2 juin 2020
Air France recrute

Vestes pilotes © DR

Prêts Air France, le SNPL en profite pour gagner plus

Air France vient de recevoir 7 milliards de prêts et le SNPL en a profité pour en prendre une petite part

Partages

Air France vient de recevoir 7 milliards de prêts et le SNPL en a profité pour en prendre une petite part en décrochant un accord de chômage partiel plus que généreux pour gagner plus à la fin du mois selon le Canard enchainé.

Ce n’est un scoop pour personne de dire que la compagnie aérienne Air France n’est pas en pleine forme. C’est même pour cette raison que le contribuable français se porte garant à hauteur de 6.2 milliards pour des prêts qu’a contractés l’entreprise pour survivre.

Air France va aussi devoir faire une réduction de ses effectifs via des départs volontaires et des ruptures conventionnelles collectives. Au SNPL la philosophie du moment est plutôt celle qui consiste à récupérer un peu des 7 milliards pour être mieux payé.

Le chômage partiel était pour le moment équivalent de 70% du brut à hauteur de 4.5 SMIC, soit environ 4 800 euros net par mois. Une petite cerise sur la gâteau concernant le non-prélèvement des cotisations sociales et patronales. Jusque-là pas grand-chose d’étonnant, c’est grosso modo la loi.

Mais le SNPL a réussi à faire intégrer dans le « minimum garanti », qui sert de base au calcul du chômage partiel, les heures de vols supplémentaires effectuées en 2019 ! Le chômage partiel des pilotes Air France sera donc calculé sur la base du salaire minimum garanti en y ajoutant les heures de vols supplémentaires alors que, soyons réalistes, ils ne volent pas !

Il y a quelques semaines nous avions eu vent de réunions entre le SNPL, la DGAC, SCARA et le ministère. Nos sources nous parlaient déjà de cette hypothèse de rémunération demandée par le SNPL. Après une discussion téléphonique avec un haut membre de ce syndicat qui avait réfuté tout cela en bloc, nous avions clos le dossier car cela semblait quand même bien trop gros en cette période. Nous avions eu tort car rien ne semble trop gros quand il s’agit de rémunération pour le SNPL.

Donc, L’État accorde 7 milliards de prêt pour sauver Air France et cette compagnie va devoir encore payer plus que ne le spécifie la loi ses pilotes grâce au SNPL. De là à dire que le contribuable va encore garantir des prêts dont il ne verra jamais la couleur…

Alors que Ben Smith lâche (un peu) sur sa rémunération, que les dirigeants des autres compagnies aériennes sont tous dans la même logique, le SNPL nous démontre une fois de plus la sienne, ce n’est peut-être pas pour rien que l’on nomme certains pilotes des TPMG (Tout Pour Ma Gueule)

Alors que l’activité va baisser de 20% en 2021 on entend parler de suppressions de postes pour les personnels sols, pour les hôtesses de l’air et stewards mais, qui a entendu parler de quoi que ce soit pour les pilotes ? Voleront-ils 20% en moins sans perte de salaire grâce à une nouvelle combine ? A suivre…

© Le Canard Enchainé
Partages

13 thoughts on “Prêts Air France, le SNPL en profite pour gagner plus

    1. Sinon pour en revenir à la réalité.

      300 emplois pilotes au minimum vont être supprimés.

      Réduction des salaires pilotes entre 20%et 40%.

      Le spectaculaire c’est bien, la vérité c’est mieux !

      1. 300 départs naturels, pas de licenciement soyez précis ( pyramide des âges PNT)
        Chez BA c’est 1000 licenciements secs PNT ET diminution de 30% du salaire avec un chômage partiel actuel de 2500 livres FORFETAIRE pour tous les PNT.
        Chez LH c’est 45% de diminution de salaire minimum pour 2 ans reconductible.
        Je parle pas des licenciements PNT dans les compagnies non legacy……
        On pleure quand pour les PNT AF ?

