ven. Fév 21st, 2020

Alexandre de Juniac © Air France

Air France, de Juniac et le plan B

Alexandre de Juniac était ce matin sur Europe 1 pour expliquer la position de la direction du groupe Air France – KLM quand à sa filiale ultra déficitaire Air France.

Partages
Alexandre de Juniac © Air France
Alexandre de Juniac © Air France

Alexandre de Juniac était ce matin sur Europe 1 pour expliquer la position de la direction du groupe Air France – KLM quand à sa filiale ultra déficitaire Air France et à la mise en oeuvre du plan B de Perform 2020.

Concernant les négociations avec les pilotes, représentés par le SNPL, Alexandre de Juniac a reconnu que ; « Malheureusement, les négociations n’ont pas abouti à ce que nous pensons être nécessaire pour la maison ». Comme annoncé depuis plusieurs semaines cet échec va entrainer « malheureusement un important plan de réduction d’emplois ».

Il a précisé que dans un premier temps seront privilégiés les départs volontaires. « Ce que nous nous sommes engagés à faire, c’est essayer de privilégier les départs volontaires, ce que nous avons fait depuis plusieurs années », a précisé Alexandre de Juniac. Mais « quand il le faudra », Air France devra « recourir à des départs non volontaires », a admis le PDG du groupe, précisant que « ce sera exceptionnel et limité ». « Quand il le faudra et en dernier recours, nous y procéderons ».

Alexandre de Juniac justifie la position de la direction du groupe Air France – KLM par un marché de l’aérien qui a vu se développer une « concurrence terrible ». « On est confrontés à une concurrence terrible », a indiqué Alexandre de Juniac pour expliquer cette décision. « Aujourd’hui, nous ne sommes pas assez compétitifs. Ce qu’on demande, c’est de baisser nos coûts au niveau européen », a-t-il poursuivi. « Avec ça, on est capable de maintenir Air France dans les grands mondiaux et de faire repartir la croissance de nos lignes ». « La course des dix plus grandes compagnies mondiales est menée par dix grandes maisons, qui non seulement sont très puissantes, mais qui gagnent à peu près dix fois ce que nous allons gagner », a précisé Alexandre de Juniac.

Concernant une renégociation du plan B il a été très clair et a confirmé que cela n’était pas envisageable. « Les négociations sont terminées à ce jour ». Il laisse cependant la porte ouverte pour la deuxième partie du plan B mais, quoi qu’il arrive, la première partie est en marche et la direction d’Air France va sans doute devoir agir rapidement. Il reste la possibilité de trouver un accord avec les syndicats avant la fin de l’année pour que le plan B se résume a « seulement » 5 lignes fermées et 1000 emplois détruits contre plus de 5000 prévus dans la phase 2 du plan B.

Partages

39 thoughts on “Air France, de Juniac et le plan B

  1. il faut etre prudent et esperer que de Juniac, ne lache rien. il faut en finir avec les reunions avec le snpl qui n’aboutissent à rien.
    on vire un maximum, on supprime une grosse partie des avantages des salaries et retraites aussi, on recapitalise et là AF trouvera

  2. camarades AF : merci de faire une grosse grève et illimitée. il faut bloquer les routes, aller sur les pistes aussi, et mettre le bazar.Il ne faut rien lâcher….
    Après AF sera encore moins bien qu’aujourd’hui, un cours en bourse désastreux (ce qui est déja le cas)., et là plus le choix, et il y aura des charettes de licenciements pour tout le monde.
    Par la suite, tout sera cassé y compris les avantages trop importants accordés aujourd’hui.à tout le personnel, de nouveaux partenaires rentreront. et AF repartira, elle gagnera de l’argent, et elle embauchera……
    Donc merci pour votre grève, et continuer sans rien changer….

  3. @Alain Giardini

    C’est juste une info (je ne défends pas ADJ) : il n’a pas de retraite chapeau.

    Pour le reste, plan A, B ou C, je pense que la direction s’en fout !
    L’essentiel est de faire un exemple avec les pilotes pour pouvoir imposer la même chose au sol. Pour ça, il faut reconnaitre un certain talent à ADJ qui a supprimé « en douce » 12500 postes sol depuis qu’il est arrivé. Ca conforte le fait que le plus gros gain de productivité n’était pas chez les navigants ! Mais les navigants doivent montrer l’exemple…

  4. Je suis fan d’air France et je crains le pire pour cette belle compagnie. Je suis client d’air France depuis longtemps et j’ai quelques connaissances historiques de la compagnie par filiation familiale aussi.Air France est restée dans une culture ancienne des 30 glorieuses où l’avion était un luxe inabordable ne l’oublions pas seuls quelques privilégiés avaient la possibilités de voyager en avion dans les années 70.En 1980 Sky train est arrivé je suis allé à bas coût à Los Angeles via Londres en DC10 .Depuis Air france n a pas bougé!. Demain et pour la première fois je pars sur Ryan air tellement les prix sont différents.Aujourd’hui en qualité de passager Air France est toujours plus chère que les autres compagnies..Pourquoi payer plus cher? Je crois que les pilotes ne voient pas forcément l’évolution des temps modernes par l’éducation qu’ils ont reçue de leurs Maîtres : ceux d’un autre temps celui des 30 glorieuses! Si les PNC sont compatibles avec les temps de l’ultra concurrence , Mesdames, Messieurs les pilotes acceptez l’exigence des nouvelles générations à votre honneur car tous nous connaissons votre passion ; celle de voler! Quel est donc le problème celui de voler plus…? et alors… nous aussi passagers aimons voler sur Air France avec fierté… ne l’oubliez pas nous faisons également parti d’Air France. Bien à vous tous Olivier

  5. Qu’on l’aime ou pas (et je ne le porte pas dans mon cœur à cause de sa communication désastreuse), De Juniac a fait baisser les effectifs de plus de 10000 personnes sans heurts et devrait bientôt pouvoir annoncer qu’il a ramené le déficit de -700 millions d’euros à zéro !
    Être critique n’empêche pas d’être honnête…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !



Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 38 506 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.


Partages