13 août 2022
easyJet Airbus A320

Airbus A320 easyJet © easyJet

easyJet vers l’hydrogène

easyJet est en passe de devenir la première grande compagnie aérienne au monde à utiliser des avions à hydrogène

Partages

easyJet est en passe de devenir la première grande compagnie aérienne au monde à utiliser des avions à hydrogène vert. Tout au moins sur des vols commerciaux.

La compagnie aérienne lowcost prévoit d’utiliser une technologie de pile à hydrogène respectueuse de l’environnement sur ses vols dès 2030. Cela lui permettra de réduire son empreinte carbone.

Publicités

aasyJet a rejoint Cranfield Aerospace Solutions basé à l’Université de Cranfield dans le Hertfordshire pour développer la technologie.

Cela signifie que les passagers au départ d’aéroports comme Manchester, Bristol, Édimbourg et Leeds/Bradford auraient la possibilité de prendre des vols respectueux de l’environnement.

Cranfield est soutenu par la Civil Aviation Authority (CAA) et le gouvernement. Ils leur ont accordé prêt de 9 millions d’euros pour le développement. Le secrétaire aux Transports Grant Shapps a également donné son approbation au projet.

easyJet n’est pas seule pour passer à l’hydrogène

Loganair, le service d’aviation écossais d’île en île, qui propose des vols les plus court au monde (90 secondes entre Westray et Papa Westray dans les Orcades), espère utiliser une version à plus petite échelle de la technologie Cranfield d’ici 2025. Les petites compagnies aériennes au Danemark, à Boston aux États-Unis et l’Irlande sont également partenaires.

Mais easyJet est le premier grand transporteur international à soutenir le projet Cranfield pour une conversion a l’hydrogène. Initialement, ils envisagent des vols moyen-courriers depuis les aéroports britanniques.

EasyJet dessert actuellement Aberdeen, Belfast, Birmingham, Bournemouth, Bristol, Édimbourg, Glasgow, Inverness, l’île de Man, Jersey, Liverpool, Leeds/Bradford, Manchester, Gatwick, Heathrow, Luton, Newquay et Southampton.

Les experts affirment que les piles à combustible à hydrogène n’ont aucune émission, aucune charge de batterie et que le temps d’exécution des vols est comparable à celui des carburants conventionnels. De plus les coûts de carburant sont nettement inférieurs. La conversion de l’électricité en hydrogène pour fabriquer le carburant est également zéro émission de carbone.

Cranfield développe actuellement un avion Britten-Normander à neuf places. Il pourra voler pendant 60 minutes avec 45 minutes de réserve de carburant. D’ici 2030, ils pensent que des vols beaucoup plus longs pouvant aller jusqu’à quatre heures peuvent être réalisés.

Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !
Déjà titulaire du CCA ?
PNC en compagnie ?
En recherche de compagnie ?
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 27 873 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Archives

Partages