28 septembre 2020

Vaseline © DR

« Solidarité » selon le SNPL

La solidarité n’est pas une priorité semble-t-il…

Partages
Vaseline © DR

Il n’y a pas si longtemps le SNPL, syndicat des pilotes de ligne, appelait l’ensemble des corps de métiers de l’aéronautique à les rejoindre dans une grande grève nationale contre un projet de loi qualifié par certains comme le début de la fin des droits du travailleur. Ce projet de loi demande qu’un gréviste se déclare 48 heures à l’avance afin que la compagnie aérienne puisse informer ses clients 24 heures avant le vol. Alors la France de l’aéronautique a répondu par une grande grève, non, en fait il n’y a que chez Air France que la grève a été suivie et en grande majorité par les pilotes. 4 jours de grève et pas loin de 40 millions d’euros de perte plus tard où en sommes-nous ?

Et bien pas beaucoup plus loin pour les corps de métiers de l’aéronautique, à part les pilotes… En effet, pendant que les autres calculaient combien ils avaient perdu de 30ème le SNPL était déjà dans les bureaux de la direction pour négocier un accord d’entreprise valable que pour les pilotes, évidemment il ne représente que les pilotes. Cet accord, si nous avons bien tout compris est simple « stabilité du planning quoi qu’il arrive ». Lors de la prochaine grève les pilotes qui seront en repos ne pourront pas être appelés par le planning pour assurer un vol, ils devront être volontaires… Résultats, les pilotes « grévistes à la maison* » seront payés pendant que le reste des effectifs de la compagnie verront leur salaire amputé si ils refusent de décaler leurs repos…

Il semblerait que la grande mobilisation intersyndicale et interprofessionnelle de l’aérien tant appelée de ses vœux par le SNPL n’est plus lieu d’être quand ils peuvent négocier pour leur compte, bien belle leçon de solidarité. Les personnels du sol et PNC n’ont pas été aussi (assez) nombreux à suivre le mouvement et en paient le prix. Le SNPL aurait fait preuve de solidarité en exigeant la présence des autres syndicats autour de la table, il ne l’a pas fait. Une grève contre un projet de loi se transforme en une grève pour un accord d’entreprise… La direction aurait eu tort de ne pas accepter, diviser pour mieux régner c’est vieux comme le monde… PNC attention, la solidarité peut être douloureuse…

* gréviste à la maison: un pilote pourra refuser un vol sans être comptabilisé comme gréviste dès lors qu’il est en repos (impossible pour les autres métiers)
Partages

6 thoughts on “« Solidarité » selon le SNPL

  1. Votre article est bien beau mais force est de reconnaître que les PNT se sont donnés les moyens d’obtenir ce qu’ils souhaitaient en faisant massivement grève. Et les PNC? À peine 15% ont suivi cette grève. Comment passer pour des rigolos et avec ça, vous espérer obtenir la même chose????

    1. « Comment passer pour des rigolos et avec ça, vous espérer obtenir la même chose???? », le « vous » c’est pour les PNC Air France je suppose… Les PNT auraient dù demander a ce que les syndicats représentant les autres métiers soient présent autour de la table, au moins pour la forme… La ça risque d’être « ambiance » dans les avions…

  2. Lorsque les PNC font grève les pilotes acceptent de partir sans chefs de cabine à bord ou encore avec 5 membres d’équipage sur un A340 …….La solidarité dans ces moments n’a jamais existée ne nous leurons pas.

  3. Entonnant cet article…Lors de la dernière grève 15% de PNC grêvistes et 85% des PNC qui expliquaient, la trouille au ventre, que les pilotes étaient des salauds inconscients qui allaient couler la boite. Et ce sont ces même 85% qui s’étonnent de ne pas être un interlocuteur crédible et qui voudraient tirer les bénéfices des 65% de pilotes qui ont eu le cran de faire face !!!!
    De plus le SNPL n’a pas demandé à la direction d’exclure les PNC de la négociation, simplement la direction n’a pas jugé bon de les convoquer j’imagine alors que 85 % d’entre eux avaient, par leur attitude, approuvé le projet de loi.

    Bel génération qui pense que tout leur est dû, y compris ce que les autres ont gagnés en assumant leurs choix.

    Il fallait faire grêve. Point final.

    1. Même si il n’y avait eu que 1% de gréviste PNC ca aurait été « intelligent » de montrer à la direction que le PN est soudé et que l’esprit d’équipage existe, ça n’a pas été le choix de ce syndicat, dommage…

      « Bel génération qui pense que tout leur est dû, y compris ce que les autres ont gagnés en assumant leurs choix.  » Y a t il un critère d’age pour être PNC et PNT, je ne pense pas…

  4. « Même si il n’y avait eu que 1% de gréviste PNC ca aurait été « intelligent » de montrer à la direction que le PN est soudé et que l’esprit d’équipage existe »

    La première chose qu’il eu fallu faire pour montrer à la direction que le PN est soudé et que l’esprit d’équipage existe, aurait été de participer avec les PNT à la grève en question. Le PNC s’est dessoudé lui même de fait et à donné tord aux PNT, la main dans la main avec la direction, sans quoi il aurait participé à la hauteur de ses revendication.

    Pour l’ouvrir, il eu fallu que nous commencions à nous comporter en adultes matures et responsable en allant au feu. Je n e vois pas comment on pourrait reprocher quoi que ce soit aux PNT qui n’ont rien fait pour nous isoler. Nous nous en sommes chargé nous même!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 33 961 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Archives

Partages