18 septembre 2021

Routes aériennes © Jpatokal

Le contribuable paiera-t-il ?

Payer plus d’impôts pour sauver les compagnies aériennes, une idée de la FNAM…

Partages
Routes aériennes © Jpatokal

Pendant que les français se démènent pour ne pas être étouffés par les taxes et autres impôts, pendant qu’ils essaient de mettre un peu d’argent de côté pour payer les prochaines taxes qui seront inventées après les élections de mai, on apprend que la FNAM a fait des propositions au gouvernement pour promouvoir un transport aérien basé en France. La FNAM, Fédération Nationale de l’Aviation Marchande, a comme adhérent Air France mais aussi d’autres compagnies aériennes et entreprises du secteur, environ 370 selon leur site internet. Parmi les nombreuses propositions il y en a une qui a retenu toute notre attention tellement elle semble s’approcher du canular ou de la mauvaise farce.

Cette proposition est la suivante : « Diminuer le coût du travail par un déplacement de l’assiette des cotisations sociales sur d’autres prélèvements fiscaux et par un dispositif d’abattement des charges patronales, notamment pour les travailleurs mobiles (navigants) »

Commençons par la baisse des charges patronales. Rappelons dans un premier temps ce que sont les charges patronales. Les cotisations sociales (charges patronales et salariales) correspondent à une part socialisée du salaire, c’est-à-dire captée par des organismes appelés caisses afin d’être redistribuée. Les cotisants bénéficient en contrepartie d’une couverture partielle ou totale de frais divers, engendrés par l’un des grands « risques » que sont le chômage, la vieillesse, la famille, la maladie et les accidents du travail et maladies professionnelles. Cette contrepartie peut être immédiate (risque immédiat), ou différée : le salarié touche une pension à l’âge de la retraite. (Définition Wikipédia)

Liste non exhaustive :

  • Assurance maladie
  • Assurance vieillesse
  • Accident du travail
  • Allocation familiale
  • Assurance Garantie Salaire
  • Assurance chômage
  • Retraite
  • Prévoyance
  • Formation

La proposition de la FNAM est que les navigants voient la part des charges patronales diminuer. En quoi le fait d’être navigant pourrait-il justifier une baisse de ces charges. Il n’est pas soigné comme tout le monde ? Il n’est pas indemnisé pour son chômage comme tout le monde ? Il n’a pas droit à sa retraite comme tout le monde ? En fait la FNAM et ses adhérents essaient de faire peser sur le contribuable français les économies qui devraient être faite en interne. En effet, sachant que « les risques » sont constants, soit on diminue les droits des navigants proportionnellement soit la différence est à la charge du reste des cotisants. Comme personne ne souhaite avoir un système social à deux vitesses les économies réalisées par le patronat du secteur seront payées par le contribuable français.

Cela est d’autant plus flagrant quand on lit cette partie « un déplacement de l’assiette des cotisations sociales sur d’autres prélèvements fiscaux » qui se traduit par « faire payer nos charges par d’autres personnes ». Lors d’un entretien téléphonique avec Monsieur Olivier Bougan, Directeur Adjoint Affaires Publiques et Communication de la FNAM, il nous confirme que, pour redevenir compétitives sur un marché très concurrentiel, les entreprises du transport aérien doivent voir leurs charges baissées. Il précise « aux politiques de trouver comment compenser », ce que nous traduisons par « aux politiques de trouver à qui prendre le manque à gagner ». On a déjà une piste pour la réponse, taxez les contribuables avec la CGCSA (Contribution pour la Généralisation des Charges Sociales de l’Aérien), en plus ça sonne bien.

Il est certain que, pour ne parler que de cette partie, le secteur du transport aérien est hyper concurrentiel, que les low cost font mal et que les compagnies du Golfe prennent des parts de marché de plus en plus importantes. Mais, avant de demander aux contribuables français de supporter le coût de cette augmentation de compétitivité purement virtuelle (rien de concret au niveau structurel et organisationnel) il serait peut être judicieux d’envisager d’augmenter la compétitivité et la productivité au sein même de ces sociétés.

Après avoir coûté plusieurs milliards aux contribuables français et sachant que ça ne passerai pas une deuxième fois le secteur aérien tente de passer « en douceur »…

Nous avons décidé de fermer ce sondage suite aux aberrations entre nos logs analytics et les votes enregistrés. En effet, nous avons enregistré ce matin un pic de fréquentation en provenance d’un forum réservé au personnel Air France et dans le même temps une forte augmentation des cliques sur « Oui (je ne travaille pas dans ce secteur). Il semblerait donc que notre système de sondage ait un bug que nous devons vite corriger afin d’éviter ce genre de désagrément.

Êtes-vous prêt à payer plus d'impôts pour sauver le secteur aérien ?

  • Oui (je ne travaille pas dans ce secteur) (35%, 70 Votes)
  • Non (je ne travaille pas dans ce secteur) (34%, 67 Votes)
  • Non (je travaille dans ce secteur) (19%, 38 Votes)
  • Oui (je travaille dans ce secteur) (11%, 22 Votes)
  • Pas d'opinion (1%, 1 Votes)

Total des votants: 198

Loading ... Loading ...
Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Jooble
ABONNEZ-VOUS !
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 28 976 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Archives

Partages