16 juillet 2024

De l’adultère à la grève générale

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #84953
      imported_PAXOU
      Participant

        Durs affrontements entre USTKE et gendarmes

        Un flagrant délit d’adultère, un licenciement, un mois de grève, un an de prison ferme pour un leader syndical et depuis la Nouvelle Calédonie s’est littéralement embrasée. Lundi, les protestations du syndicat indépendantiste USTKE ont tourné à l’affrontement avec les forces de l’ordre blessant 27 gendarmes.

        Le mouvement, qui a démarré en mars suite au licenciement pour faute professionnelle d’une employée, s’est peu à peu étendu à d’autres secteurs. La compagnie reprochait à la jeune femme d’avoir dit à sa mère que son père se trouvait dans un avion en compagnie de sa maîtresse, trahissant ainsi le secret professionnel auquel sont soumis les employés … d’Aircal.

        http://www.latribunedesantilles.net/index.php?option=com_content&task=view&id=1476&Itemid=47″ onclick=”window.open(this.href);return false;

        Nouvelle-Calédonie: les origines du conflit
        Les tensions ont débuté au mois de mars dernier, après une banale histoire d’adultère.

        Le conflit social en Nouvelle-Calédonie a débuté à cause d’un événement banal. A savoir: une histoire d’adultère. Une employée d’Aircal, compagnie aérienne, avait remarqué que son père voyageait dans un des avions de l’entreprise, avec sa maîtresse. Révélant l’affaire à sa mère, elle avait du même coup trahi le secret professionnel lié à sa fonction, et avait été licenciée, pour faute professionnelle, en mars dernier.

        Le mouvement de l’USTKE est né à ce moment-là, pour obtenir la réintégration de l’employée. Sans résultat. Le conflit s’est enlisé, et l’UTSKE a lancé une action coup de poing, en mai dernier. Le mouvement a ensuite conduit le président de l’USTKE, Gérard Jodar, en prison, pour entrave à la circulation d’un aéronef.

        A cette affaire, se sont aussi mêlés des conflits d’influence coutumiers kanaks. Le président d’Aircal, Nidoish Naisseline, est également grand chef sur l’île de Maré, d’où est originaire la famille de l’employée.

        Par la suite, une solution avait été trouvée pour reclasser l’employée licenciée, mais le conflit a été relancé autour du paiement des jours de grève. Un accord a été conclu avec la direction du travail et le syndicat en juin mais M. Naisseline refuse de le signer, arguant des difficultés financières d’Aircal. Ce qui a débouché sur une montée en puissance des actions de l’USTKE.

        ” onclick=”window.open(this.href);return false;

    Vous lisez 0 fil de discussion
    • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
    ABONNEZ-VOUS !
    Déjà titulaire du CCA ?
    PNC en compagnie ?
    En recherche de compagnie ?
    Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 26 658 autres abonné·es.
    En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.

    Archives

    Partages