Air France, hôtesses et stewards lèvent la grève – PNC Contact
lundi 17 juin 2019
Hôtesse de l'air Air France

Hôtesse de l'air Air France © Air France

Air France, hôtesses et stewards lèvent la grève

Hôtesse de l'air Air France
Hôtesse de l'air Air France ©Air France

La totalité des syndicats de personnel navigants commerciaux ont retiré leur appel à une grève de quatre jours à partir du 28 mars. La décision de la direction de ne pas appliquer dans l’immédiat les mesures d’économies du projet de réforme moyen-courrier qui suscitaient la contestation a calmé les velléités syndicales.

L’incendie est éteint. Selon nos informations, la quasi-totalité des syndicats d’hôtesses et de stewards qui menaçaient de débrayer le 28 mars contre le projet NEO de réforme du produit moyen-courrier ont levé leur menace de grève. La CFDT, l’UGICT-CGT, la CFTC, l’Unsa, le SNPNC ont levé leur appel à la grève (ou leur préavis pour ceux qui en avaient déposé un). L’Unac qui donnera sa décision demain devrait suivre le mouvement. Seule la position de Sud, très minoritaire, nous est inconnue.

Tous justifient leur décision par la suspension de la direction de plusieurs mesures. « La direction a fait machine arrière », expliquent plusieurs syndicalistes. Outre le report à 2011 du retrait d’un membre d’équipage sur les Airbus A319 déjà proposé la semaine dernière, la direction a également lâché du lest sur le retrait d’un personnel navigant commercial (PNC) sur les A 320 reliant Paris à Alger et sur la réintroduction des plats chauds sur les vols entre 2h30 et 2h55 pour la classe « Premium ». « Ces deux dernières mesures sont retirées provisoirement », explique un syndicaliste. Ces deux points étaient contraires au protocole de services défini en 2004.

Pour autant, plusieurs syndicalistes estiment que c’est reculé pour mieux sauter. Certaines mesures seront réétudiées d’ici à trois mois.  « La direction va revenir à la charge » dit-on du côté syndical. Air France cherche à économiser 54 millions d’euros sur les PNC et 66 millions sur les pilotes.

Le report de ces mesures risque néanmoins de compliquer la tâche de la direction pour faire passer d’autres réductions de coûts (et d’effectif) auprès du personnel au sol. Et ce alors que les escales de province sont en sureffectif.

Source: latribune.fr

Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !



Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 50 832 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.


Partages