samedi 17 novembre 2018

Survie — lundi 12 décembre, 2011 à 11:15

Ecole hotesse de l'air

NOS ECOLES PARTENAIRES

OACI, SAR, CCR, FIR…

Vous avez aimé cet article, offrez un café ! Buy Me a Coffee at ko-fi.com

Partages

CCA Théorie formation hôtesse de l’air

RECHERCHE ET SAUVETAGE

En 1944, une conférence internationale, réunie à Chicago, étudia une convention facilitant le développement mondial des transports aériens civils. Cette convention, appelée « Convention de Chicago » prit un certain nombre de mesures d’ordre techniques et juridiques édictées sous forme d’annexes et d’amendements, concernant le fonctionnement des lignes aériennes internationales, l’exploitation technique des aéronefs, l’organisation des recherches et du sauvetage, et l’instruction du personnel de cabine.

RÔLE DE L’OACI

L O.A.C.I. a  son siège social à Montréal et il existe 7 succursales dans le monde : Paris – Dakar – Nairobi – Le Caire – Bangkok – Lima – Mexico City. L.O.A.C.I. a réparti le monde aérien en 10 grandes régions de navigation aérienne : Europe Méditerranée/ Afrique /Océan Indien/ Pacifique/ Nord Atlantique/ Sud Atlantique/ Caraïbes Sud Amérique/ Nord Amérique /Moyen Orient/ Sud-Est Asiatique.

Chaque région de navigation aérienne a été subdivisée en plusieurs Régions d’informations en Vol : R.I.V ou F.I.R. (Flight Information Région). Il y a cinq F.I.R. en France métropolitaine:

  • F.I.R. Paris
  • F.I.R. Reims
  • F.I.R. Brest
  • F.I.R. Bordeaux
  • F.I.R. Marseille

Dans chacune de ces régions d’informations en vol, deux services sont rendus aux aéronefs

  • le service de navigation aérienne, comprenant le contrôle et l’information des avions en vol
  • les organismes de recherches et de sauvetage

Ces fonctions sont accomplies par :

. Le Centre de Contrôle Régional (C.C.R.) : Responsable du contrôle d’.un espace aérien dont la densité du trafic est élevée et où le vol des aéronefs est soumis à un contrôle et à des règles strictes. Le C.C.R. a pour rôle essentiel l’organisation et la régulation des vols, il donne des consignes impératives de vol aux PNT. Le C.C.R. doit également informer le C.C.S. en cas d’avion en détresse.

• Le Centre Information en Vol (C.I.V.) : Il s’intéresse à un espace aérien non contrôlé, soit dans une région non contrôlée, soit dans une région de faible importance ou au-dessus d’un certain niveau. Il procure aux PNT les renseignements utiles à l’accomplissement de leur vol (météo, messages compagnies).

Dans certaines F.I.R. très importantes, les deux services C.C.R. et C.I.V. travaillent en commun. Par contre, dans des F.I.R. de peu d’importance, il n’existe que le C.I.V. Le C.I.V. a pour rôle d’informer les avions en vol avec toutes données jugées utiles à l’accomplissement de leur mission. Le C.I.V doit informer le C.C.S. en cas d’avion en détresse.

Un service de coordination et de sauvetage, comprenant la coordination des recherches et le sauvetage des avions en détresse est assurée par : Le Centre de Coordination et de Sauvetage (C.C.S.) : Sa mission commence dès qu.il est informé par le C.C.R. ou le C.I.V.

SERVICE DE NAVIGATION AÉRIENNE

Le plan de vol, document O.A.C.I. qui doit être obligatoirement rempli avant chaque vol :

  • En régime de vol IFR.
  • En régime de vol V.F.R :
    • En cas de franchissement de frontières.
    • En cas de survol de l’eau.
    • En cas de survol de régions désignées.

CE PLAN DE VOL CONTIENT :

  • Des renseignements concernant l’avion.
  • Des renseignements concernant le vol.
  • Des renseignements concernant la sécurité.

