Contrôles et inspections – PNC Contact
lundi 27 mai 2019
Moteur Rolls Royce XWB de l'A350

Moteur Rolls Royce XWB © DR

Contrôles et inspections

Les pays occidentaux ont depuis longtemps mis en place des inspections permettant de s’assurer que les compagnies aériennes respectent bien les obligations de contrôle et de maintenance des appareils

Air France Airbus A380 © Aeroworldpictures
Air France Airbus A380 © Aeroworldpictures

Les pays occidentaux ont depuis longtemps mis en place des inspections permettant de s’assurer que les compagnies aériennes respectent bien les obligations de contrôle et de maintenance des appareils. Au début, ces inspections étaient organisées par les organismes nationaux chargés de la sécurité aérienne, comme la DGAC pour la France, puis des standards européens ont été instaurés avec l’Agence Européenne de Sécurité Aérienne, l’AESA.

En 2005, lorsque la liste noire a été instaurée, l’objectif était simple : exclure du ciel européen toute compagnie ne s’alignant pas sur nos standards de sécurité ou tout avion en provenance d’un pays dans lequel les contrôles pouvaient être insuffisants. Si une compagnie ou un pays n’offre pas les garanties suffisantes, il est tout simplement interdit d’entrée dans l’Union Européenne. La mise en place de la liste noire a été un vrai tournant, et les accidents liés à un mauvais entretien de l’avion ont très fortement diminué à partir de cette date. Cela signifie que l’on peut voler au départ et à destination de l’Union Européenne sans avoir besoin de vérifier quoi que ce soit sur la compagnie : on sait qu’elle est d’une fiabilité totale.

Chaque année, les inspecteurs participant au programme d’inspection « Ramp » de l’EASA réalisent des milliers de contrôle sur des avions venant du monde entier. En 2010, 1076 exploitants aériens issus de 130 pays ont ainsi subi ces vérifications. En 2012, 11.167 inspections ont été réalisées sur les seules compagnies extra-européennes, avec en moyenne 40 éléments vérifiés à chaque fois et des écarts par rapport à la réglementation ont été signalés pour seulement 2,4% des éléments inspectés. Ces écarts peuvent être classés en trois catégories:

  • Catégorie 1 = écarts mineurs
  • C atégorie 2 = écarts significatif
  • Catégories 3 = écarts majeur = limitations sur le vol, obligation de réaliser des actions correctives ou interdiction de décoller.

Inspection sécurité aérienneDans l’immense majorité des cas, les écarts sont de catégorie 1, c’est-à-dire qu’ils n’ont aucun effet sur la sécurité de l’avion, avec par exemple des documents qui n’ont pas été signés ou des normes anti-bruit non respectées. On atteint la catégorie 2 lorsque plusieurs éléments sans gravité sont répertoriés, le cumul des négligences minimes étant révélateur d’un laxisme général anormal.

Les écarts de catégorie 3 peuvent par exemple concerner l’usure des roues, un écoulement de plus de 5 gouttes d’un fluide par minute, l’impossibilité pour un membre de l’équipage de présenter ses « permis » de pilote… Ils sont de 4 niveaux :

  1. limitation du vol (vol limité en altitude en cas de défaut sur le système de pressurisation, interdiction d’utiliser certains sièges qui ne posséderaient pas leur ceintures de sécurité…),
  2. des action corrective doivent être réalisées (quantité de pétrole emportée, envoi des documents manquants par la compagnie…),
  3. l’avion est cloué au sol en l’attente d’inspections complémentaires (si les pilotes refusent l’inspection ou si les actions correctives sont impossibles…),
  4. l’avion ou la compagnie est interdite de vol (négligence volontaire, absence de formation réglementaire pour les pilotes, maintenances incorrectes…).

Tous les écarts, quelle que soit leur gravité, sont enregistrés et centralisés dans une base de donnée internationale, et la répétition des écarts est ainsi très rapidement détectée. Les avions plus anciens, issus de pays de mauvaise réputation ou d’une compagnie ayant déjà connu des écarts sont plus fréquemment ciblés par les inspecteurs. Certains pays sont d’ailleurs directement inclus dans la liste noire sans attendre d’écart, par exemple si les contrôles nationaux sont insuffisants : absence de dépistage d’alcoolémie, pas de simulateurs de vol pour l’entraînement des pilotes… Cette petit reportage explique bien le travail des inspecteurs :

Ces inspections sont tellement fréquentes que tous les avions peuvent potentiellement les subir. Il est totalement inimaginable qu’une compagnie choisisse de faire des économies sur la sécurité, le moindre écart pouvant avoir comme conséquence son interdiction de vol, et donc potentiellement la faillite. Plus que jamais, les économies se font sur la masse salariale, le confort des passagers et la faible consommation des avions, jamais sur la sécurité des vols. Si ce n’était pas le cas, on aurait tout simplement davantage d’accidents. Et on n’en dénombre de 5 cette année dans le monde, même en incluant les listes noires 🙂

Avec l’aimable autorisation de peurenavion.fr
Partages

1 thought on “Contrôles et inspections

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !



Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 51 359 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.


Partages