dim. Août 25th, 2019

DRH Air France évacué © DR

Air France, chemise arrachée (suite)

Air France devant la justice ce vendredi. L’affaire de « la chemise arrachée » est de retour et, cette fois, c’est la compagnie aérienne qui est accusée ainsi que deux sociétés de sécurité.

Partages
DRH Air France évacué © DR

Air France devant la justice ce vendredi. L’affaire de « la chemise arrachée » est de retour et, cette fois, c’est la compagnie aérienne qui est accusée ainsi que deux sociétés de sécurité.

La CGT a décidé de poursuivre ces sociétés pour « immixtion dans un conflit social » et a appelé à un rassemblement devant le tribunal de Bobigny ce matin.

Le 5 octobre 2015 des grévistes avait envahi la salle de réunion ou se tenait le CCE qui venait d’annoncer le plan de restructuration que devait permettre à Air France de sortir de la crise. Trois salariés ont été jugés et condamnés pour violences à des peines de prison avec sursis. C’est ces trois-là et le syndicat SGT qui ont attaqué Air France.

La CGT a indiqué :

La loi est claire sur le sujet : une direction d’entreprise n’a pas le droit de faire appel à des sociétés de sécurité pour s’immiscer dans un mouvement de grève. C’est pourtant ce qui s’est passé le 5 octobre 2015.

Du côté d’Air France on rappelle que les agents de sécurité avaient été embauchés uniquement pour assurer la sécurité des dirigeants présents à ce CCE. Dans un communiqué à l’AFP Air France précise :

Air France dénonce fermement l’artifice qui consiste à transformer les victimes en prévenus et les prévenus en victimes (…) ce n’est pas la société de sécurité qui s’est immiscée dans le conflit, mais la manifestation qui est entrée par effraction dans le siège d’Air France.

A suivre donc…

Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !



Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 49 550 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.


Partages