ven. Déc 6th, 2019

Andreas Lubitz © DR

Germanwings et la santé du pilote

Le parquet de Düsseldorf a indiqué que le copilote du vol de la Germanwings qui s’est crashé dans les Alpes françaises avait été sous traitement pour des tendances suicidaires.

Partages
Andreas Lubitz © DR
Andreas Lubitz © DR

Le parquet de Düsseldorf a indiqué que le copilote du vol de la Germanwings qui s’est crashé dans les Alpes françaises avait été sous traitement pour des tendances suicidaires. Il précise que ces traitements datent d’avant l’obtention de sa licence de pilote et qu’aucun traitement semblable ne lui a été administré récemment. « Le copilote a été en traitement psychothérapeutique pour des tendances suicidaires il y a de nombreuses années, avant l’obtention de son permis de pilotage« , a indiqué le procureur de Düsseldorf Ralf Herrenbrück.

Le jour du crash il n’aurait pas dû être à bord car son médecin lui avait prescrit un arrêt de travail. Le procureur précise tout de même que « d’autres consultations chez le médecin ont eu lieu, donnant lieu à des arrêts maladie mais sans que ne soient attestées des tendances suicidaires ou de l’agressivité à l’égard d’autrui« . Il semblerait donc que, malgré un épisode dépressif grave il y a plusieurs années, il n’était plus considéré par le corps médical comme dangereux pour lui-même ou pour les autres.

Il n’a pas été trouvé de lettre pour expliquer son geste chez lui lors de la perquisition et « dans son environnement familial, personnel ou sur son lieu de travail » ne permet d’apporter une explication à son geste. Le parquet n’a pas commenté les révélations de Bild am Sonntag concernant les médicaments et les arrêts de travail déchirés retrouvé à son domicile.

Même si le scenario semble déjà écrit n’oublions pas que la 2eme boite noire n’a pas été retrouvée. Les enquêteurs n’ont actuellement aucune idée de l’état de l’appareil avant qu’il ne percute la planète.

 

Partages

3 thoughts on “Germanwings et la santé du pilote

  1. Avant le crash, l’avion était en descente avec aérofreins. Le DFDR n’apportera que peu d’éléments.

    Il faudra reposer la question suivante : Comment fait-on pour empêcher un pilote de voler si un médecin, hors visite médicale annuelle d’aptitude, estime que son aptitude professionnelle est entachée ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !



Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 37 471 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.


Partages