lun. Déc 16th, 2019

Logo Ryanair © Ryanair

Ryanair, nouveau procès en vue

Partages
hotesse de l'air et stewards Ryanair
Navigants (hôtesse de l’air et steward) Ryanair © Ryanair

Ryanair a licencié un steward après moins de 6 mois.

La CNE, syndicat d’hôtesse de l’air et steward belge, attaque Ryanair en justice. Selon le syndicat la lowcost irlandaise porte atteinte aux libertés syndicales. Elle estime que le steward a été licencié pour son activité militante. En particulier, la CNE met en avant que ce steward a été interviewé et a dénoncé les conditions de travail. Ce serait la cause du licenciement selon la CNE.

Sarkis Simonjan a reçu sa lettre de licenciement à Dublin, siège de Ryanair. Il indique que deux motifs ont été invoqués :

Le premier était mes absences dues à des maladies. Les absences ont d’ailleurs été certifiées par un médecin. Et le deuxième motif, c’était parce que j’ai médiatisé ma revendication et ma démarche avec les syndicats.

La CNE a donc décidé d’attaquer en justice Ryanair devant la loi belge. Yves Lambot, secrétaire permanent CNE, a indiqué :

Il n’a pas été licencié pour ce qu’il a dit mais il a été licencié parce qu’il a parlé à la presse. On trouve ça totalement scandaleux. C’est quelqu’un qui s’est mis en avant pour ses collègues. On attaque car c’est inacceptable d’entendre ces choses-là. C’est vraiment un état totalitaire dans lequel nous nous trouvons en Irlande. Il (Sarkis Simonjan, ndlr) réagit ici en fonction de la loi belge et c’est ça qui doit être tenu en compte. Donc nous allons attaquer Ryanair à ce sujet.

De son côté Ryanair réagit en indiquant que ce steward a été licencié uniquement pour ses piètres performances et ses nombreuses absences. La réponse de Ryanair est la suivante :

Les affirmations du syndicat CNE sont complètement fausses. Cette personne a été employée en tant que personnel naviguant pour Ryanair à Bruxelles Zaventem pendant 5 mois et demi du 6 avril au 20 septembre 2018, date à laquelle son contrat a été résilié pour mauvaise performance au cours de sa période d’essai de 6 mois, ce qui inclut :

  • 5 périodes d’absence pour un total de 15 jours (sur plus de 5 mois), dont 2 «non-présentation» lors d’affectations programmées. Toutes ces absences ont eu lieu soit immédiatement avant ou après ses 4 jours de congés. Ces absences se sont poursuivies bien qu’il ait reçu un avertissement probatoire en juin selon lequel sa période d’essai n’abouterait pas s’il n’y avait pas d’amélioration immédiate et durable.
  • 9 rapports séparés de ses superviseurs sur ses performances médiocres et des défaillances de sécurité.
  • Faire de fausses déclarations sur les conditions de travail de Ryanair dans une interview télévisée datée du 25 juillet. C’était 3 mois avant la fin de son contrat de probation pour des performances médiocres répétées (comme indiqué ci-dessus).

Ces faits ont été clairement exposés dans la lettre de licenciement de cette personne et la CNE ou cette personne devrait publier cette lettre de licenciement qui énonce clairement les motifs justes et raisonnables de licenciement dû à des performances insuffisantes lors de sa période d’essai.

Si Ryanair n’est pas un modèle de droit social il semble que le procès à venir, si les accusations sont fondées, pourrait mettre en avant de nouveaux points concernant le management. A moins que ce steward n’affabule et soit réellement ce que prétend Ryanair…

 

Partages

1 thought on “Ryanair, nouveau procès en vue

  1. Si Ryanair ouvre (enfin réouvre ) des bases en France, MOL devra sans doute s’acquitter de quelques procès car il sera sans doute moins facile de faire passer ces conditions scandaleuses !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !



Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 37 364 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.


Partages