18 septembre 2021
Boeing 737 de Ryanair

Boeing 737 Ryanair © Ryanair

Ryanair et commande de Boeing 737

Le directeur général de Ryanair a déclaré qu’il serait prêt à attendre jusqu’à 10 ans pour obtenir le bon prix pour des Boeing 737

Partages

Le directeur général de Ryanair, Michael O’Leary, a déclaré mercredi dans une interview qu’il serait prêt à attendre jusqu’à 10 ans pour obtenir le bon prix pour une nouvelle commande importante d’avions Boeing 737 MAX10. Lundi, la compagnie aérienne a confirmé avoir abandonné les négociations avec Boeing en raison des prix trop « optimistes » de l’avionneur.

Michael O’Leary a déclaré :

Nous ne perdons pas de temps sur ces discussions MAX 10 et nous ne le ferons pas pendant une période de 2, 4, 6, 8, 10 ans jusqu’à ce que nous arrivions à la prochaine crise. Chez Ryanair, nous avons toujours eu la discipline d’attendre la fin du cycle.

Michael O’Leary

Il est incroyablement inhabituel pour les compagnies aériennes de discuter si ouvertement de négociations sensibles et confidentielles, mais Ryanair n’a pas hésité à entrer dans les détails sur les raisons de son abandon des pourparlers avec Boeing pour les 737.

Boeing recherche une augmentation de prix alors que nombre de ses clients se tournent vers Airbus. Nous considérons que nous sommes toujours dans une période de grande crise. Boeing considère que maintenant le monde va bien et que tout est rétabli et sa dernière offre de prix le reflète.

Michael O’Leary

Cette année, Boeing a réussi à dépasser Airbus dans les commandes d’avions, ce qui donne au constructeur confiance dans ses prix actuels.

O’Leary pense que Ryanair a suffisamment de nouveaux Boeing 737 dans ses carnets de commandes pour répondre à la demande pendant au moins la prochaine décennie et est prêt à attendre la prochaine crise pour conclure un accord avantageux avec Boeing.

Ryanair exploite une flotte entièrement Boeing et O’Leary ne voit aucun avantage à essayer de jouer Boeing contre Airbus pour tenter de gagner un prix inférieur. Et tandis que O’Leary n’a pas écarté la perspective de faire défection à Airbus, il a noté que le constructeur européen ne fixait pas le prix de ses monocouloirs à un prix qu’il serait heureux de payer non plus.

Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Jooble
ABONNEZ-VOUS !
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 28 975 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Archives

Partages