mar. Fév 25th, 2020

Dérive Airbus A330 AF447 @ Agência Brasil ABr

Air France AF447, la fatigue comme cause du crash.

L’équipage était fatigué et l’enquête judiciaire met ce point en avant alors que le BEA n’en avait pas parlé, pourquoi ?

Partages
Cockpit Airbus A340 © Timo Breidenstein
Cockpit Airbus A340 © Timo Breidenstein

Depuis plusieurs jours les médias reviennent sur « l’aveu » du commandant de bord du vol Air France AF447 Rio Paris qui a fini au fond de l’océan atlantique faisant 228 victimes. Le Point a en effet mis en avant une piste suivit par l’enquête judiciaire. Selon cette dernière le commandant de bord était fatigué et en manque de sommeil lors de l’accident. Cela est d’ailleurs confirmé par l’intéressé (enregistrement CVR) qui a déclaré à 1h04 « Cette nuit, je n’ai pas assez dormi. Une heure, ce n’était pas assez tout à l’heure ». Il avait emmené sa nouvelle amie en rotation à Rio et en avait, semble-t-il, confondu repos en escale et vacances en amoureux. Selon différents spécialistes du sommeil le manque de repos pourrait avoir fortement contribué à sa non réaction lors de l’accident. Un médecin indique : «Quand on regarde précisément la transcription des conversations dans le cockpit, on s’aperçoit que le commandant de bord est dans une situation d’ivresse du sommeil, explique-t-il. Le pilote a encore le cerveau ralenti par le sommeil profond dont il a été sorti brutalement. D’un point de vue électro-encéphalique, le sommeil lent profond est un sommeil où le cerveau est ralenti et est pratiquement dans le coma. On a extrait le commandant de bord d’un sommeil profond et dans ce cas-là, il faut plusieurs minutes pour retrouver ses capacités intellectuelles : ce laps de temps correspond au processus de dépolarisation des neurones.» Il ajoute «Le commandant de bord était d’autant plus susceptible d’être en sommeil profond au moment de l’accident qu’il était en dette du sommeil : avec un manque de sommeil important, il était en train de gérer sa dette sur sa couchette.» Selon le pilote d’hélicoptère qui a emmené l’équipage pour un vol touristique le matin ils montraient déjà des signes d’épuisement.

Pourquoi cette cause n’a-t-elle pas été évoquée par le BEA ? Pourquoi est-elle mise en avant dans l’enquête judiciaire ?  À qui profite-t-elle ? Pourrait-on envisager qu’elle permettra à Air France, Thales et Airbus de se dédouaner et faire porter la plus grande responsabilité de cet accident à l’équipage ? Quoi qu’il en soit on entre dans une zone de conflit d’intérêts et, c’est bien connu, les morts ont toujours tort…

Partages

4 thoughts on “Air France AF447, la fatigue comme cause du crash.

  1. Il faut donc interdire à tous les PN de partir en courrier (en fonction ou en mise en place) avec des accompagnant GP.
    Il y va de la sécurité des vols….

  2. @ gery: n’importe quoi…. crois-tu qu’il y ait besoin d’accompagnants pour rentrer fatiguer de rotation? Tu peux très bien partir en vol alors que ton enfant a été malade toute la nuit et que du coup tu n’as pas dormi. Et je ne te parle pas des compagnies comme Corsair ou XL ou l’ambience est bien plus festive qu’à AF. Crois-tu qu’il y ait besoin d’accompagnants pour rentrer fatigué d’une semaine à Cancun par exemple? Si on suit ta logique débile il faut plutôt interdire complètement les escales aux PN!

    1. Certaines compagnies du Golfe obligent les PN a etre dans leur chambres X heures avant le vol pour qu’ils se reposent. Est ce une solution pour éviter les abus du steward qui « wake » a H-3 d’un vol de nuit ou de l’hôtesse qui finit sa séance shopping a New York juste a temps pour se changer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !



Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 38 523 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.


Partages