16 janvier 2021
air france coronavirus

Coronavirus © DR

Un PNC responsable d’une nouvelle épidémie ?

Un chauffeur de bus qui conduit des navigants entre l’aéroport et divers hôtels était l’un des nouveaux cas de COVID-19

Partages

Un chauffeur de bus qui conduit exclusivement des personnels navigants entre l’aéroport international de Sydney et divers hôtels de la ville était l’un des trois nouveaux cas de COVID-19 identifiés mercredi par les responsables de la santé de la Nouvelle-Galles du Sud. L’affaire a déclenché une enquête immédiate auprès des membres de la famille et des collègues du conducteur emmenés pour des tests.

Les responsables de la santé n’ont pas pu dire immédiatement comment l’homme a été infecté, bien qu’il conduise pour une compagnie de bus qui se concentre uniquement sur le transport du personnel navigant international et national depuis l’aéroport.

Bien qu’il ait initialement présenté des symptômes samedi, l’homme n’a subi de test que mardi et le résultat n’est revenu que mercredi. Le conducteur affirme avoir porté un masque facial en présence d’équipages internationaux.

Un séquençage urgent du génome était en cours jeudi pour confirmer le moment où l’homme a été infecté et si la transmission s’est produite à la suite d’un contact avec du personnel navigant. Cela peut être possible en identifiant une souche du nouveau coronavirus qui n’est pas systématiquement trouvée en Australie.

Le chef de la santé de l’État, le Dr Kerry Chant, a indiqué :

Nous gardons l’esprit ouvert, alors que nous avons une hypothèse plausible selon laquelle cette transmission pourrait provenir d’un contact avec un équipage.

Dr Kerry Chant

Malgré l’imposition de certaines des restrictions de quarantaine les plus strictes au monde dans le but d’empêcher une éventuelle importation de COVID-19, le gouvernement australien n’exige pas systématiquement que les équipages ou les passagers à l’arrivée subissent des tests.

Les PNC et les pilotes internationaux sont tenus de s’isoler dans des hôtels désignés pendant leur séjour en Australie, mais ils sont toujours en contact avec divers employés de l’aéroport et le personnel de l’hôtel.

Des PNC en quarantaine ont récemment été identifiés après qu’un homme de ménage ait été testé positif au COVID-19.

Le Dr Chant a déclaré que le gouvernement de la Nouvelle-Galles du Sud avait eu des entretiens avec plusieurs compagnies aériennes internationales au sujet des mesures qu’ils avaient mises en œuvre concernant les tests et la quarantaine des équipages. Elle a noté que le gouvernement envisageait de renforcer les méthodes de protection actuelles.

Trois contacts familiaux du chauffeur de bus ont été identifiés et ont déjà été testés négatifs COVID-19. Ils devront s’isoler et continuer à surveiller l’apparition d’éventuels symptômes.

L’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) recommande que les personnels navigants ne soient pas soumis à des tests COVID-19 de routine. L’Association du transport aérien international (IATA) affirme que les tests de routine des équipages coûteraient aux compagnies aériennes 2600 USD par vol.

Certains pays et territoires ont ignoré ces recommandations et exigent, pour les équipages, une combinaison de tests au départ et à l’arrivée pour les équipages. Les équipages infectés sont régulièrement identifiés et mis en quarantaine.

Partages

17 thoughts on “Un PNC responsable d’une nouvelle épidémie ?

    1. Pierre Muller lesquelles ? Le Caire JNB. Très peu trop peu. Certaines compagnies exigent un test PCR tous les 15 jours pour les PN et je trouve cela tout à fait normal et safe pour eux, les passagers et les locaux

    2. Jordan Vrn en fait ton commentaire est tellement ridicule que te donner une explication serait une perte de temps !
      Donc pour les pnc court courrier ils font un test tous les jours ?
      Arrêtons un peu les conneries

    3. Sebastian Mi c’est bien toi qui est ridicule de trouver normal que les PN ne soient soumis à aucun test alors qu’ils sont en contact avec les PAX etc sans parler des escales ou ils débarquent sans contrôle. Surtout avec le plan de vols réduit c’est simple a mettre en place, les PN ne font plus 4/5 courriers par mois mais plutôt 1 voir 2. D’ailleurs certaines compagnies MC/CC exigent le test PCR aux PN tous les 15 jours pour éviter d’avoir des clusters etc c’est un bon compromis.
      C’est juste du bon sens mais nous n’avons pas tous la même logique 😉

    1. Stephan Stephan vous ne semblez pas comprendre. Si de nouvelles epidemies sont le resultat de l’infection par un PN ce sera fin du trafic aérien ou vaccin obligatoire pour l’ensemble des equipages… Il faut reflechir et voir plus grand que juste ce fait divers mais, c’est notre faute, nous ne l’avons pas ecrit donc certains ne peuvent pas extrapoler… Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partages