29 mai 2020

Natacha hôtesse de l'air © Dupuis

Passeport pour l’enfer

Partages
Natacha hôtesse de l'air © Dupuis

Avec « Natacha » s’ouvre, dans les années 1970, un nouveau chapitre de l’histoire de la bande dessinée tout public : non seulement l’héroïne est une femme, mais qui plus est outrageusement sexy. Confrontée à toutes sortes de malfrats, et capable de faire face aux situations les plus critiques, Natacha ne s’embarrasse pas de mari ou de marmaille. Indépendante, célibataire et bonne camarade, elle ne laisse prise à aucune polissonnerie – ce qui ne rend que plus délectable l’ambiguïté que certains scénaristes, à l’instar de Wasterlain dans « L’Ile d’Outre-monde », ont su distiller, d’ellipse en sous-entendus. Dans cette série, l’aventure se tient souvent au coude à coude avec la fantaisie la plus débridée – « Les Nomades du Ciel » en est un bon exemple -, quand elle ne ramène pas carrément le lecteur aux heures héroïques de l’aviation, sur les traces de la grand-mère de notre très moderne héroïne (« Le Grand pari » et « Les Culottes de fer »).

Ce quatrième opus de l’Intégrale « Natacha » réunit les quatre dernières aventures de l’hôtesse de l’air parues aux éditions Dupuis. Natacha, au sommet de son charme, entraîne le lecteur dans un tourbillon d’aventures ébouriffantes, scénarisées Wasterlain, Mittéi et Cauvin.

Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 36 322 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.
Partages