I.F.R. – Instrument Flight Rules (Règles de vol aux instruments)
V.F.R. – Visual Flight Rules (Règles de vol à vue)

CONTACTS RADIO :

Dans chaque F.I.R., les PNT ont obligation pendant toute la durée du vol de signaler au C.C.R. ou C.I.V. la position de leur appareil (Contact radio avec lieu de position et heure de passage) :

  • Toutes les 30 minutes de vol (en survol maritime)
  • Au franchissement des limites de FIR
  • Au-dessus des balises radio
  • Aux points de compte rendu obligatoires

Ces contacts radio vont permettre aux CCR ou CIV d’effectuer un suivi de l’avion pendant tout le vol et notamment, en cas de problème.

SERVICE DE RECHERCHES ET SAUVETAGE

Aux termes de la Convention de Chicago : « Chaque État contractant s’engage à prendre les mesures qu’il jugera réalisables afin de porter assistance aux aéronefs en détresse sur son territoire ». Les normes de l’annexe 12 étendent cette obligation aux territoires et eaux territoriales des États voisins. Conformément à ces dispositions, il appartient à chaque État de créer une organisation de recherches et de sauvetage ou de participer à une organisation SAR (Search and Rescue) établie par un ou plusieurs autres États.

ORGANISATION :

Le SAR : en France le SEC/ SAR – Section d’Études et de Coordination SAR, dépend de la D.G.A.C. (Direction Générale de l’Aviation Civile) :

  • Relève de la Direction de la Navigation Aérienne.
  • Organise le plan des principes, méthodes et procédures des recherches et de sauvetage.
  • Élabore la réglementation en la matière et contrôle son application.
  • Coordonne l’action des divers moyens de sauvetage mis à la disposition des SAR.
  • Participe au contrôle du fonctionnement de ces différents moyens.
  • Met à disposition des C.C.S. ses différents moyens de sauvetage en cas de besoin.

CENTRE RECHERCHE ET SAUVETAGE

Le C.C.S. coordonne les opérations de recherches et de sauvetage et établit un plan détaillé des opérations à l’intérieur de la région dont il est chargé. Il déclenche l’intervention de tous les services de l’État qui peuvent collaborer aux recherches. Le C.C.S. est informé d’un cas d’urgence par l’intermédiaire des services C.C.R. ou C.I.V. Les C.C.S. d’un même État, sont sous le contrôle du service SAR. La D.G.A.C. est responsable de la délivrance et du maintien des licences et donne la certification des aéronefs.

MISE EN OEUVRE :

Le service d’alerte sera assuré :

  • À tous les aéronefs auxquels est assuré le service du contrôle de la circulation (dépôt d’un plan de vol)
  • Dans la mesure du possible, à tous les autres aéronefs pour lesquels un plan de vol a été déposé, ou dont la présence est connue des services de la circulation aérienne pour toute raison.
  • À tous les aéronefs que l’on sait ou que l’on croit être l’objet d’une intervention illicite.

MISSION SAR :

  • Recherche et sauvetage d’aéronefs en détresses (civils et militaires).
  • Assistance aérienne au profit d’un aéronef en difficulté.
  • Assistance terrestre (personne en détresse en montagne, dans un désert).
  • Assistance maritime (navires civils et militaires, chalutiers, plaisanciers).
  • Le service SAR intervient également dans les cataclysmes nationaux.

MOYENS SAR :

Aucun moyen n’est exclusivement SAR. Ce sont les organismes militaires qui fourniront le concours le plus important.

  • Moyens spécialisés : aériens, maritimes, terrestres, « ORSEC » : Le personnel est entraîné et dispose du matériel et des équipements nécessaires pour intervenir rapidement sur les lieux d’un accident.
  • Moyens complémentaires : Ils viennent renforcer les moyens spécialisés. Le personnel ne dispose pas immédiatement du matériel et des équipements nécessaires ; il ne peut intervenir qu’après un préavis ou sur réquisition.
  • Moyens occasionnels : Les avions ou bateaux se trouvant à proximité d’un lieu d’accident seront déroutés pour participer aux recherches.
Ces informations ne sauraient être garanties comme étant à jour et ne peuvent remplacer les cours de CFS théorique fournis par une école hôtesse de l’air / steward ou ceux disponibles en suivant ce lien.

 

 

Partages

Vous avez aimé cet article, offrez un café a son auteur ! Buy Me a Coffee at ko-fi.com

École hôtesse de l'air

NOS ÉCOLES PARTENAIRES

Les commentaires sont fermés.

Publicité
Recherche
Publicité
Publicité
Publicité
Ecole hotesse de l'air

Partages