commandant de bord, pas aux commandes a ce moment qui était fatigué « Cette nuit, j’ai pas assez dormi. Une heure, c’était pas assez tout à l’heure »… En aucun cas nous disons que cela est une cause du crash, nous disons juste que le SNPL n’a pas beaucoup agit pour que les navigants se reposent en escale… Par contre pour venir expliquer que le camping n’est pas assez « secure » pour garantir la securite des vols Ryanair ils sont de sortie, ca a juste un coté petit et mesquin, tres SNPL en fait…
      On parle des plannings pour voler a Noël, c’est pareil, pour les autres mais pas pour moi 😉
      PS: très bon article que vous citez…

  1. Une compagnie qui veut faire de la sécurité des vols a le devoir de proposer de bonnes conditions d’hébergement à ses PN. Chaque PN est ensuite responsable de ce qu’il fait en escale et chacun gère sa fatigue comme il l’entend. Vous ne savez pas l’heure qu’il était lorsque le CDB du Rio a essayé de dormir, ni quelle avait été réellement son activité auparavant. Tout PN (et je sais que vous savez de quoi je parle), sait à quel point la gestion de la fatigue en escale long-courrier est difficile et personnelle.
    Si le BEA n’a pas porté de jugement sur les mots du CDB, vous devriez vous abstenir de le faire à sa place.

  2. Quant au SNPL, on sait bien qu’ils disent ce qu’ils veulent bien dire et qu’ils sont loin d’être exemplaires…
    C’est un adhérent qui le dit !

  3. « On n’a pas beaucoup entendu ce syndicat concernant l’escale « mouvementée » d’un des pilotes du Rio – Paris qui a disparu il y a maintenant 6 ans… »

    Vos proppos sont proches de la diffamation.
    Vous faites un lien de causalité entre la catastrophe et l’escale que vous supposez mouvementée.
    C’est gravissime.

    Tout les navigants savent que l’on parle souvent des heures qui précèdent le vol lorsque l’on parle de repos.
    « Tu as réussi à dormir ? » est une phrase entendue quotidiennement dans les navettes du vol retour.

    Et vous l’avez prononcée aussi.
    Cela ne veut pas dire que l’on parle forcément de la nuit avant le vol.

    1. C’est vous qui faite le lien ! Nous on fait le parallèle entre les logements « dangereux » dans un camping et les escales pas très reposantes, dans un cas le SNPL hurle aux loups et dans l’autre il est très silencieux… Sans doute n’avez vous pas lu le dernier paragraphe qui vous aurait permis de le comprendre: « Certaines compagnies aériennes obligent les navigants à être présent chez eux ou à l’hôtel un certain nombre d’heure avant les vols, sans doute une bonne idée pour garantir le repos des personnels avant les vols, le SNPL va-t-il proposer cela prochainement, on en doute… »
      D’autres part le CDB n’etait pas aux commandes de l’avion donc en aucun cas il ne peut être responsable de quoi que ce soit, cela a déjà été dit et répété !
      Cependant, en terme de repos en escale il semble que ce séjour avec sa nouvelle compagne ne lui a pas permis de se reposer comme cela est, semble t il, si important selon le SNPL…

  4. « Cependant, en terme de repos en escale il semble que ce séjour avec sa nouvelle compagne ne lui a pas permis de se reposer comme cela est, semble t il, si important selon le SNPL… »

    Vous y étiez ?
    Je réitère que vos propos sont diffamants, intrusifs et qu’ils sèment une confusion nauséabonde.
    Vous portez un jugement sur le repos en escale alors que vous seriez bien en peine de savoir qui à fait quoi, et avec qui.

    1. Avez vous lu le report de l’expert sur le sommeil cité par le Figaro qui confirme que le CdB était en dette de sommeil important ? Après on ne dit pas que cela a joué quoi que ce soit dans le crash car de toute façons il n’était pas aux commandes.

  5. En taclant le SNPL avec ces arguments, il est facile de croire que vous en remettez une couche sur le Rio. Quoi que vous disiez, les deux sont cités dans l’article. On a très bien compris que le SNPL manipulait facilement le « faites ce que je dis, pas ce que je fais » et il suffit de connaitre un peu les plannings de certains représentants syndicaux (du SNPL ou d’autres syndicats) pour le connaitre. Mais la forme est maladroite…

  6. Et pourquoi cet « expert » est cité par Le Figaro (bel exemple d’objectivité par ailleurs) au lieu d’être cité par le BEA ?
    Au fond, nous sommes d’accord : Les PN doivent partir en vol reposés; Pour être reposés, ils doivent être hébergés dans des conditions le permettant; Malgré cela, ce n’est pas toujours facile, surtout en escale long-courrier (accompagné ou non); La fatigue du CDB n’est pas une cause objective dans le Rio; Le SNPL dit ce qui l’arrange, quand ça l’arrange.

    En revenant aux faits, je pense que c’est tout de suite plus clair et moins polémique.

    Néanmoins, le SNPL travaille sans relâche pour que les équipages puissent avoir des hébergements corrects (on ne parle pas d’avoir une suite de luxe mais de pouvoir dormir et manger quand le corps le demande). Le SNPL a raison de dire qu’un camping n’est pas un lieu de repos adéquat pour des navigants. Ryanair, en laissant ses équipages s’occuper de leur hébergement, sait très bien qu’il utiliseront leurs indemnités d’hébergement pour améliorer leur salaire plutôt que pour améliorer leur repos (de la même façon que les jeunes PNC AF essayent de dépenser le minimum de leurs indemnités repas en mangeant n’importe quoi sans que le SNPNC ne s’en émeuve).

    Quel dommage qu’en mélangeant Ryanair et le CDB du Rio, vous nuisiez au débat de fond : les limites de la politique de Ryanair. Les pilotes sont des « auto-entrepreneurs » et la compagnie leur délègue de fait certaines choses qui devraient être centralisées. En gros, pour O’Leary, tant que le pognon rentre, il se moque de savoir comment il arrive…
    C’est très éloigné de mes convictions !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Jooble
ABONNEZ-VOUS !
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 29 232 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Archives

Partages