1 août 2021

Inge Ceulemans © Facebook

Hôtesse de l’air décédée

Hôtesse de l’air chez Brussels Airlines, Inge Ceulemans est morte la semaine dernière.

Partages
Inge Ceulemans © Facebook
Inge Ceulemans © Facebook

Hôtesse de l’air chez Brussels Airlines, Inge Ceulemans est morte la semaine dernière. C’est la première fois qu’une hôtesse de l’air de cette compagnie aérienne meurt de la malaria après une piqure de moustique. La malaria est l’autre nom du paludisme.

« Inge venait de revenir de Yaoundé (capitale du Cameroun) après avoir été retardée sur place. Elle s’est sentie très fatiguée et avait mal au dos. Ensuite, elle s’est rendue à Kinshasa. Vendredi (12 février), elle s’est rendue chez son médecin. Elle avait un peu de fièvre. Le diagnostic? Les symptômes de la grippe… Le soir, elle a encore assisté à un spectacle de sa fille. Dimanche, elle s’est sentie mieux, mais lundi soir son état s’est empiré. Du coup, elle est retournée chez le médecin, qui a procédé à un examen sanguin  » a indiqué un proche de la défunte.

Elle a été emmené a l’hôpital mais, malgré les soins apportés, est décédée le lendemain matin d’une forme particulièrement virulente de malaria cérébrale. Pour les hôtesses de l’air, steward et même passagers qui vont dans les zones à risques, il ne faut pas perdre de vue que les premiers symptômes de cette infections bactérienne ressemble beaucoup à ceux d’une infection virale très connue ; la grippe. En cas de fatigue importante au retour d’un vol il ne faut pas hésiter à contacter au plus vite les services médicaux en précisant bien d’où vous rentrez.

Les compagnies aérienne offrent à leurs hôtesses de l’air, steward et pilotes des produits répulsifs pour éloigner les moustiques ainsi que des consignes de sécurité comme porter des vêtement à manches longues, des vêtements clairs, ne pas sortir le soir… Prenez vos précautions et soyez vigilants en rentrant !

Partages

9 thoughts on “Hôtesse de l’air décédée

  1. Merci de ce rappel en effet.
    Soyons prudents jusqu’à 3 mois après le retour d’une zone impaludée.
    (c’est a dire toute l’année selon les vols…) et en cas de doute, toujours aller faire une « goutte épaisse » à l’hôpital.

  2. @alex : la vigilance n’a rien à voir.
    Les compagnies distribuent des sprays, désinsectisent, les PN suivent les conseils mais il arrive que cela ne soit pas suffisant.

  3. Si vous pouvez privilégiez les hôpitaux militaires qui vous feront : 1 goutte épaisse et surtout un frottis sanguin qui permet même si vous n avez pas de fièvre (ce qui arrive) d écarter tout risque de palu falciparum.
    De plus ayez bien en tête que la plupart du temps les symptômes se déclarent dans les 10 à 15 jours
    Que vous pouvez ne JAMAIS avoir de fièvre mais juste un état différent , grosse fatigue , maux de tête ou en effet symptômes grippaux.
    Au moindre doute , foncez de dans un hopital et si possible militaire. Ne rentrez pas chez vous sans etre sure de ne rien avoir.
    Protégez vous et sensibilisez vos familles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Jooble
ABONNEZ-VOUS !
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 29 271 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Archives