  1. Ils tentent et ils réussissent, on va pas leur jeter la pierre c’est bien pour eux… ce qui est plutôt honteux c’est que les syndicats PNC soient incapables d’obtenir les mêmes choses ni de se mettre d’accord…ce qui est également honteux c’est que la direction accepte.. Ils tentent et on leur donne des choses ils vont pas dire non et ils auraient tord de s’en priver..
    Au lieu de faire des articles critiquant l’autre côté de la porte, faites pareil…

    1. La direction n’a malheureusement pas le choix, soit elle capitule et cède à toutes leurs revendications, soit c’est la grève. Politique de l’achat de la paix sociale, qui fonctionne quand tout va bien. Quand l’économie est au plus bas c’est autre chose…

  2. Lisez la réponse du SNPL au Canard.
    Tout ceci n’est que du vent.
    Les pilotes comme le reste des personnels de la Compagnie voient leurs salaires largement baisser. Tout le monde est au mini garanti MGA. Ce minimum garanti n’a rien à voir avec les heures sup. Chaque pilote sait ce que touche tous les pilotes de toutes les division. C’est écrit dans le marbre et signé par la Direction depuis de nombreuses années.
    Renseignez vous avant d’écrire des bêtises et il ne faut surtout pas prendre les écrits du Canard pour parole d’évangiles.
    Je l’ai déjà écrit sur un autre sujet, Halte à la jalousie envers les pilotes. C’est un métier ouvert à tous qui a ses avantages et ses inconvénients.

    1. Le passage au chômage partiel suspend le contrat de travail sur le volet indemnisation et salaire.
      Le décret relatif à la loi portant sur l’urgence sanitaire défini le contour de la prise en charge par l’Etat de ce chômage partiel, 84% de la rémunération brut dans la LIMITE de 4,5 smic. Or nos chers PNT ont « négocié » le minimum garanti ou les 70% des douzes derniers mois et retenu le plus favorable des deux. Ceci est déjà exorbitant de la règle précitée. Tant mieux me direz vous pour eux sauf que pour atteindre les 9000 euros brut moyens pour l’ensemble des PNT, AF doit compenser en moyenne de 1200 Euros ….. Qu’elle n’a pas, en fait si avec les 7 milliards de prêt ! Honteux . J’imagine que pour les cadres du sol en revanche c’est bien 4,5 smic. Dernier point, petites primes de 1500 euros pour les cadres instructeurs PNT qui ne revoleront pas en juin et maintien de la rémunération 380 pour les transfuges vers le 350, aux frais du contribuable vu l’injection de cash !

  3. Les syndicats pnc sont toujours dans des combats d’arrière garde, la lutte des classes, parce qu’ils sont incapables de négocier comme les syndicats pilote! Les vrais TPMG sont les syndicalistes PNC! Par ailleurs, AF ne « touche pas 7 milliards des contribuables », il s’agit de garantie de prêts qu’AF devra rembourser….Syndicalistes PNC, ne vous trompez pas de combat, et battez-vous pour vos troupes, au lieu de regarder dans l’assiette du voisin!

  4. Bonjour,

    Lecteur assidu de vos articles pour avoir une vision globale de la situation, je suis juste abasourdi que vous puissiez relayer une telle hérésie.
    Le dispositif du temps partiel et du chômage partiel a été discuté au sein de la CRPN afin de définir des règles qui s’appliquent à TOUS les PN, PNT comme PNC. De telle sorte que le salaire versé soit effectivement le Minimum Garanti pour tout le monde. Il n’y a eu aucune règle particulière pour les pilotes, et encore moins cette fumeuse histoire d’heures supplémentaires qui sort de l’imaginaire Journalistique. Tout comme ces fantasmes de prétendues économies sur les charges sociales et patronales qui s’appliquent à tous! (Et qui ne génèrent pas de droit au passage évidemment)
    La moindre déontologie, quand on traite d’un sujet sensible, est de se référer aux textes (décret et ordonnance en l’espèce) plutôt que de véhiculer le cri du canard. Pan sur le bec!

    1. Eh bien si il y a pour PNC et surtout PNT un traitement de faveur pourquoi :
      Le passage au chômage partiel suspend le contrat de travail sur le volet indemnisation et salaire.
      Le décret relatif à la loi portant sur l’urgence sanitaire défini le contour de la prise en charge par l’Etat de ce chômage partiel, 84% de la rémunération brut dans la LIMITE de 4,5 smic. Or nos chers PNT ont « négocié » le minimum garanti ou les 70% des douzes derniers mois et retenu le plus favorable des deux. Ceci est déjà exorbitant de la règle précitée. Tant mieux me direz vous pour eux sauf que pour atteindre les 9000 euros brut moyens pour l’ensemble des PNT, AF doit compenser en moyenne de 1200 Euros ….. Qu’elle n’a pas, en fait si avec les 7 milliards de prêt ! Honteux . J’imagine que pour les cadres du sol en revanche c’est bien 4,5 smic. Dernier point, petites primes de 1500 euros pour les cadres instructeurs PNT qui ne revoleront pas en juin et maintien de la rémunération 380 pour les transfuges vers le 350, aux frais du contribuable vu l’injection de cash !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 36 349 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.
Partages