jeu. Nov 21st, 2019

Dérive Airbus A330 AF447 @ Agência Brasil ABr

Air France, nouvelle expertise pour l’AF447

Air France n’est pas sortie d’affaires concernant le crash du Rio – Paris qui a fait 228 victimes le 1er juin 2009.

Partages
Dérive Airbus A330 AF447 @ Agência Brasil ABr

Air France n’est pas sortie d’affaires concernant le crash du Rio – Paris qui a fait 228 victimes le 1er juin 2009.

Une nouvelle expertise qui avait été ordonnée par la justice met en cause les pilotes d’Air France. Air France et Airbus ont été mis en examen après le crash pour homicide involontaire. L’enquête avait été clôturée en 2014 puis relancée un an plus tard suite à l’annulation de la première contre-expertise qui concluait à des manquements de la part d’Air France et une mauvaise réaction des pilotes. En février 2017 la justice ordonnait une nouvelle expertise dont le rapport provisoire a été remis le 20 décembre dernier.

Dans ce rapport il est indiqué que la cause directe du crash est la perte de contrôle de l’Airbus qui a pour cause des actions inadaptées de la part de l’équipage. Les pilotes, selon le rapport, n’étaient pas assez formés, pas assez entrainés au pilotage à haute altitude et ne savait pas travailler en équipage.

Pour Airbus il est seulement indiqué que l’ambiguïté du classement de la procédure Stall dans le manuel a contribué de façon indirecte à l’accident. Il est tout de fois indiqué que cette ambigüité se retrouve également dans les manuels Air France.

A la vue de ce rapport il semble que tout soit fait pour sauver Airbus et que les pilotes vont devoir endosser la totale responsabilité, ou presque, de cet accident. C’est en tout cas le point de vue de Danièle Lamy, présidente de l’association de victimes Entraide et solidarité AF447.

Du côté d’Air France on réfute ce rapport et on fera tout pour défendre la mémoire des pilotes disparus. Air France a ajouté :

La sécurité des vols est et a toujours été sa première priorité, la formation des pilotes a toujours été assurée avec exigence, en conformité avec la réglementation en vigueur, sous le contrôle de la Direction de l’aviation civile.

L’avocat des familles estime que les nouveaux éléments permettent de demander le renvoi en correctionnel d’Air France et d’Airbus. L’affaire est donc loin d’être terminée et de nouveau rebondissement sont à prévoir…


La contre-expertise d’un pilote Airbus: https://www.pnc-contact.com/2015/01/20/af447-le-rapport-de-contre-expertise-dun-pilote-29131

Partages

4 thoughts on “Air France, nouvelle expertise pour l’AF447

  1. Rien de nouveau… Toujours rien sur le volume de formation qui est défini par le constructeur et la DGAC. Toujours rien sur l’alarme de décrochage non conforme aux règlements de certification. Toujours rien sur le libellé de l’alarme qui n’est pas le reflet de la réalité.
    Vivement le procès, que des experts en facteurs humains expliquent aux gens de la justice comment fonctionne une interface homme-machine et les conséquences que ça peut avoir. Mais j’ai malheureusement peur que les absents aient tord…

  2. Bonjour, j’ai regardé en détail et suivi de prés la reconstitution de l’accident. Il semble que les pilotes alors que le pilote en chef était absent de la cabine était en situation de choc total à écouter le « stall » et ne réagissait pas, l’avion continuait à chuter, ils ne comprenaient pas pourquoi l’avion décrochait à haute altitude alors qu’ils ont baissé le manche pour redonner de l’assiette, mais comme expliquait un spécialiste, un airbus cela ne se rattrape pas comme un avion de tourisme … Bref ! je pense que comme dans tous accidents, il y a eu une conjonction d’évènements qui ont porté à l’accident, 1/ les sondes ne répondaient plus et les pilotes sont mal formés sur cet incident à priori, 2/ le pilote en chef s’est absenté 3/ sur des sondes qui ne fonctionnaient temporairement plus le pilote n’aurait du rien faire et attendre, il a poussé son manche 4/ alors que l’avion chutait, ils n’ont pas eu ce geste de survie, notamment le pilote en chef qui reviendra en cabine pour ejecter son copilote et en prendre la place. Au final un problème d’ergonomie des avions airbus qui contrairement au Boeing ne fonctionnent pas en double commande dans le meme sens, sur un boeing, quand le pilote vire à droite, le copilote aussi, pas sur un airbus. Ce drame est tragique, mais à mon sens, personne est responsable, le risque zero n’existe pas point à la ligne, ce n’est pas un élément qui a joué mais une somme d’éléments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !



Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 37 121 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.


Partages