O'Leary n'est pas low-cost – PNC Contact
samedi 16 février 2019
O'Leary est happy

Michael O'Leary © DR

O’Leary n’est pas low-cost

On savait tous que Ryanair était en pleine forme, santé financière et trafic passagers au top.

Michael O’Leary © DR

On savait tous que Ryanair était en pleine forme, santé financière et trafic passagers au top. Et bien si la compagnie aérienne low-cost irlandaise, première compagnie aérienne européenne, va bien c’est aussi le cas de la fiche de paie de son bien connu PDG Michael O’Leary.

Même si sa compagnie est une low-cost et qu’elle est souvent montrée du doigt, Michael gagne bien plus qu’un patron d’une prestigieuse et bien plus fréquentable major, il gagne plus que le patron de la Lufthansa.

Pour l’exercice fiscal 2016 – 2017 il a touché la modique somme de 3.26 millions d’euros. Cela s’entend tout compris, salaires, primes et dividendes confondus. Le patron de la Lufthansa n’a gagné que 3.12 millions quand celui d’IAG en gagne 3.04 ou que Carolyn McCall ferait presque pauvre avec ses 1.86 millions.

O’Leary dispose actuellement de 3.8% du capital de Ryanair, au prix du marché cela ne représente pas moins de 836 millions d’euros.

Tout va donc plutôt bien pour O’Leary et pour Ryanair qui a réalisé un bénéfice de 1.3 milliards d’euros lors du dernier exercice fiscal 2016 – 2017.

Partages

9 thoughts on “O’Leary n’est pas low-cost

  1. O’Leary est fonctionnaire Européen : la plus grande partie de sa richesse provient des subventions versées par les aéroports et de « l’optimisation fiscale » qu’on lui laisse faire.

  2. Sur l’optimisation fiscale qui est malheureusement légale, il n’est pas le seul loin de là..posez la question à votre cher CFO et ancien PDG.
    Toujours intéressant de lire des salariés qui sont dans une compagnie sauvée de la faillite grâce à une recapitlisation de l’Etat qui est une subvention déguisée…
    Je sais, c’était au siècle dernier.
    La paille, la poutre…vous connaissez l’histoire

  3. Michael O’Leary a transformé une petite compagnie locale en la première compagnie européenne, en particulier en réduisant les coûts par une gestion saine (et non grâce aux subventions aéroportuaires). Son salaire et primes sont fort modestes comparés aux salaires et primes de la haute finance internationale. Et surtout, il aura bien servi les actionnaires d’origine. On ne peut que lui souhaiter une bonne continuation.

  4. @Icare :

    Vous oubliez, dans votre argumentaire, quelques points essentiels :

    – Lors de l’ouverture du capital, l’état à très largement récupéré ce qu’il avait investi dans les années 90. Et ce n’est pass un détail croyez moi. Sans compter les dividendes lorsque ceux-ci ont été versées.
    N’oubliez pas non plus que la compagnie sert de très nombreuses autres entreprises qui elles font aussi le bonheur de l’état actionnaire (ADP par exemple…)

    – Concernant les subventions, un rapport officiel a donné comme exemple que chaque billet Ryanair était subventionné jusqu’à 20 euros par tronçon… Etonnant d’ailleurs que le bénéfice die Ryanair corresponde au montant des subventions perçues.
    Comme le disait un commentaire plus haut, O Leary est bien fonctionnaire de l’Europe.

    Etc….

  5. @ André :

    Votre message est ironique j’espère…

    Une gestion saine : raquetter les CCI ? Faire louer l’uniforme à ses salariés ? Les loger dans un camping à Marseille car au final ils ne peuvent pas faire autrement ? Ne pas payer ses charges sociales pour du personnel qui travaille en France ? Refuser les passagers à particularité ?

    Si vous trouvez cela sain, c’est votre point de vue. Il se respecte, mais nous n’avons pas les mêmes valeurs. Et je suis fière des miennes.

  6. « Ccrew »

    L’union européenne a depuis longtemps mis fin aux subsides régionaux à Ryanair. Quant aux conditions de travail chez Ryanair, il me revient que Ryanair n’a aucune difficulté à recruter pilotes et personnel de cabine.

    Pendant longtemps, les pilotes Sabena voulaient payer leurs impôts dans des lieux exotiques (GD Luxembourg, Irlande). L’impôt irlandais sur le travail est infiniment plus léger que sur le continent. Pourquoi ne pas en profiter?

  7. @andre

    Mais vous plaisantez quand vous dites que Ryanair ne touche aucune subvention ou êtes vous d’une naïveté abyssale ?

    Bien sur que les CCI subventionnent cette compagnie par des aides marketing de centaines de milliers d’euros.
    Lisez donc les rapports officiels !

    Quant au recrutement , le turnover du PNC est bien élevé et si vous considerez qu’une entreprise est bonne parce qu’elle n’a aucune difficulté à recruter c’est vraiment de mauvais goût.

    Vous donnerez vos arguments aux centaines de milliers de travailleurs Allemands qui bossent pour 4€ de l’heure… Travailler pour une boîte ne veut pas dire ni qu’elle est bonne, ni qu’on s’y plaît !

    Puisque vous semblez adorer le libéralisme, je vous en prie, faites donc l’expérience de travailler quelques mois pour O’Leary et revenez nous raconter votre nouveau bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS !



Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 57 547 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.


Partages