jeu. Déc 5th, 2019
Boeing 737-800 Ryanair

Boeing 737-800 Ryanair © Ryanair

Ryanair direction le tribunal

Partages

Deux syndicats du secteur, dénonçant les pratiques sociales de la compagnie irlandaise low cost, ont porté plainte mardi.

Après easyJet, au tour de Ryanair d’être jugée prochainement pour non respect du droit du travail. L’Union des navigants de l’aviation civile (Unac) et le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) ont porté plainte mardi auprès du parquet d’Aix-en-Provence contre la compagnie aérienne irlandaise. Lui sont notamment reprochés d’ «entraver la représentation des salariés» et de «refuser de mettre en œuvre les dispositions du code du travail» au bénéfice de ses employés marseillais.

«Au bout d’un an, les compagnies de cette taille ont l’obligation de réunir les formations syndicales existantes pour procéder à la tenue d’élections. Non seulement Ryanair a fait l’impasse sur cette procédure, mais nos appels en ce sens sont restés sans réponse» explique Eric Chauvel, vice-président de l’Unac. Le SNPL, qui a déposé plainte pour «travail illicite et travail dissimulé» souligne également les manquements de la compagnie low-cost à ses responsabilités sociales.

Dumping social

Car Ryanair persiste à appliquer sur le sol français le droit irlandais, bien moins protecteur. Elle ne s’acquitte en conséquence ni des charges sociales françaises, ni des cotisations au régime de retraite obligatoire du secteur, le CRPN. Une pratique s’apparentant à du dumping social, invalidée par le décret du 21 novembre 2006 qui soumet les personnels navigants des compagnies étrangères installées en France au droit français. Mais la compagnie irlandaise n’en a cure, et déclare se conformer à la législation européenne «qui prime la loi française». Elle a également saisi la Cour européenne des droits de l’Homme afin de faire invalider cette disposition.

easyJet, qui met en oeuvre des pratiques sociales similaires, a également été jugée la semaine dernière pour travail dissimulé par le tribunal correctionnel de Créteil. Le parquet a requis la peine maximale : 225.000 euros d’amende.

Je vous invite à lire les commentaires édifiants en suivant ce lien

Source: Marie Bartnik (lefigaro.fr)

Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !



Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 37 410 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.


Partages