24 septembre 2021
B787 Norwegian norse atlantic

Boeing 787 Norwegian © Norwegian

Fin du lowcost aux USA

La Chambre des représentants des États-Unis a présenté un projet de loi qui empêcherait les compagnies aériennes lowcost qui ont été créées sous «pavillons de complaisance» d’opérer aux États-Unis, vers la fin du lowcost aux USA ?

Partages

La Chambre des représentants des États-Unis a présenté un projet de loi qui empêcherait les compagnies aériennes lowcost qui ont été créées sous «pavillons de complaisance» d’opérer aux États-Unis, vers la fin du lowcost aux USA ?

Le président de la commission des transports et des infrastructures, Peter DeFazio, a déclaré le 11 mai que la «loi sur un ciel juste et ouvert» est conçue pour forcer les compagnies aériennes étrangères à «respecter les règles» plutôt que d’offrir des services dans des conditions qui seraient illégales dans le pays.

DeFazio a indiqué :

Dans le passé, nous avons vu des compagnies aériennes étrangères se mettre en place dans le cadre d’un modèle commercial de pavillon de complaisance pour exploiter des lois du travail plus faibles en dehors de leur pays d’origine afin d’économiser de l’argent, de réduire la concurrence et de contourner d’importantes normes du travail pour avoir un coup de pouce. En empêchant une telle compagnie aérienne de desservir les États-Unis, ce projet de loi bipartite protège les emplois américains de la concurrence prédatrice et déloyale.»

DeFazio

La proposition exigerait du Département américain des transports (DOT) de veiller à ce que, lors de la délivrance de nouveaux permis de transporteur aérien étranger, il reste «compatible» avec les dispositions relatives au travail et à la concurrence énoncées dans l’accord de transport aérien États-Unis-UE-Norvège-Islande. Cette exigence ne s’appliquerait qu’aux compagnies aériennes non américaines cherchant à commencer des vols États-Unis-Europe qui relèvent de ce traité.

C’est la troisième fois que DeFazio introduit de telles mesures, dans le but de mettre fin aux lowcost aux USA pour les transporteurs à bas prix qui peuvent contourner les lois du travail et les normes de sécurité au nom de l’offre de tarifs transatlantiques bon marché.

En décembre 2016, le DOT a délivré un permis de transporteur aérien étranger à Norwegian Air International (NAI), une filiale de Norwegian Air Shuttle. À l’époque, DeFazio a déclaré que NAI était «norvégien de nom uniquement», car son domicile était en fait l’Irlande, afin d’éviter les protections du travail de la Norvège, et la compagnie aérienne employait des équipages de vol et de cabine pour des contrats bon marché à court terme régis par la loi de Singapour. En 2019, il a lancé une deuxième tentative pour adopter une telle législation.

Le comité a annoncé :

La décision controversée d’accorder un permis à NAI n’encourage que les futures compagnies aériennes opportunistes à poursuivre cette course vers le bas dans l’aviation civile internationale.

NAI a cessé définitivement les vols long-courriers en mars 2020 en réponse à la crise sanitaire mondiale, mais plus récemment, Norse Atlantic Airways, une autre compagnie aérienne en démarrage détenue et dirigée par le fondateur et ancien PDG de NAI, Bjorn Kjos, a déclaré comme objectif d’offrir un service transatlantique.

Dans une lettre adressée le 2 avril au secrétaire du DOT, Pete Buttigieg, DeFazio a écrit que la nouvelle administration du président Joe Biden devait tenir son engagement de protéger les emplois américains et de promouvoir une concurrence loyale au-delà des frontières. Cela pourrait acter la fin du lowcost aux USA pur les compagnies aériennes comme Norse Atlantic.

DeFazio a précisé :

Si le modèle commercial de Norse Atlantic Airways repose sur le même concept de pavillon de complaisance que celui que nous avons vu dans le cas de Norwegian et de ses divers alter ego, l’intérêt public exige que le ministère rejette la demande du transporteur pour un permis de transporteur aérien étranger. Tous les éléments sont en place pour une répétition de la débâcle norvégienne.

DeFazio

La «Fair and Open Skies Act» est soutenue par 16 syndicats de travailleurs de l’aviation, dont l’Air Line Pilots Association International, l’Association of Flight Attendants-CWA, le Transportation Workers Union et l’International Association of Machinists and Aerospace Workers.

«Le Fair and Open Skies Act permet au ministère des Transports de consolider les droits des travailleurs américains dans la structure de base des accords de services aériens de ce pays», a déclaré l’ALPA le 11 mai. «Des protections solides pour les travailleurs ont positionné la main-d’œuvre pilote américaine pour aider à créer et à contribuer à une culture de sécurité prédictive des risques qui a fait du système de transport aérien américain le plus sûr au monde.

Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Jooble
ABONNEZ-VOUS !
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 28 925 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Archives

Partages