18 janvier 2021
easyjet

Airbus easyJet © easyJet

easyJet, Ryanair et Brexit

Le 31 décembre approche à grand pas et, pour le moment, aucun accord en vue entre l’Europe et le Royaume-Uni !

Partages

Le 31 décembre approche à grand pas et, pour le moment, aucun accord en vue entre l’Europe et le Royaume-Uni ! Ryanair, easyJet ou encore British Airways ont-elles du souci à se faire ?

Le marché unique permet aux compagnies aériennes européennes d’opérer partout en Europe a une condition : 50% des capitaux doivent être européens. En cas de Brexit dur cela va se compliquer pour easyJet, Ryanair ou meme British Airways…

easyJet peut donc faire un Paris – Lisbonne et British Airways un Paris – New York, mais, après le 31 décembre cette règle ne s’appliquera plus. En effet, les capitaux anglais ne seront plus considérés comme européens donc plus de vols en Europe…

Pour Ryanair c’est la même chose. Même si la compagnie est irlandaise ses capitaux sont en grande partie anglais donc, après le Brexit, situation compliquée !

Solutions anti Brexit

easyJet a déjà travaillé sur le dossier. Une filiale a été créée en Autriche pour rester sur le territoire de l’UE après le Brexit. Cependant le capital n’est qu’a 49.92% européen. easyJet a prévu de suspendre les droits de vote de certains actionnaires afin d’être en accord avec la législation.

Ryanair, pour contrer le Brexit, va faire de même. Elle a annoncé bloquer les droits de votes des actionnaires britannique. Ces derniers possèdent environ 20% du capital. De plus, ils seront obligés de vendre leurs actions a des européens s’ils souhaitent sortir de l’entreprise.

IAG, à savoir Iberia, British Airways et Aer Lingus va devoir aussi s’adapter en cas de Brexit sans accord. 52.5% du capital est détenu par des européens en comptant les britannique !

Le directeur d’Aviation Advocacy, un cabinet de conseil basé en Suisse, a indiqué :

Ce sera très intéressant, IAG va passer beaucoup de temps à s’assurer qu’il satisfait à la fois le Royaume-Uni et l’UE, pour British Airways d’une part, et pour toutes ses autres compagnies, d’autre part. D’une manière ou d’une autre, le groupe devra satisfaire des exigences qui me semblent contradictoires.

Andrew Charlton

Si pour Ryanair ou encore easyJet un Brexit dur semble ne pas avoir de conséquences fâcheuses, IAG pourrait bien y laisser des plumes, tant mieux ?

Partages

1 thought on “easyJet, Ryanair et Brexit

  1. La question est surtout de savoir où seront taxés les profits de ces cies aériennes ou de leur filiales basés en Europe ? On peut déjà parier que cela ne sera pas en France….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partages